Médias en Seine : quelle place pour les médias aujourd’hui ?

News

Médias en Seine : quelle place pour les médias aujourd’hui ?

Médias en Seine : quelle place pour les médias aujourd’hui ?

Par Alexandra Klinnik- Publié le 21 novembre 2020
0
1

Jamais les médias n'ont été autant lus, regardés, consommés. Face à une crise sanitaire sans précédent, ils ont joué un rôle d'accompagnateur auprès d'une audience avide de décryptages et d'informations pratiques.

« Aujourd'hui, les médias n'ont plus d'autre choix que de s'engager et de rassembler », affirme Sibyle Veil, présidente et directrice générale de Radio France. De retour pour une 3e édition numérique le jeudi 19 novembre, le festival Médias en Seine – organisé par Les Echos et Franceinfo – procède à un examen de conscience du système médiatique et met en lumière l'importance de la confiance, dans une période où plus rien n'a de sens. Compte rendu exhaustif.

Faire son autocritique, sonder la vague de désinformation et des fake news, scruter les enjeux du combat des GAFA contre les éditeurs, faire prendre conscience encore et toujours de l'urgence climatique et d'une communication responsable, établir un état des lieux de l'impact de la pandémie sur les médias, s'interroger sur l'écosystème complexe des podcasts, mesurer le potentiel des plateformes toujours plus nombreuses, explorer la campagne numérique américaine... : pour sa 3e édition, le festival Médias en Seine affiche un programme ambitieux, avec plus de 7 000 inscrits et 202 intervenants français et internationaux. Soit une feuille de route extrêmement dense pour un événement 100 % numérique, qui a demandé dix mois de travail. Une édition riche et fluide, malgré quelques couacs techniques, dus aux aléas du direct.

Le contexte actuel se prête aux échanges et aux remises en question. Malgré une hausse de l'audience considérable, les médias sont mis à rude épreuve, en équilibre fragile sur un modèle économique précaire. « Les médias ont joué un rôle indispensable pour accompagner les Français dans la compréhension de la crise (...). La liberté d'expression n'est pas simplement "une liberté parmi d'autres". Il faut, avec la plus grande vigilance, veiller à ce qu'elle soit respectée », a annoncé Roselyne Bachelot, ministre de la Culture et intervenante de Médias en Seine – sans toutefois piper mot sur les récentes menaces du ministère de l'Intérieur sur la profession... Morceaux choisis d'une édition foisonnante.

Refuser l'impuissance

Dans les règles d'or du journalisme, on retrouve les fameux 5 « W » : What, Who, Where, When, Why. Il convient aujourd'hui de rajouter : « Et maintenant ? » C'est-à-dire apporter une proposition de solution, au-delà du constat. C'est en tout cas le cheval de bataille de Serge Michel, cofondateur de Heidi.news et prix Albert-Londres de reportage en 2001 pour son travail en Iran, et Cyrille Frank, directeur de l'Esj Pro et auteur du blog mediaculture.fr, intervenants à Médias en Seine. Plus qu'un effet de mode ou une lubie passagère, le journalisme constructif est une tendance de fond, expliquent-ils : « On ne revendique pas un journalisme positif, mais constructif : il s'agit d'élargir son spectre. Les médias se sont longtemps concentrés sur la dénonciation des dysfonctionnements. On aborde aussi les solutions. Les abonnés vont accepter de payer pour un média parce qu'il est utile et ouvre des possibilités. »
"Imaginer le monde de demain : un rôle positif pour les médias" - Cyrille Frank, Directeur ESJ Pro et Mediaculture et Isabelle Giordano, Journaliste

Selon le Reuters Institute Digital News Report 2019, 32 % des sondés se tiennent à distance des informations parce que celles-ci ont un effet négatif sur leur humeur et qu'ils se sentent impuissants à infléchir le cours des événements. Le journalisme constructif vient en réponse à ce comportement défaitiste, avec l'envie profonde de raccrocher le citoyen à l'actualité, et de ce fait, au débat politique. L'image d'un journalisme « bisounours » relève de la caricature.
«Les articles qui enquêtent sur les solutions redonnent un sens au fait d'être citoyen»
Serge Michel - Rédacteur en chef adjoint du Temps et directeur adjoint du Monde

Être utile

Pour Serge Michel, la notion d'utilité est centrale. Tous les journalistes peuvent délivrer des informations, sans valeur ajoutée et semblables à ce qui est diffusé sur les réseaux sociaux. Il s'agit de se différencier : « Les articles qui enquêtent sur les solutions redonnent un sens au fait d'être citoyen. Si vous assénez une série de problèmes, vous avez une audience passive et désespérée. Si vous êtes dans une démarche constructive, vous réveillez un intérêt pour le journalisme. » Cette démarche est née lorsque Serge Michel tenait les rênes du Monde Afrique. Il se livre alors à plusieurs expériences éditoriales. Au lieu de fournir un simple reportage sur la sécheresse dans un village en Éthiopie, il demande à la journaliste d'entreprendre un autre papier en parallèle sur les solutions existantes pour faire face au manque de précipitations. « J'ai publié les deux articles sensiblement à la même place sur le site Web. L'article sur les solutions a eu 10 fois plus de trafic et a rapporté le plus d'abonnements au journal », souligne-t-il.

L'image du reporter qui « sort sa plume pour écrire quand il entend les balles siffler autour de lui » est aujourd'hui totalement réductrice. Le journaliste n'est plus seulement le chien de garde de la démocratie, mais celui qui tend la main à une audience, capable de réagir et de travailler main dans la main avec les journalistes. « Le journalisme distant qui se fait le relais d'un problème n'est plus possible. Il faut créer de l'assentiment et former des communautés », analyse Cyrille Frank, partisan d'un journalisme participatif. Donner la parole favorise le lien social. Dans une autre session « Face à l'hypersegmentation, les médias, créateurs de lien social », animée par le pétillant journaliste François Saltiel, auteur de l'essai La Société du sans contact, jamais dans le consensus mou, les invités insistent sur la démarche utilitaire. Au Parisien, la volonté était « d'être le reflet de la société française ». Pendant le confinement, le quotidien a, dans une démarche servicielle, intégré l'attestation de déplacement dans ses pages : « Les audiences ont doublé, avec 200 millions de visites par mois », a déclaré Pierre Louette, président-directeur général du Groupe Les Echos Le Parisien.
«La confiance est la valeur clé. C'est elle qui donne du crédit à ce qui est affirmé»
Roseline Bachelot - Ministre de la Culture

La question de la confiance

« La confiance est la valeur clé. C'est elle qui donne du crédit à ce qui est affirmé. C'est elle qui crée du lien. Elle ne se présume pas. Elle se démontre », a solennellement déclaré la ministre de la Culture. C'est ce en quoi les médias doivent œuvrer, pour lutter contre le complotisme qui vient « sécuriser par le pire », pour reprendre les termes de Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste. Une bataille qui s'apparente à « un sport de combat », selon Serge Michel, « il est très difficile de lutter contre des délires. Il est nécessaire d'établir de la confiance avec son audience pour faire la guerre aux fake news. Seulement, les lecteurs sont défiants face aux médias, qu'ils associent souvent à la communication ».
"Le rôle des médias et la liberté d'expression" - Roselyn Bachelot, Ministre de la Culture

De nombreux organismes publics et privés ont des solutions toutes faites. Des sirènes auxquelles il est facile de succomber, en raison de deadlines très courtes imposées par les rédactions et le manque de ressources. On pense par exemple au Science Media Centre, sorte d'agence de communication spécialisée sur des sujets scientifiques et techniques, qui délivre des résumés et des « kits de réactions rapides » aux rédactions britanniques comme Le Guardian – soit « un instrument d'influence pro-industrie » (Le Monde). En Suisse, les médias traditionnels connaissent un affaiblissement dans des thèmes spécialisés alors que toutes les institutions se sont renforcées, prévient Serge Michel. « Pour un journalisme constructif, le pire est d'être assimilé à de la communication. On ne sait plus qui sert quoi. Les journalistes doivent regagner le terrain. On est dans un monde de plus en plus complexe et on aura toujours besoin de journalistes pour l'expliquer », conclut-il.

Investir les sujets techniques

Pour le philosophe et physicien Etienne Klein, intervenant dans la session « Sciences et citoyens : quel contrat de confiance » et auteur de l'essai Le Goût du vrai (« un essai avec des idées plates mais qui, avec la crise, prend du relief »), les médias doivent sérieusement investir les sujets techniques comme la science dans leurs récits : « Je ne comprends pas que les médias ne réagissent pas face à l'ignorance des jeunes, par exemple sur le nucléaire. Je suis frappé par la maturité politique des jeunes d'aujourd'hui. Mais ils ne savent pas ce qu'est l'effet de serre. Il faut que la militance s'accompagne de compétence, sinon on ne prend pas les bonnes décisions », explique-t-il. D'où l'importance des médias, qui en mettant en perspective les faits, fortifient l'esprit critique et créent de la confiance.

Le festival Médias en Seine est disponible en replay. On aurait aimé pouvoir vous parler de tout, tellement les sujets sont passionnants, mais on préfère vous les laisser découvrir. Story Jungle vous conseille quelques autres sessions :

  • La transformation en médias d'une plateforme : le cas LinkedIn, avec Sandrine Chauvin, directrice de la rédaction LinkedIn Actualités. Avec 722 millions de membres, 21 millions en France, LinkedIn est un réseau qui monte. « LinkedIn is the largest B2B company in the world », selon Digiday. On y apprend que d'anciens journalistes de l'AFP, de Capital, de Business Digest ont rejoint les rangs de l'équipe éditoriale – 75 journalistes au total.

  • Comment concilier les trois temps : l'urgence sanitaire, le temps de la recherche et la vitesse médiatique ? Yves Gaudin, virologue et directeur de recherche au CNRS, rappelle que la méthode scientifique n'est pas soluble dans l'urgence et expose le b.a.-ba de la recherche : « Il faut pouvoir challenger les modèles. Le fait que la communauté scientifique ne soit pas d'accord est apparu comme une faiblesse aux yeux du public, mais c'est le quotidien des chercheurs de ne pas être d'accord! On ne peut pas dire au doigt mouillé que c'est ce traitement qui doit être appliqué ! »

  • Comment enquêter en 2021 ? Matt Apuzzo, double Pulitzer et grand reporter au New York Times, expose les grands principes d'un bon journaliste d'investigation : ne jamais avoir peur – ô grand jamais – d'insister et se rendre directement chez la personne, si celle-ci ne répond pas aux mails...
 
 
bio
Jean-Philippe Lorenzo,
Directeur technique de Take Part Media
Jean-Philippe Lorenzo est co-fondateur en 2005 de Take Part Media et y occupe le poste de directeur technique. Il obtenu son doctorat de physique en 1998 pour une étude sur la persistence des bi-polarons à température finie dans le modèle d'Holstein adiabatique unidimmentionnel. Docteur Ingénieur avec un triple profil, il a successivement occupé les postes de :  Chef de Projet Web (Kompass-Pages Jaunes) de 2000 à 2004   Chef de produit (Service marketing Kompass-Pages Jaunes) de 2002 à 2004  Chef de projet  puis Directeur du service Etudes et Développement (Expert Line) de 2005 à 2009.

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}