entretien

Snapchat, quelles tendances, quels formats privilégier ?

Snapchat, quelles tendances, quels formats privilégier ?

Publié le 09 octobre 2021
0

Alors que Snapchat a annoncé sa grille de rentrée, le 30 septembre, Story Jungle a échangé en live avec Patrick Heneghan, Marketing Lead Southern Europe de Snap. À l'heure où la plateforme fête ses dix ans, on a évoqué les dernières tendances qui l'animent, ses audiences, ses nouveaux formats, son positionnement face à Instagram et TikTok. Entretien.

;

Snap France a annoncé sa grille de rentrée, un peu à la manière des chaînes de télé. L'approche est originale pour une plateforme sociale. Vous vous percevez comme un bouquet de chaînes de télé ?

Effectivement. C'est un type de présentation que l'on avait déjà choisi l'année dernière. Cette grille de rentrée représente la façon dont on aborde les contenus. Proposer des contenus éditorialisés, pensés, à nos utilisateurs, nous tient à cœur. Des équipes éditoriales s'assurent que les contenus sont représentatifs de la société française, à la fois en termes de thématiques abordées, de diversité, d'âges ciblés. On s'est dit que c'était pertinent de se présenter comme une chaîne de télé ou de radio. On y a présenté nos grandes orientations pour la saison à venir.

Snapchat France, c'est 13 millions de Snapchatters français, 17 millions d'utilisateurs uniques quotidiens en France qui se connectent 30 fois par jour. Qui sont les Snapchatters ?

Ce sont beaucoup de Français. Cela représente 17 millions de personnes qui se connectent chaque jour et 24 millions chaque mois. Les chiffres proviennent de Médiamétrie avec qui on a lié un partenariat unique. On leur fournit directement nos données afin qu'ils puissent les vérifier.

Nous sommes les seuls à avoir mis ce dispositif en place. Nous ne sommes plus un média de niche, mais un média de masse : les Snapchatters sont évidemment plutôt jeunes, mais aujourd'hui, on touche 80 % des 13-34 ans. La moyenne d'âge du Snapchatter tourne autour de 30 ans sur le mois.

Le Snapchatter a vieilli...

En septembre 2011, on se lançait. Le mois dernier, on fêtait les 10 ans. Ce qu'on a constaté, c'est que le Snapchatter actif est resté avec nous tout au long de notre évolution. Au cœur de Snapchat, il y a un usage clé qui est la messagerie : le Snapchatter est quelqu'un qui se sert de Snapchat avant tout comme une plateforme pour communiquer avec ses amis. Au-delà de ce moyen de communication, on a créé d'autres usages comme les programmes qui sont sur Discover, des jeux ou des maps. Les Snapchatters ont plus tendance à communiquer visuellement, par la vidéo ou par la photo, pour poser une question et rester en contact avec des amis.

Dans vos portraits-robots, vous décrivez Marine, 35 ans, mariée, deux enfants, « digital mum » ou encore Antoine, cadre de 39 ans, businessman... On a l'impression qu'il est important pour vous d'expliquer au marché que votre audience a un peu vieilli, qu'elle est plus large qu'on ne le pense, notamment sur Discover.


Oui, parce qu'au fond, il s'agit d'une application assez secrète, privée. C'est une application de communication où, par définition, les contenus sont éphémères : on est dans le respect de la « privacy » de l'utilisateur. C'est quelque chose qui est extrêmement important pour nous puisque c'est de cette manière que l'on garde la confiance de nos utilisateurs. Cet usage de communiquer avec ses amis proches en s'envoyant des mots doux ou des photos rigolotes n'est pas réservé aux jeunes – même s'ils apprécient une plateforme créative. Il n'y a pas d'âge pour parler aux gens qu'on aime. Ce que l'on voit, c'est que la plateforme vieillit avec ses utilisateurs principaux. Antoine, le cadre dynamique, a peut-être des enfants ados avec qui il ne communique que par Snap. Ils sont sur Snap sans forcément s'en rendre compte, mais mine de rien, ils s'en servent tous les jours.

Ajouter des contenus dans Discover, notamment pour des publics un peu plus âgés, c'est aussi une façon de donner plus de valeur à Snap pour ces publics-là, à l'image des contenus de Paris Match ou de Business Insider.

Jusqu'à présent, vous aviez 140 shows sur Discover, réalisés par plus de 40 partenaires français, des formats courts – la conversation avec le Président menée par Brut sur Snapchat, des formats plus conversationnels comme ceux du Monde, des formats longs Brut X. Aujourd'hui, vous annoncez 30 shows supplémentaires. Quelles sont les principales annonces ?

C'est en 2016 que l'on a lancé Discover en France. On est passé d'une quinzaine de partenaires à plus de quarante aujourd'hui, parmi lesquels les grands groupes média français : Prisma Presse, Mediawan, Melty, Konbini, Brut, Le Monde, Paris Match. On a une diversité de contenus provenant à la fois de médias historiques et d'acteurs digital natives qui viennent proposer sur Snap un format vidéo pensé pour un téléphone mobile. On explore une diversité de contenus, courts et longs, sérieux ou non. Ce que fait Le Monde sur le traitement de l'actu est fascinant : on aborde vraiment des problématiques très sérieuses, mais avec un angle didactique, comme l'affaire des Pandora Papers. La plus grosse annonce concerne un partenariat avec un acteur majeur de l'audiovisuel – le groupe M6. On est honorés de ce partenariat.

Donc c'est Top Chef, par exemple. Ce sera des résumés des programmes emblématiques de la chaîne ?

Exactement, cela accompagnera les sorties de ces émissions tout au long de l'année, au moment de la sortie de Top Chef ou de Cauchemar en cuisine. Je ne sais pas encore quelle sera la nature exacte du contenu. On va explorer avec M6 ce qui a de la valeur : faire un résumé de l'épisode ? des éléments supplémentaires ?

Ça, ça fait partie de l'exploration menée avec les éditeurs. C'est aussi ce qui nous passionne : trouver un peu le bon contenu complémentaire à ceux de M6. Donc, ce sera vraiment une notion de programmation qui sera mise en oeuvre sur toute l'année.

C'est ce genre de partenariat que vous êtes appelés à multiplier. Vous êtes encore dans une logique de développement de Discover ?

Absolument. Discovery est une plateforme qui ne propose que du contenu réalisé par des partenaires officiels. Je parle d'une relation avec des partenaires qui est contractualisée, qui suit des règles, une charte éditoriale, des engagements de chaque côté. Cela signifie que les partenariats et les contenus dans Discover ne sont que des contenus réalisés par des professionnels de la création de contenu, des journalistes, des éditeurs, des rédacteurs. Il n'y a pas de contenu UGC sur Discover.

C'est vraiment une plateforme fermée. C'est l'une des grandes différences avec les autres plateformes digitales. Parce que nous avons tout de suite imposé un contrôle éditorial, une plateforme fermée pour s'assurer qu'on ne retrouve pas, par exemple, de contenu offensant, de contenu dommageable, de fake news.

On n'aura pas Russia Today ou Sputnik News sur Discover de sitôt. C'est vrai que c'est contre- intuitif par rapport à internet. Sur internet, on se dit que tout le monde peut venir mettre son contenu et tout vient se mélanger. L'UGC se mélange aux contenus des amis, qui se mélangent aux contenus des créateurs, et se mélange à la pub. Nous tenons absolument à éviter que tout ça se produise, en maintenant un contrôle strict sur qui a accès à la plateforme Discover.

Il y a une logique de brand safety derrière cela, vis-à-vis des annonceurs...

C'est très important, autant pour les annonceurs que pour les utilisateurs, pour que tout le monde se sente dans un environnement safe en brand safety, mais aussi en tant qu'utilisateur : que je sois sûr de ne pas tomber sur des contenus, des théories du complot, des contenus viraux.

On essaie vraiment au maximum de préserver cette plateforme pour s'assurer de la qualité d'ensemble et qui bénéficie à tout notre écosystème.

Parmi les partenaires potentiels qui vous regardent, quel est le modèle qui vous lient avec eux ? C'est un modèle de partage de revenus ?

Absolument. La publicité est diffusée au sein d'une émission Discover : il y a plusieurs écrans publicitaires. Entre partenaires et Snapchat, il y a un partage de revenus publicitaires réalisés sur ces diffusions.

En mai dernier, vous avez tenu une grande conférence. Vous avez annoncé de nombreuses nouveautés, d'annonces assez fortes autour de nouvelles fonctionnalités. Je pense notamment à Screenshot, qui permet d'acheter des looks similaires au look d'une personne prise en photo avec la caméra Snapchat. Il y a des évolutions aussi des fonctionnalités qui permettent d'essayer différents produits en réalité virtuelle. À côté de ça, le lancement de pages de marque... Est-ce votre réponse à Shop de Facebook ?

Ce qu'on fait, c'est toujours en réponse aux défis que l'on se pose nous-mêmes, donc ce n'est pas en réponse à ce que fait un concurrent.

La réalité augmentée est une technologie qui permet de créer cette boutique virtuelle dans Snap pour découvrir des produits, les essayer et aller jusqu'à les acheter. Ce qui est fascinant avec nos utilisateurs, et pour les plus jeunes d'entre eux, c'est qu'un essai virtuel est un essai réel. Un essai virtuel peut être suffisant pour conduire à une décision d'achat. La réalité augmentée a tellement progressé aujourd'hui qu'elle permet de reconnaître les surfaces, la forme d'un corps, la morphologie, le poignet, les yeux, les pieds.

Il y a toute une convergence d'améliorations technologiques qui font qu'aujourd'hui cette réalité augmentée permet de faire des choses assez géniales en termes d'exploration, de découverte d'un produit. Tout cela s'est accéléré avec le covid. La clé, c'est la caméra snap qui est au cœur de toutes nos expériences. On se décrit comme une « caméra compagnie » parce qu'on essaie d'imaginer ce que l'on peut créer comme expérience avec internet et la caméra du smartphone. La réalité augmentée sert de fond pour soutenir ces expériences.

Récemment, Piaget a fait un test de poignet pour voir à quoi ressemblerait une montre Piaget sur poignet. On a aussi maintenant des créateurs qui utilisent le full body tracking avec casque de réalité augmentée pour proposer des modèles de robes.

C'est la partie expérientielle. À côté de ça, on a créé des profils de marques où on a rassemblé toutes ces Lens, construites par les marques. C'est un lieu pérenne auquel on a accès via la recherche. On est en train de travailler sur comment créer des connexions avec les pages de produits de ces marques. On va vers une expérience d'achat, la création d'une boutique virtuelle complète.

C'est quand même un pivot vers un modèle de shop en ligne. Est-ce que c'est avec ce type d'approche que vous souhaitez attirer tous les e-commerçants ? Quelle est la philosophie ?

C'est clair qu'on y voit un espace de développement formidable. On est à un stade où maintenant, la technologie permet de réaliser cette vision que l'on porte depuis un certain temps.

Mais là, maintenant, la technologie est au point. On parle à des audiences qui sont habituées à recourir à l'e-commerce sur mobile. On souhaite créer la meilleure expérience possible pour les marques sur un mobile.

Aujourd'hui, sur le digital, ça ne suffit plus de faire juste des expériences de notoriété, de surfer sur des trends. Les annonceurs demandent des solutions full funnel. Ils demandent à ce qu'on puisse les accompagner.

Aujourd'hui, la réalité augmentée est disponible et facile d'accès à tous les annonceurs. On avait tendance à penser que c'était quelque chose de réservé aux grandes marques avec de gros budgets marketing. L'objectif pour nous est de démocratiser cette réalité augmentée pour que tous les annonceurs puissent s'en emparer. Pas seulement les annonceurs du CAC40, mais vraiment tous, jusqu'à la TPE. On a même un programme gratuit qui s'appelle Lens Web Builder, qui permet de commencer tout seul à créer ses propres expériences.
A lire ou à voir également sur le même sujet

TikTok Pulse : annonceurs aux côtés de "la crème de la crème"

TikTok lance Pulse : un programme pour rémunérer les plus gros créateurs.

TikTok lance Pulse : un programme pour rémunérer les plus gros créateurs.

Ghostwriting et copywriting sur LinkedIn

C'est un sujet de la newsletter Story Jungle qui vous a fait réagir : le ghostwriting et le copywriting explosent sur LinkedIn.

C'est un sujet de la newsletter Story Jungle qui vous a fait réagir : le ghostwriting et le copywriting explosent sur LinkedIn.

LinkedIn explique comment optimiser ses campagnes Lead Gen

LinkedIn vient de publier un guide – 17 pages – pour utiliser efficacement les formulaires Lead Gen Ads. Il s'agit d'un format publicitaire permettant de recueillir des informations...

LinkedIn vient de publier un guide – 17 pages – pour utiliser efficacement les formulaires Lead Gen Ads. Il s'agit d'un format publicitaire permettant de recueillir des informations de contacts des utilisateurs par le biais de formulaires préremplis.

Le coronavirus va-t-il achever les médias ?

L'audience explose. Les revenus publicitaires s'effondrent. C'est le grand paradoxe auquel doivent faire face les médias, fragilisés par un modèle économique déjà précaire...

L'audience explose. Les revenus publicitaires s'effondrent. C'est le grand paradoxe auquel doivent faire face les médias, fragilisés par un modèle économique déjà précaire, en cette période d'épidémie dévastatrice. Fuite des annonceurs, recours au chômage partiel, fermeture des kiosques, distribution allégée de La Poste, Presstalis à la dérive : la presse se prépare à un exercice de haute voltige.

Ann Handley, experte des contenus et du marketing digital

Ann Handley est la directrice du contenu de MarketingProfs, une société de formation qui donne des conseils de communication aux spécialistes du marketing.

Ann Handley est la directrice du contenu de MarketingProfs, une société de formation qui donne des conseils de communication aux spécialistes du marketing.

Roxanne Varza, directrice de Station F

Roxanne Varza est la directrice de la plus grande pépinière de startups au monde, créée en 2017 par Xavier Niel.

Roxanne Varza est la directrice de la plus grande pépinière de startups au monde, créée en 2017 par Xavier Niel.

Ajouter un lien à votre profil LinkedIn ? C’est désormais possible !

LinkedIn vous permet désormais d'ajouter un lien vers un site Web en haut de votre profil. Le lien apparaît alors dans la section introduction de votre profil,...

Comment utiliser les pages produits LinkedIn ?

En décembre 2020, LinkedIn lançait une fonctionnalité dédiée principalement aux entreprises éditrices de logiciels : les pages produits LinkedIn permettant d'exposer vos...

En décembre 2020, LinkedIn lançait une fonctionnalité dédiée principalement aux entreprises éditrices de logiciels : les pages produits LinkedIn permettant d'exposer vos différentes offres produits. De quoi s'agit-il ? Quels avantages pour les entreprises ? Comment les mettre en place ? Comment les utiliser même si vous n'êtes pas éditeur de logiciels et pourquoi ? Vous saurez tout sur les pages produits LinkedIn.

Elon Musk, Twitter et les annonceurs : l’avenir « flou »

Elon Musk a conclu un accord avec le conseil d'administration de Twitter pour acquérir le réseau social à l'oiseau bleu. Quel impact sur les annonceurs ?

Elon Musk a conclu un accord avec le conseil d'administration de Twitter pour acquérir le réseau social à l'oiseau bleu. Quel impact sur les annonceurs ?

1er tour : quelle couverture média ?

Quelle couverture médiatique du 1er tour de l'élection présidentielle 2022 ? Tour d'horizon. Quels sont les dispositifs médias mis en place pour couvrir le premier tour des...

Quelle couverture médiatique du 1er tour de l'élection présidentielle 2022 ? Tour d'horizon. Quels sont les dispositifs médias mis en place pour couvrir le premier tour des élections présidentielles ? Story Jungle vous propose un tour d'horizon (partiel !) des initiatives.

Comment soigner son image employeur ?

Pour Frédéric Fougerat, directeur de la communication et du marketing du groupe Emeria, on ne doit pas parler de marque employeur mais de communication ou d'image employeur.

Pour Frédéric Fougerat, directeur de la communication et du marketing du groupe Emeria, on ne doit pas parler de marque employeur mais de communication ou d'image employeur.

Les nouvelles frontières du Web 3.0

C'est le buzzword de ce début d'année. Le Web 3.0, présenté comme le troisième chapitre d'internet, entend redonner le pouvoir aux internautes...

C'est le buzzword de ce début d'année. Le Web 3.0, présenté comme le troisième chapitre d'internet, entend redonner le pouvoir aux internautes. Au cœur de cette nouvelle révolution : la blockchain, la décentralisation de l'information et des données qui convoquent à la fois cryptomonnaies, NFT, réalité virtuelle ou encore le cloud

Communication politique: rester audible dans le vacarme des réseaux sociaux

À moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, la campagne électorale a du mal à décoller. Les candidats n'impriment pas.

À moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, la campagne électorale a du mal à décoller. Les candidats n'impriment pas.

YouTube : prison dorée ?

Les YouTubeurs ne sont pas "okay" avec la plateforme.

Les YouTubeurs ne sont pas "okay" avec la plateforme.

Les marques au service des gens

Aider son prochain. Tel pourrait être le nouveau mantra des marques, en ces temps agités. Plutôt que de promouvoir tel ou tel service, elles doivent « profiter »...

Aider son prochain. Tel pourrait être le nouveau mantra des marques, en ces temps agités. Plutôt que de promouvoir tel ou tel service, elles doivent « profiter » de cette période pour mettre en valeur leur « raison d'être », c'est-à-dire le sens profond qu'une entreprise donne à son activité. « Il faut une réaction, il faut que les marques continuent d'exister pendant la crise », intime Pierre Gomy, directeur chargé des marques chez Kantar France. « Quelle que soit la réponse, l'essentiel est qu'elle soit authentique, en phase avec la personnalité de la marque », indique-t-il à l'AFP.

Doit-on devenir une marque pour réussir ?

Créer sa marque, disposer de son propre public reste une assurance dans un marché volatil. Le personal branding a son importance dans un marché précaire en pleine mutation...

Créer sa marque, disposer de son propre public reste une assurance dans un marché volatil. Le personal branding a son importance dans un marché précaire en pleine mutation.

Comment bâtir une communication audacieuse

Récemment, Bpifrance suggérait aux entrepreneurs tentés par l'export : "Allez vous faire voir ailleurs !"

Récemment, Bpifrance suggérait aux entrepreneurs tentés par l'export : "Allez vous faire voir ailleurs !"

Brut Shop, la plateforme de live shopping de Brut et Carrefour

Brut. et Carrefour annonçaient le 1er février la naissance de BrutShop, une « co-entreprise » dédiée au commerce social et au live shopping.

Brut. et Carrefour annonçaient le 1er février la naissance de BrutShop, une « co-entreprise » dédiée au commerce social et au live shopping.

Pourquoi les managers doivent-ils devenir des créateurs de contenus ?

Pourquoi les grands managers doivent-ils devenir des créateurs de contenu, ambassadeurs de leur marque ?

Pourquoi les grands managers doivent-ils devenir des créateurs de contenu, ambassadeurs de leur marque ?

Le carton du copywriting sur LinkedIn

Sur LinkedIn, la pratique du ghostwriting prend de l'ampleur.

Sur LinkedIn, la pratique du ghostwriting prend de l'ampleur.

Le pire n'est jamais décevant

Nous vivons une période exceptionnelle alors que nous achevons notre 2e semaine de confinement comme de près de 3 milliards de personnes dans le monde. Non,...

Nous vivons une période exceptionnelle alors que nous achevons notre 2e semaine de confinement comme de près de 3 milliards de personnes dans le monde. Non, personne n'a jamais connu cela, n'en déplaise à Simon Sinek. Sur le plan économique, on ne vit pas le chamboulement de la vague internet : des gens meurent, d'autres sont sur le front. Le contexte, ça change tout.

Patreon et la seconde Renaissance

Patreon serait-elle la petite plateforme qui monte ? La plateforme de financement participatif des créateurs via des pourboires, cofondée en 2013 par Sam Yam et le musicien...

Patreon serait-elle la petite plateforme qui monte ? La plateforme de financement participatif des créateurs via des pourboires, cofondée en 2013 par Sam Yam et le musicien Jack Conte, vient d'annoncer une levée de fonds de 155 millions de dollars et est désormais valorisée 4 milliards de dollars.

« On est passé d’une marque de transport opérateur à une marque de service du quotidien »

La RATP fait peau neuve et souhaite donner un supplément d'âme à sa communication. Depuis le lundi 5 octobre, le groupe a lancé une nouvelle plateforme de marque en Île-de...

La RATP fait peau neuve et souhaite donner un supplément d'âme à sa communication. Depuis le lundi 5 octobre, le groupe a lancé une nouvelle plateforme de marque en Île-de-France, qui place l'humain au cœur de sa stratégie.

2 paris gagnants

Frenemies les réseaux sociaux ? Pas pour The Guardian et The Economist. Conversation autour de l'ABM avec Philippe Duchene, CMO de la business line Entreprise retail chez Ingenico

Frenemies les réseaux sociaux ? Pas pour The Guardian et The Economist. Conversation autour de l'ABM avec Philippe Duchene, CMO de la business line Entreprise retail chez Ingenico

Un hub de contenus pour BNP Paribas Corporate & Institutional Banking

Take Part Media a aidé BNP Paribas CIB à réaliser sa plateforme de contenus sur le Corporate Banking.

Take Part Media a aidé BNP Paribas CIB à réaliser sa plateforme de contenus sur le Corporate Banking.

close
{POPUP_CONTENT}

Agence Linkedin

Agence content marketing B2B

Média