La communication politique s’invite sur TikTok

entretien

La communication politique s’invite sur TikTok

La communication politique s’invite sur TikTok

Propos recueillis par Alexandra Klinnik- Publié le 31 octobre 2020
0
0

Snapchat, Facebook, Twitter, Instagram et... maintenant Twitch et TikTok : la communication politique s'invite sur les nouvelles plateformes. Au mois de février dernier, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, s'est lancé sur TikTok. Aujourd'hui, le compte rassemble plus de 30 000 abonnés. Story Jungle a échangé sur le sujet avec Nicolas Dieudonné, en charge des réseaux sociaux d'Elio Di Rupo, et Nicolas Baygert, docteur en sciences de l'information et de la communication et enseignant à Sciences Po Paris.


Elio Di Rupo, le ministre-président wallon, est un personnage qui a dépassé les frontières. Il a investi TikTok en février dernier. Quel était le contexte ? Pourquoi choisir cette plateforme très prisée par les jeunes ?

«Notre réflexion a été de s'interroger sur la façon dont on pouvait toucher un public plus jeune – pas forcément conscient des actions politiques.»

Nicolas Dieudonné –
Au mois de janvier dernier, une nouvelle équipe de communication, dont je fais partie, a intégré les rangs du ministre-président wallon. Nous sommes trois profils extérieurs au monde politique. Cette volonté de redonner un coup de frais s'est traduite par des actions de communication plus modernes. Je viens des médias. Je me suis vite aperçu que TikTok prenait de plus en plus d'ampleur, avec un vrai public de plusieurs millions de personnes. Notre réflexion a été de s'interroger sur la façon dont on pouvait toucher un public plus jeune – pas forcément conscient des actions politiques – et de façon efficace. C'est lors du carnaval de Binche – événement majeur en Belgique – qu'on a saisi l'opportunité de se lancer. On y voit le ministre-président wallon danser, au milieu d'un cortège de musiciens (la vidéo a atteint les 187 000 vues avec en fond la chanson de Carla « Bim Bam toi »).

S'est dessinée ensuite une stratégie cohérente : diffuser régulièrement du contenu, en s'adaptant aux codes de la plateforme. C'est-à-dire raconter aussi bien l'activité politique qu'aborder le background avec des moments de vie. L'idée est de créer de la proximité et d'éduquer la jeune génération à la politique, de se servir de ce canal pour conscientiser. Avec la crise sanitaire en cours, TikTok a servi de canal pour rappeler l'importance des gestes barrières : il souligne que le gouvernement est actif pour gérer cette crise. Jusqu'à maintenant le succès est au rendez-vous. On dépasse les 4,5 millions de vues actuellement, avec une série d'interactions et de commentaires.
«Il y a un risque que l'on ne retienne que les petites saynètes et que la performance ludique se substitue à la persuasion politique.»

Est-ce finalement un passage obligé pour les politiques d'investir les nouvelles plateformes, telles que TikTok ?

Nicolas Baygert – Effectivement. On s'attend à ce que les leaders politiques d'envergure, de premier plan investissent ce type de plateforme. Dans un contexte sanitaire inquiétant, il est pertinent de s'adresser aux jeunes citoyens là où ils se trouvent. Aujourd'hui, on fait face à une segmentation de l'audience, à une segmentation des plateformes. La communication publique et politique ne peut plus seulement passer par la télévision. C'est un temps révolu. 
Il est possible d'adapter sa communication sur TikTok en faisant quelques scènes potaches. Mais la dérision propre à la plateforme peut déteindre sur l'intégralité de votre posture communicationnelle. Il y a le risque que l'on ne retienne que les petites saynètes et que la performance ludique se substitue à la persuasion politique.

Est-ce un risque auquel vous êtes sensibles pour la communication d'Elio Di Rupo ?

N. D. – C'est toujours très borderline d'être présent sur une plateforme de ce genre. On veille toujours à ne pas franchir les limites et garder l'image d'un ministre-président. Notre but est de toucher un public qui n'est pas assez concerné par la politique. Le seul moyen d'attirer son attention ? Adopter les codes de la plateforme. Plusieurs leviers peuvent être mis en place : la musique, les tendances, les challenges. Je prends exemple sur Jean-Luc Mélenchon, qui s'est inspiré de Wejdene et son hit Anissa dans une courte vidéo TikTok où il s'adresse aux bacheliers : s'il y a eu beaucoup de railleries, le débat s'est créé entre les utilisateurs.

Pour TikTok, nous n'avons jamais créé de vidéos à proprement parler - seulement une fois ou deux – à destination de TikTok. On met en musique un contenu, tout en faisant un montage dynamique. L'algorithme s'adapte pour mettre en avant les vidéos les plus divertissantes.

Des leaders d'extrême droite trouvent en TikTok un terrain privilégié. Comment expliquer ce phénomène ?

N. B. – C'est une tendance qui s'explique par le cordon sanitaire médiatique qui est imposé dans certains pays. Les médias traditionnels ne leur donnent pas la parole. Il y a cette volonté d'atteindre un public jeune, peu informé sur les casseroles de certaines de ses formations politiques d'extrême droite, populistes ou d'extrême gauche. Les partis d'extrême droite vont mettre en avant des profils d'influenceurs, des digital natives, des individus avec une fan base conséquente. Il y a un enjeu stratégique majeur. D'autant plus que ces formations-là dépensent beaucoup sur des plateformes comme Facebook avec de la publicité. Il y a vraiment un champ de bataille qui demande à être investi par les autres formations traditionnelles.

Dans ce contexte, quel bilan tirez-vous neuf mois après votre lancement sur TikTok ?

N. D. – Un bilan très positif. Un échange s'est construit. Une vraie proximité avec le citoyen se forme. Le ministre-président nous a même fait part de retours positifs de jeunes qui le reconnaissent dans la rue, grâce aux vidéos TikTok. Il y a eu un effet direct sur la popularité sur ce public-là. On ne s'attendait pas à des retours aussi rapides. Nous avons encore beaucoup de travail : notre intention est de faire passer des messages plus politiques pour expliquer l'activité de notre gouvernement. Nous ne sommes pas en campagne, comme pourraient l'être les différents partis extrêmes en Belgique. Ils sont davantage tournés vers une communication agressive avec une envie de titiller les jeunes. Il y a une critique virulente du monde politique. Nous, nous sommes là pour montrer concrètement notre politique et narrer grâce à un storytelling tout ce qui se passe en Wallonie : comment fonctionnent les différents niveaux de pouvoir ?
«Être un politique aujourd'hui sur les réseaux, c'est être un bon community manager.»

Elon Musk se passe de son service de presse pour Tesla, de plus en plus d'Américains s'informent sur YouTube, selon le Pew Research Center : les médias traditionnels sont contournés. Quel regard portez-vous sur ces faits ?

N. B. – C'est la leçon de Donald Trump. On peut exister sans les médias. Il y a une volonté de court-circuiter les intermédiaires. Les jeunes se renseignent davantage sur les réseaux sociaux tels que YouTube et Instagram. Il y a un enjeu central pour l'information politique. Par le passé, elle résultait d'une co-construction avec les communicants, les politiques et les journalistes qui filtraient la parole politique. Aujourd'hui, le filtre n'existe plus. La limite entre le journalisme, l'information et la propagande est de plus en plus ténue. De nombreux politiques participent au « simulacre de proximité » : ces leaders politiques s'adressent à leurs audiences comme des stars, ils ont leurs « fan bases ». Être un politique aujourd'hui sur les réseaux, c'est être un bon community manager.

Quel regard portez-vous sur la communication des deux candidats à la présidentielle ?

N. D. – Ça tire vraiment à balles réelles. Pour Donald Trump, sa communication se traduit par des punchlines, des échanges très virulents, des attaques frontales en permanence. Joe Biden essaye de conserver une stature de la bien-pensance et de rester l'opposé de Donald Trump. Les contenus produits par l'équipe de Trump sont des memes viraux. J'ai l'impression qu'il n'y a plus vraiment de limites. Tous les moyens sont bons pour attaquer frontalement le candidat, en flux continu. Aucun répit pour l'adversaire.

N. B. – L'effort de la campagne de 2016 n'a jamais cessé. Il y a une polarisation accrue du paysage politique américain. On ne cherche plus à convaincre le ventre mou, les indécis, le centre : on cherche à muscler davantage sa communication pour asséner des coups létaux à son adversaire. Culturellement, on a du mal à saisir l'agressivité de la campagne de Trump. Mais la tradition de la publicité politique négative fait partie du folklore américain. La présence de Donald Trump sur les réseaux sociaux est beaucoup plus forte : presque dix fois plus d'abonnés sur Facebook ; pour Twitter, c'est encore plus. Joe Biden est dans la recherche de contenus : il va chercher à dialoguer avec des influenceurs, avec un ton apaisé. Trump est dans le tweet tueur, dans la décrédibilisation de son adversaire. Il va mettre en place toute une série de stratégies qui visent à dégommer son adversaire.

Alexandria Ocasio-Cortez, élue à la Chambre des représentants et membre du Parti démocrate, a joué la semaine dernière au jeu « Among Us » sur Twitch. Au total, plus de 435 000 spectateurs simultanés ont suivi la session. Quel regard portez-vous sur la plateforme ?

N. B. – C'est une question de génération. Cette adoption du média par AOC nous paraît naturelle. Cela aurait l'effet opposé pour un leader politique qui  a sa carrière derrière lui, présent sur la scène politique depuis longtemps. Les spectateurs auraient l'impression de voir une stratégie cosmétique. Il faut trouver le bon moyen d'expression : pas forcément en jouant, mais en prenant la parole. On ne va pas investir une plateforme juste parce que celle-ci est populaire, cela risque d'être contre-productif.

#TikTok

   

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}