"Il s’agit d'adopter une communication humble vis-à-vis de la situation actuelle"

entretien

"Il s’agit d'adopter une communication humble vis-à-vis de la situation actuelle"

"Il s’agit d'adopter une communication humble vis-à-vis de la situation actuelle"

Propos recueillis par Alexandra Klinnik et Photos par Yves Forestier- Publié le 20 juin 2020
0
2

Comment communiquer en période de crise, quand on est un grand groupe comme Renault ? Quel impact le Covid a-t-il eu sur l'approche de la communication ? Quels sont les canaux plébiscités pour séduire une cible jeune, friande de « snackable content » ? C'est à ces questions que répond Emmanuel Guinot, Head of Campaigns, Content

Vous avez lancé récemment Watt, un chatbot dédié à la mobilité du futur, disponible sur Facebook Messenger, qui fait le « pari du conversationnel ». Pourquoi avoir choisi ce canal plutôt traditionnel pour diffuser vos contenus ?

Emmanuel Guinot – Le chatbot (« Chat » comme discussion en ligne et « bot » comme robot)  peut en effet paraître classique. Mais il est efficace. Il  propose une expérience ludique et pédagogique, destinée à adresser à une cible plus jeune des messages corporate. Grâce à lui, nous pouvons porter au plus grand nombre certaines thématiques qui nous tiennent à cœur : électrification de la gamme Renault, innovations en cours dans l'industrie automobile, futur de la mobilité, nouvelles tendances du secteur...

Sur Watt, la première conversation débute par un test de personnalité afin de déterminer les sujets qui intéressent le plus l'utilisateur. Le robot propose ensuite une histoire personnalisée, avec plusieurs scénarios. A travers la conversation, il met en avant certains articles publiés sur l'une des plateformes du groupe Renault, susceptibles d'intéresser l'utilisateur. C'est l'expérience du « snackable content ».
«Le chatbot engendre une relation affinitaire forte avec notre audience et permet de conquérir un nouveau public.»

Quels ont été vos retours ? 

E. G. –  Ce format a déjà fait ses preuves par le passé. En 2019, le Groupe Renault s'est déjà associé à Jam (spécialiste du marketing conversationnel) pour annoncer le lancement d'un de nos véhicules phares, Nouvelle ZOE, auprès des millenials. Conclusions de cette opération ? Le chatbot engendre une relation affinitaire forte avec notre audience et permet de conquérir un nouveau public.  Une cible, qui ne va pas naturellement suivre les comptes « classiques » du groupe. Ces audiences recherchent du « snackable content » : un contenu plus personnalisé, adapté, de l'interaction plutôt que de l'information descendante, du contenu pédagogique, en somme... qui vient à eux directement.

En ce qui concerne le chatbot Watt, les retours sont très positifs, au vu de la campagne paid menée sur des personnes susceptibles d'adhérer au concept et aux sujets proposés. Il était important pour nous de ne pas nous montrer intrusifs : le chatbot ne s'enclenche pas « tout seul ».
«Conquérir de nouvelles audiences ne se fait donc pas nécessairement à des fins d'achat, de ventes immédiates, mais plutôt à des fins de sensibilisation.»

Un objectif phare pour le Groupe Renault : rajeunir son audience ?

 
 
Philosophie de vie

Quel est votre mantra ?

C'est probablement cliché mais l'une des premières expressions anglophones qu'une Professeure m'a appris au collège, je crois, fut « Where there's a will, there's a way ». Depuis, elle est restée en moi et cela témoigne en tout cas de la nécessité de choisir l'optimisme et la persévérance.

Quel est votre gourou ?

Probablement l'artiste de folk-rock Neil Young : pour sa créativité permanente et ses engagements.

Comment libérez-vous vos chakras ?

Avec de la musique, partout, tout le temps. Elle m'accompagne depuis mon enfance. J'ai eu la chance d'être pendant plusieurs années investi dans le monde du journalisme musical : cela reste pour moi une source d'énergie sans pareil.
E. G. – En effet, nous souhaitons rajeunir notre audience dans une logique complémentaire. Le chatbot vient en complément de nos autres canaux – c'est-à-dire des relations influenceurs, des campagnes paid media classiques, de l'employee advocacy avec nos collaborateurs ambassadeurs. Notre objectif est de faire prendre conscience que le groupe Renault est engagé dans une transformation forte, liée aux challenges de la mobilité.

Dans les dix prochaines années, le monde de l'automobile va faire face à des enjeux inédits. On assiste aujourd'hui à une révolution à la fois technologique (le moteur électrique, l'hydrogène...) et d'usages. En Europe, l'achat individuel de véhicule n'est plus forcément systématiquement d'actualité dans les grandes métropoles. Les véhicules partagés vont apparaître comme une alternative séduisante pour beaucoup de jeunes conducteurs. Conquérir de nouvelles audiences ne se fait donc pas nécessairement à des fins d'achat, de ventes immédiates, mais plutôt à des fins de sensibilisation. Et notamment à l'écosystème autour de la mobilité électrique. L'objectif final est d'expliquer cette transition dans laquelle nous sommes engagés, comme d'autres acteurs historiques.

Quel type de communication privilégiez-vous au sein du groupe Renault ? 

E. G. – Nous activons tous types de communication bien sûr, en fonction des cibles, des objectifs et des régions du monde dans lesquelles nous sommes implantés. La communication corporate, à la différence peut-être du marketing pur, a tendance à se reposer majoritairement sur des canaux plus traditionnels : la communication top down, interne ou externe, les relations-presse et les réseaux sociaux en vitrine. En tant que marque holding, nous essayons d'aller bien au-delà. Il peut s'agir d'employee advocacy, à plusieurs niveaux avec des collaborateurs ambassadeurs, créateurs de contenus. De relations de longue durée avec des influenceurs associés également à notre stratégie de communication. Quant aux réseaux sociaux, nous essayons au maximum d'innover à travers notre écosystème qui va bien sûr de Facebook à Linkedin, en passant par Instagram, Twitter...
Cela fait trois ans ainsi que l'on met un point d'honneur à faire du test and learn, à s'investir sur de nouvelles typologies de format.

En 2007 pour le salon automobile de Francfort, nous avons monté l'opération « Time Capsule ». Avec l'aide d'un BOT lié au compte Twitter du Groupe Renault, les participants de l'événement étaient invités à partager leur vision du véhicule du futur en 2030, à travers un « Direct Message ». Un message qui serait dissimulé pour être déterré bien plus tard dans le futur... en réalité dès la fin de la même année, au moment du reveal d'un de nos véhicules, SYMBIOZ, un show-car autonome, électrique et connecté, symbole de sa vision de la mobilité à l'horizon 2030.. Cette opération a généré une mécanique conversationnelle assez forte. Et a permis à Renault d'émerger au milieu des autres constructeurs présents, à la faveur.

Je pense également à notre jeu collaboratif en réalité alterné, lancé en avril 2018, pour découvrir la mobilité à l'heure de la smart city. « Mobility Theory » est une expérience immersive, qui se joue à la fois sur les réseaux sociaux, au sein des plateformes de gaming (Discord) et dans le monde réel. L'objectif était de localiser un certain Laurent Marcovick. Nous avons disséminé des indices sur des médias partenaires et des lieux physiques. Cela a naturellement généré de la conversation en organique, sur les réseaux sociaux des participants et contribuer à faire parler de Renault de manière ludique et inédite.
«La F1 génère de très fortes audience et assure une notoriété à l'échelle internationale.»

Vous faites également participer des influenceurs de renom, dans des petites pastilles vidéos de 3 minutes. Récemment le pilote Renault DP World F1 Team Esteban Ocon et l'influenceur français WorldSupercars, qui découvrent une de vos nouvelles gammes hybrides. Quelle a été la logique derrière ce dispositif ?

E. G. – La F1 génère de très fortes audience et assure une notoriété à l'échelle internationale. Elle nous aide à des fins d'awareness sur des marchés sur lesquels nous sommes en développement, comme le Brésil ou l'Inde, des marchés où la marque Renault est connue, mais pas autant qu'en France. La série Netflix Drive to survive, qui existe maintenant depuis deux saisons et met en scène le monde de la F1, a beaucoup contribué à étendre les communautés de fans de Formule 1, et à les rajeunir. C'est une série très efficace, qui génère beaucoup d'émotion. Elle montre qu'au-delà de la performance sportive, il y a une dimension humaine très forte, puisque c'est un challenge assez difficile d'un point de vue sportif. Et une innovation technologique de pointe. Notre objectif, à travers le dialogue entre WorldSupercars et Esteban, était bien de montrer à quel point notre engagement technologique et humain dans cette discipline a servi le développement de nos nouveaux modèles de gamme, en l'occurrence.

Quelle stratégie de communication avez-vous adoptée pendant le confinement ?

E. G. – Tout le monde a été pris de court. Notre objectif était d'accompagner l'activité non seulement quand elle s'arrête, mais également lors de sa reprise. La priorité était de communiquer avec nos collaborateurs. C'était d'abord des enjeux de communication interne.

Concernant la communication externe, et digitale, il s'agissait avant tout de mettre en avant des initiatives solidaires du Groupe Renault qui avaient lieu partout dans le monde, en gardant une posture informative : dons, bénévolat, matériel médical, visières de protection, entretien de véhicules prioritaires (ambulances, gendarmes) On souhaitait informer et valoriser les initiatives qui venaient des équipes mais sans trop en faire. Il ne s'agissait surtout pas de lancer des quelconques campagnes paid, sur le sujet. Cela aurait été déplacé ; il fallait, à mon sens, pour le coup opter pour une communication corporate très classique.

Ma conviction était qu'il était préférable par ailleurs d'éviter des campagnes de communication ou de marketing « alibi » sur la situation, avec des références explicites sur le fait d'être en confinement chez soi. C'est une situation très grave dont nous ne sommes d'ailleurs pas sortis. Il s'agit, en tant que groupe, d'adopter une communication humble, vis-à-vis de la situation actuelle. En parallèle, nous avons tenu à garder le lien avec nos audiences, avec des sujets un peu plus éloignés du business, mais qui sont au cœur de notre ADN : l'occasion de mettre en avant des sujets d'innovation (concept car) d'engagements (RSE), de revisiter les 120 ans d'histoire du groupe) ou de donner un éclairage inédit sur notre engagement en Formule 1. Le tout à la faveur de contenus visuels, audios ou d'articles pour continuer à raconter la vie de l'entreprise auprès de nos communautés organiques.

Pour la reprise, nous avons bien sûr une priorité : soutenir un plan produit autour d'une nouvelle gamme de véhicules hybrides, notamment en expliquant la dimension innovante de ces produits et la manière dont ils ont été pensés par nos ingénieurs.

Quel impact le Covid a-t-il eu sur l'approche de la communication ? 

E. G.  Dans la mesure où nous ne sommes pas sortis de la crise, quand on regarde à l'échelle mondiale, il est encore bien trop tôt pour en tirer des leçons marketing ou communication. Une chose est sûre : les budgets ont été fortement impactés. Ce qui amène à une redéfinition des priorités. Il y a une tendance qui se dégage, révélée par l'étude Cision, qui est la suivante : on va peut-être continuer à miser davantage sur des activations sociales media ou influence créatrices de valeur ajoutée,  de contenus ciblés.

Fatalement, les activités événementielles sont impactées, ne serait-ce que parce qu'elles sont impossibles à mettre en place au moment où l'on se parle, dans leur format classique, pour des raisons sanitaires. Cela nous pousse à nous interroger : comment révéler demain un véhicule au grand public ? L'usage, dans notre secteur, est de le faire très souvent dans un salon automobile. Aujourd'hui, tous les constructeurs sont en train d'adopter des approches plus hybrides entre le digital et le physique. Les véhicules sont bien sûr proposés à des journalistes, présentés au grand public, mais seront plus fortement valorisés sur le digital, avec des expériences complémentaires. Pas seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi à travers les sites – des immersions possibles dans le véhicule – en 360° pour avoir des infos complémentaires et interactives. Le tout est de trouver un équilibre.
«Instagram répond aux critères clés de l'audience que nous visons avec des contenus snackables, tantôt visuels, aspirationnels, tantôt pédagogiques (...)»

Quelles sont les plateformes que vous affectionnez ?

E. G.  Instagram a connu une montée en puissance indiscutable ces dernières années, avec, à mon sens, un juste équilibre entre le feed et les stories, dans lesquelles le réseau social continue à pousser des innovations intéressantes.  Ces innovations ne sont jamais en rupture, au point d'endommager l'expérience utilisateur, comme cela a pu être le cas chez Snapchat avec des frondes des utilisateurs. Pour une marque automobile, Instagram répond aux critères clés de l'audience que nous visons avec des contenus snackables, tantôt visuels, aspirationnels, tantôt pédagogiques, à travers notamment les stories. Il convient de toujours garder un œil curieux sur les innovations de l'écosystème social, sans pour autant tomber dans le systématisme : je sais aujourd'hui qu'une marque corporate aura tout intérêt à tester les Tweets vocaux lancés cette semaine par Twitter, je suis moins sûr qu'elle ait sa place en revanche sur TikTok.
Vous souhaitez partager votre vision avec vos pairs ? Contactez-nous pour nous proposer un sujet.


A lire ou à voir également sur le même sujet

Le journal Le Monde tourne sur TikTok… et ça marche !

« L'actualité simple, basique et en musique. » Depuis le 15 juin 2020, le journal Le Monde a investi l'application la plus téléchargée de 2019, TikTok,...

« L'actualité simple, basique et en musique. » Depuis le 15 juin 2020, le journal Le Monde a investi l'application la plus téléchargée de 2019, TikTok, avec des vidéos pédagos et ludiques. Un canal utilisé pour atteindre un nouveau public, la génération Z, qui bien souvent ne connaît pas ce quotidien vénérable.

« L’intérêt était d’aller à contre-courant des discours larmoyants pour transmettre un message plus constructif »

Tourner une scène de péplum en plein déconfinement ? Une véritable prouesse qu'a relevée, en trois jours de tournage, BNP Paribas pour sa nouvelle campagne de marque,...

Tourner une scène de péplum en plein déconfinement ? Une véritable prouesse qu'a relevée, en trois jours de tournage, BNP Paribas pour sa nouvelle campagne de marque, réalisée par Katia Lewkowicz. Avec en toile de fond un slogan solidaire : « On est plus forts quand on est accompagnés. » Story Jungle a échangé avec Élodie Dufrane, Global Head of Brand, Strategy & Sponsoring de BNP Paribas, à l'origine du projet, sur son contexte stratégique, les partis pris et les conditions de réalisation du film publicitaire. Entretien.

Doit-on devenir une marque pour réussir ?

Créer sa marque, disposer de son propre public reste une assurance dans un marché volatil. Le personal branding a son importance dans un marché précaire en pleine mutation...

Créer sa marque, disposer de son propre public reste une assurance dans un marché volatil. Le personal branding a son importance dans un marché précaire en pleine mutation.

Coronavirus : le podcast pète la forme

On aurait voulu vous faire une newsletter 100% coronavirus free, mais ce n'est pas possible... Newsletters, blogs, articles, podcasts : les éditeurs se sont livrés à une surenchère...

On aurait voulu vous faire une newsletter 100% coronavirus free, mais ce n'est pas possible... Newsletters, blogs, articles, podcasts : les éditeurs se sont livrés à une surenchère de formats pour couvrir l'épidémie du coronavirus. Le New York Times vient d'ailleurs de créer une section dédiée à l'épidémie, accessible gratuitement. Au coeur de cette avalanche de contenus, les podcasts semblent s'imposer et vivre un mini-boom, comme le rapporte Digiday.

Comment promouvoir la culture LinkedIn dans les entreprises B2B ?

La plupart des entreprises B2B sont loin d'exploiter tout le potentiel de LinkedIn. La bonne nouvelle, c'est que ces entreprises possèdent déjà l'ingrédient essentiel pour...

La plupart des entreprises B2B sont loin d'exploiter tout le potentiel de LinkedIn. La bonne nouvelle, c'est que ces entreprises possèdent déjà l'ingrédient essentiel pour se construire une solide présence sur cette plateforme : leurs employés. Devin Reed (Gong) nous explique comment installer une authentique culture LinkedIn dans l'entreprise.

« On est passé d’une marque de transport opérateur à une marque de service du quotidien »

La RATP fait peau neuve et souhaite donner un supplément d'âme à sa communication. Depuis le lundi 5 octobre, le groupe a lancé une nouvelle plateforme de marque en Île-de...

La RATP fait peau neuve et souhaite donner un supplément d'âme à sa communication. Depuis le lundi 5 octobre, le groupe a lancé une nouvelle plateforme de marque en Île-de-France, qui place l'humain au cœur de sa stratégie.

Comment bâtir une communication audacieuse

Récemment, Bpifrance suggérait aux entrepreneurs tentés par l'export : "Allez vous faire voir ailleurs !"

Récemment, Bpifrance suggérait aux entrepreneurs tentés par l'export : "Allez vous faire voir ailleurs !"

Rencontres de l'Udecam : interview avec Guillaume Cavaroc, de Facebook

Story Jungle était présent aux Rencontres de l'Udecam. On en a profité pour interroger Guillaume Cavaroc, directeur des affaires, Retail et e-commerce de Facebook...

Story Jungle était présent aux Rencontres de l'Udecam. On en a profité pour interroger Guillaume Cavaroc, directeur des affaires, Retail et e-commerce de Facebook. Au programme de la conversation : la relance par la digitalisation, l'urgence de communiquer sur sa marque et le déploiement de Shops.

« Le podcast n'est pas une publicité, il doit avoir une valeur pour l'auditeur »

Le podcast tient le haut de l'affiche. A l'occasion du Paris Podcast Festival, qui se tient du 15 au 18 octobre à la Gaîté Lyrique à Paris, Story Jungle a échangé avec Vladimir...

Le podcast tient le haut de l'affiche. A l'occasion du Paris Podcast Festival, qui se tient du 15 au 18 octobre à la Gaîté Lyrique à Paris, Story Jungle a échangé avec Vladimir Klimov, Director Strategy and Content France de Deezer, sur les effets du confinement de la crise et les habitudes d'écoute des Français.

ABM : « L'idée est de débuter une relation avec notre cible sur une base très qualitative »

A l'occasion de notre nouvelle série live sur LinkedIn : "Nouveau monde, nouvelle jungle, nouvelles stratégies", Gilles Prigent, directeur de l'agence de content marketing Story...

A l'occasion de notre nouvelle série live sur LinkedIn : "Nouveau monde, nouvelle jungle, nouvelles stratégies", Gilles Prigent, directeur de l'agence de content marketing Story Jungle s'est entretenu avec Philippe Duchene, CMO de la business line Enterprise retail chez Ingenico GroupM, autour de l'ABM.

Comment apporter davantage de valeur que la valeur d'écoute ?

Directeur de la communication digitale et innovation d'EDF et administrateur du Club des annonceurs, Hubert Blanquefort d'Anglards s'est prêté au jeu de l'interview avec Story...

Directeur de la communication digitale et innovation d'EDF et administrateur du Club des annonceurs, Hubert Blanquefort d'Anglards s'est prêté au jeu de l'interview avec Story Jungle. Il revient avec nous sur cette période particulière du confinement, marquée par la digitalisation des événements et la volonté des marques de se mettre en retrait, face à une situation sanitaire critique.

B2B : 4 tendances pour 2022

Une fois n'est pas coutume, en ce début d'année, on vous propose de relever les tendances que l'on observe, en tant qu'agence, sur le marché des contenus B2B. C'est parti.

Une fois n'est pas coutume, en ce début d'année, on vous propose de relever les tendances que l'on observe, en tant qu'agence, sur le marché des contenus B2B. C'est parti.

« Ce qui importe, c’est la capacité de se réinventer, de créer de nouvelles formes de rencontres »

Fondateur de la première conférence TEDx européenne, cofondateur de Rue89, ancien directeur numérique de France 24, créateur de l'agence Joshfire spécialisée dans les objets...

Fondateur de la première conférence TEDx européenne, cofondateur de Rue89, ancien directeur numérique de France 24, créateur de l'agence Joshfire spécialisée dans les objets connectés, à la tête de l'agence Brightness depuis 2012 qui accompagne les événements Boma, Michel Lévy-Provençal a plus d'une corde à son arc. Salué pour sa capacité à capter les tendances et les innovations de la révolution numérique, l'entrepreneur aguerri s'est prêté au jeu de l'interview pour Story Jungle. Il évoque avec nous le futur de l'événementiel, alors que le monde se déconfine petit à petit.

Bible des médias : quel bilan pour les formats ?

Podcasts, smartphones, réseaux sociaux et pandémie : l'étude du Reuters Institute revient sur une année marquée par le Covid et les restrictions.

Podcasts, smartphones, réseaux sociaux et pandémie : l'étude du Reuters Institute revient sur une année marquée par le Covid et les restrictions.

“La crise du covid-19 semble avoir réaffirmé le poids des médias d’information”

Comme chaque année, le Reuters Institute for the Study of Journalism publie son rapport sur la consommation de l'information dans le monde. S'appuyant sur un panel de 46 pays...

Comme chaque année, le Reuters Institute for the Study of Journalism publie son rapport sur la consommation de l'information dans le monde. S'appuyant sur un panel de 46 pays, l'étude de 164 pages fait le point sur les liens entre les médias et les consommateurs. Et bonne nouvelle, 44% des sondés estiment faire confiance aux médias, soit six points de plus que l'année dernière. On a échangé sur les principaux points du Digital News Report avec deux instigateurs de l'étude : Rasmus Nielsen, directeur du Reuters Institute et Nic Newman, Senior Research Associate au Reuters Institute.

« Le message pour toutes ces entreprises est clair : allons-y, Go ! Communiquons ! »

Soutenir les entreprises pendant la crise. Telle est la mission principale de Bpifrance, la Banque Publique d'Investissement. Comment s'y prendre ?...

Soutenir les entreprises pendant la crise. Telle est la mission principale de Bpifrance, la Banque Publique d'Investissement. Comment s'y prendre ? En maintenant – entre autres - une communication soutenue. Patrice Bégay, directeur exécutif de Bpifrance évoque avec nous l'importance de communiquer, surtout en période de crise et les nouveaux projets de campagnes de BPI.

Médias en Seine : quelle place pour les médias aujourd’hui ?

Jamais les médias n'ont été autant lus, regardés, consommés. Face à une crise sanitaire sans précédent, ils ont joué un rôle d'accompagnateur auprès d'une audience avide...

Jamais les médias n'ont été autant lus, regardés, consommés. Face à une crise sanitaire sans précédent, ils ont joué un rôle d'accompagnateur auprès d'une audience avide de décryptages et d'informations pratiques.

Campagnes de marque : jusqu'ici tout va bien

Cette fois, les annonceurs restent vaillants. Alors que les campagnes de communication s'étaient arrêtées brutalement lors du premier confinement,...

Cette fois, les annonceurs restent vaillants. Alors que les campagnes de communication s'étaient arrêtées brutalement lors du premier confinement, elles se maintiennent à flot aujourd'hui, avec la perspective des fêtes de fin d'année.

Le secteur événementiel en ordre de bataille

Remballés les petits fours et le champagne, les poignées de main plus ou moins chaleureuses dans les allées, les deals naissants dans les stands : la crise du Covid-19 a sonné...

Remballés les petits fours et le champagne, les poignées de main plus ou moins chaleureuses dans les allées, les deals naissants dans les stands : la crise du Covid-19 a sonné le glas des grand-messes. Depuis le début de la crise, 4 500 événements ont été annulés et 3 000 ont été reportés – avec une perte de 15 milliards d'euros, selon l'Union des métiers de l'événement. Un coup dur sans précédent pour le secteur de l'événementiel, qui a cherché son salut dans la digitalisation, et envisage désormais son avenir dans un équilibre entre distanciation et présentiel. Comment s'est opérée cette transformation des événements et avec quelles perspectives ? Quel futur espérer pour l'événementiel ?

« Partager du contenu pédagogique, c’est un premier pas »

Depuis plusieurs jours, les marques prennent position en faveur du mouvement Black Lives Matter. Beaucoup ont notamment participé au "Blackout Tuesday" en noircissant leurs comptes...

Depuis plusieurs jours, les marques prennent position en faveur du mouvement Black Lives Matter. Beaucoup ont notamment participé au "Blackout Tuesday" en noircissant leurs comptes de médias sociaux avec des carrés noirs en signe de solidarité avec les protestations. Stratégie sincère ou opportuniste ? Éléments de réponse avec Stéphanie Laporte, Directrice agence social media OTTA

« Il ne faut jamais avoir de certitudes dans le digital »

Depuis 2017, Marie-Alix Roussotte est la directrice de la communication et du digital chez Algeco, leader de la construction modulaire. Sa spécialité ?...

Depuis 2017, Marie-Alix Roussotte est la directrice de la communication et du digital chez Algeco, leader de la construction modulaire. Sa spécialité ? Générer des leads qualifiés grâce à une très fine analyse des datas. En juin 2019, elle a ainsi remporté le Prix du meilleur dispositif de qualification de leads Algeco/Awe Grand Prix du Marketing B2B. Cette professionnelle de la communication partage avec nous son regard sur l'impact de la crise et le rôle des marques, en cette sortie de confinement.

« Le soutien à l’écosystème de la communication et des médias est plus que nécessaire »

Depuis le début du confinement, les recettes publicitaires connaissent une chute vertigineuse. Afin d'aider les médias à sortir la tête de l'eau, Aurore Bergé,...

Depuis le début du confinement, les recettes publicitaires connaissent une chute vertigineuse. Afin d'aider les médias à sortir la tête de l'eau, Aurore Bergé, rapporteure du projet de loi sur l'audiovisuel, plaide pour la mise en place d'un crédit d'impôt sur les dépenses de communication. Bertrand Beaudichon, CEO d'Initiative, agence média du groupe IPG Mediabrands, et ancien président de l'Udecam, réagit à la proposition pour Story Jungle et évoque les nouvelles dynamiques d'un secteur ébranlé par une crise sans précédent.

Le coronavirus va-t-il achever les médias ?

L'audience explose. Les revenus publicitaires s'effondrent. C'est le grand paradoxe auquel doivent faire face les médias, fragilisés par un modèle économique déjà précaire...

L'audience explose. Les revenus publicitaires s'effondrent. C'est le grand paradoxe auquel doivent faire face les médias, fragilisés par un modèle économique déjà précaire, en cette période d'épidémie dévastatrice. Fuite des annonceurs, recours au chômage partiel, fermeture des kiosques, distribution allégée de La Poste, Presstalis à la dérive : la presse se prépare à un exercice de haute voltige.

Médias : l'asphyxie

Face à la crise du coronavirus, les médias prennent l'eau (notamment parce que les annonceurs ne souhaitent pas être associés au coronavirus comme évoqué précédemment dans...

Face à la crise du coronavirus, les médias prennent l'eau (notamment parce que les annonceurs ne souhaitent pas être associés au coronavirus comme évoqué précédemment dans notre enquête), et cherchent activement des solutions. Story Jungle prend le pouls de cette situation inédite. Tour d'horizon d'un écosystème éprouvé.

Le pire n'est jamais décevant

Nous vivons une période exceptionnelle alors que nous achevons notre 2e semaine de confinement comme de près de 3 milliards de personnes dans le monde. Non,...

Nous vivons une période exceptionnelle alors que nous achevons notre 2e semaine de confinement comme de près de 3 milliards de personnes dans le monde. Non, personne n'a jamais connu cela, n'en déplaise à Simon Sinek. Sur le plan économique, on ne vit pas le chamboulement de la vague internet : des gens meurent, d'autres sont sur le front. Le contexte, ça change tout.

La chute

Le Covid frappe de plein fouet le marché publicitaire... mais épargne (légèrement) le digital. C'est ce que révèle le Baromètre unifié du marché publicitaire (BUMP),...

Le Covid frappe de plein fouet le marché publicitaire... mais épargne (légèrement) le digital. C'est ce que révèle le Baromètre unifié du marché publicitaire (BUMP), publié mi-mai et co-réalisé par France Pub, l'Institut de recherches et d'études publicitaires (IREP) et Kantar, pour le premier trimestre de l'année 2020 par rapport au 1er trimestre 2019.

Les marques au service des gens

Aider son prochain. Tel pourrait être le nouveau mantra des marques, en ces temps agités. Plutôt que de promouvoir tel ou tel service, elles doivent « profiter »...

Aider son prochain. Tel pourrait être le nouveau mantra des marques, en ces temps agités. Plutôt que de promouvoir tel ou tel service, elles doivent « profiter » de cette période pour mettre en valeur leur « raison d'être », c'est-à-dire le sens profond qu'une entreprise donne à son activité. « Il faut une réaction, il faut que les marques continuent d'exister pendant la crise », intime Pierre Gomy, directeur chargé des marques chez Kantar France. « Quelle que soit la réponse, l'essentiel est qu'elle soit authentique, en phase avec la personnalité de la marque », indique-t-il à l'AFP.

« Le contenu représente l’essentiel de la communication : Content is King »

Depuis janvier 2018, Frédéric Fougerat dirige – entre autres – la communication du groupe Foncia, spécialisé dans l'administration de biens et la transaction immobilière...

Depuis janvier 2018, Frédéric Fougerat dirige – entre autres – la communication du groupe Foncia, spécialisé dans l'administration de biens et la transaction immobilière. Ce professionnel du verbe partage avec nous sa stratégie et sa vision de la communication, à l'ère des réseaux sociaux et des polémiques à répétition, et insiste sur l'importance du contenu. Entretien.

Brut Shop, la plateforme de live shopping de Brut et Carrefour

Brut. et Carrefour annonçaient le 1er février la naissance de BrutShop, une « co-entreprise » dédiée au commerce social et au live shopping.

Brut. et Carrefour annonçaient le 1er février la naissance de BrutShop, une « co-entreprise » dédiée au commerce social et au live shopping.

Ghostwriting et copywriting sur LinkedIn

C'est un sujet de la newsletter Story Jungle qui vous a fait réagir : le ghostwriting et le copywriting explosent sur LinkedIn.

C'est un sujet de la newsletter Story Jungle qui vous a fait réagir : le ghostwriting et le copywriting explosent sur LinkedIn.

Comment soigner son image employeur ?

Pour Frédéric Fougerat, directeur de la communication et du marketing du groupe Emeria, on ne doit pas parler de marque employeur mais de communication ou d'image employeur.

Pour Frédéric Fougerat, directeur de la communication et du marketing du groupe Emeria, on ne doit pas parler de marque employeur mais de communication ou d'image employeur.

Communication politique: rester audible dans le vacarme des réseaux sociaux

À moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, la campagne électorale a du mal à décoller. Les candidats n'impriment pas.

À moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, la campagne électorale a du mal à décoller. Les candidats n'impriment pas.

Les nouvelles frontières du Web 3.0

C'est le buzzword de ce début d'année. Le Web 3.0, présenté comme le troisième chapitre d'internet, entend redonner le pouvoir aux internautes...

C'est le buzzword de ce début d'année. Le Web 3.0, présenté comme le troisième chapitre d'internet, entend redonner le pouvoir aux internautes. Au cœur de cette nouvelle révolution : la blockchain, la décentralisation de l'information et des données qui convoquent à la fois cryptomonnaies, NFT, réalité virtuelle ou encore le cloud

Pourquoi les managers doivent-ils devenir des créateurs de contenus ?

Pourquoi les grands managers doivent-ils devenir des créateurs de contenu, ambassadeurs de leur marque ?

Pourquoi les grands managers doivent-ils devenir des créateurs de contenu, ambassadeurs de leur marque ?

Comment produire des formats efficaces en temps de « guerre »

Comment produire des formats efficaces, en période de confinement ? Si le secteur événementiel en a pris un coup – rappelons que d'innombrables grands événements ont été...

Comment produire des formats efficaces, en période de confinement ? Si le secteur événementiel en a pris un coup – rappelons que d'innombrables grands événements ont été annulés ou repoussés (China Connect, E-marketing Paris 2020, Big Data Paris, Mobile World Congress à Barcelone, Global Marketing Summit de Facebook à San Francisco...) –, d'autres canaux de communication existent et se renforcent. Avec les moyens du bord. Story Jungle a dressé pour vous une liste de formats et d'outils plébiscités, à l'ère du coronavirus.

« Transformer les collaborateurs en ambassadeurs de marque est un enjeu majeur »

Rémi Valade est responsable du marketing en ligne de SAP France, l'un des leaders mondiaux de logiciels d'entreprise. Il évoque avec Story Jungle la réflexion stratégique de...

Rémi Valade est responsable du marketing en ligne de SAP France, l'un des leaders mondiaux de logiciels d'entreprise. Il évoque avec Story Jungle la réflexion stratégique de la filiale française du groupe allemand, ainsi que sa vision sur les formats d'aujourd'hui et de demain. Entretien (un peu) technique.

Un émoji qui rit sera probablement ajouté à la liste des réactions sur LinkedIn

C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup. On vous dit tout.

C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup. On vous dit tout.

Comment utiliser LinkedIn pour attirer et fidéliser des talents ?

C'est le sujet chaud du moment. Comment mettre ses campagnes de contenus au service de son besoin de recrutement. LinkedIn propose une réponse via un guide publié ce 11 mai...

C'est le sujet chaud du moment. Comment mettre ses campagnes de contenus au service de son besoin de recrutement. LinkedIn propose une réponse via un guide publié ce 11 mai suggérant de marier brand marketing et Demand Generation.

Ann Handley, experte des contenus et du marketing digital

Ann Handley est la directrice du contenu de MarketingProfs, une société de formation qui donne des conseils de communication aux spécialistes du marketing.

Ann Handley est la directrice du contenu de MarketingProfs, une société de formation qui donne des conseils de communication aux spécialistes du marketing.

LinkedIn change son algorithme

LinkedIn annonce changer son algorithme. La plateforme a réagi suite aux feedbacks de ses membres. Désormais, les utilisateurs auront « plus de contrôle sur leur feed ».

LinkedIn annonce changer son algorithme. La plateforme a réagi suite aux feedbacks de ses membres. Désormais, les utilisateurs auront « plus de contrôle sur leur feed ».

Nicholas Thompson, CEO de The Atlantic

S'il a commencé dans les rues de New York, gratouillant sa guitare, Nicholas Thompson est aujourd'hui bien loin des pavés

S'il a commencé dans les rues de New York, gratouillant sa guitare, Nicholas Thompson est aujourd'hui bien loin des pavés

Élise Fabing, avocate au Barreau de Paris

« L'accès au droit pour tous. » Tel est le credo défendu par Élise Fabing

« L'accès au droit pour tous. » Tel est le credo défendu par Élise Fabing

YouTube : prison dorée ?

Les YouTubeurs ne sont pas "okay" avec la plateforme.

Les YouTubeurs ne sont pas "okay" avec la plateforme.

TikTok Pulse : annonceurs aux côtés de "la crème de la crème"

TikTok lance Pulse : un programme pour rémunérer les plus gros créateurs.

TikTok lance Pulse : un programme pour rémunérer les plus gros créateurs.

Roxanne Varza, directrice de Station F

Roxanne Varza est la directrice de la plus grande pépinière de startups au monde, créée en 2017 par Xavier Niel.

Roxanne Varza est la directrice de la plus grande pépinière de startups au monde, créée en 2017 par Xavier Niel.

close
{POPUP_CONTENT}

Agence Linkedin

Agence content marketing B2B

Média