« Les newsletters doivent répondre au concept de “smart brevity” »

entretien

« Les newsletters doivent répondre au concept de “smart brevity” »

« Les newsletters doivent répondre au concept de “smart brevity” »

Propos recueillis par Alexandra Klinnik et Photo par Paul Véronique- Publié le 23 janvier 2021
0
9
3

L’année 2020 a été proclamée « année de la newsletter ». Jean Abbiateci, ex-rédacteur en chef adjoint pour Le Temps et Heidi.news, un nouveau média suisse, s’est jeté dans le grand bain de l’aventure entrepreneuriale. En juin 2020, il a fondé Bulletin, une newsletter « curieuse et optimiste », pensée comme un « média à la carte », un mini-magazine mobile qui se lit en cinq minutes.

Concrètement, le média aux 20 000 abonnés fait cohabiter de manière décalée des infos telles que la Batmobile, réparée chez des garagistes du Pas-de-Calais, avec des articles sur le discours européen ou encore les oubliés des autoroutes, ces habitants qui vivent sous l'A40. Bulletin est pensé comme un « média piège ». La philosophie sous-jacente ? « Utiliser le levier de l'optimisme comme une boussole pour accompagner les lecteurs vers des sujets plus complexes. » Pour Story Jungle, Jean Abbiateci échange avec nous sur les meilleures pratiques pour créer une newsletter, les atouts d'un tel format dans la période actuelle et nous livre son regard sur les tendances à venir. Même s'il n'est pas « Madame Irma », se défend-il. Rencontre avec un passionné des médias et des formats.
«L'audience, si elle est minime au début, est une audience fidèle en quête d'une relation plus directe et engagée.»

Vous avez été rédacteur en chef adjoint pour Le Temps, ensuite pour Heidi.news, où vous y avez notamment lancé la newsletter « Le Point du jour ». Qu'est-ce qui vous a incité à créer votre propre média et prendre la tangente de la newsletter ?

C'est un projet que je nourrissais depuis longtemps, l'aboutissement d'une longue réflexion. Il y a un moment où il faut se lancer. Lorsque j'étais responsable du site et de la stratégie numérique du Temps, on a refondu les newsletters du journal. J'ai pressenti le potentiel du format. Quand elle est bien faite et adaptée à son lectorat avec des contenus pertinents, la newsletter parvient à rencontrer son public. Tous les créateurs de newsletters vous le diront. L'audience, si elle est minime au début, est une audience fidèle en quête d'une relation plus directe et engagée. Chez Heidi.news, un média jeune, l'objectif était d'être très vite présent. D'où le travail conséquent accompli sur la newsletter quotidienne, qui fonctionne avec une multitude de correspondants. Une newsletter quotidienne, c'est quasiment un quotidien. Ce format a été un outil de pénétration efficace pour nous faire connaître. Aujourd'hui, « Le Point du jour » est un des succès du site.
Les newsletters du « Le Point du jour »

Mais il faut y mettre de l'ambition. La newsletter ne doit pas être une tâche refourguée au stagiaire. À Heidi.news, Serge Michel, prix Albert Londres et l'un des meilleurs journalistes francophones, assure la rédaction en chef de la newsletter (interrogé par Story Jungle). C'est tellement important pour l'image du média. Les campagnes de promotion classiques ne suffisent pas. Mais dès qu'on incarne la demande, dès que Serge Michel incite à s'abonner, des fournées d'abonnés arrivent. Ce n'est pas uniquement le contenu qui est important, mais le lien qu'il crée. S'inscrire à une newsletter est un acte engagé. Vous créez une relation qui va s'étoffer au fur et à mesure. Après, c'est à double tranchant. Si le contenu est moins bon, les lecteurs vont se désabonner. Une newsletter est beaucoup plus proche d'un média papier que numérique, dans sa philosophie, dans le lien créé.
«Le mail est un réseau social oublié alors qu'hyperfort.»
 
Ce qui me plaît autant dans ce format, c'est sa simplicité. Il suffit de rentrer une adresse mail et l'information vient à vous. C'est quand même le truc le plus simple au monde. Je suis aussi sensible à sa dimension d'accompagnement. La newsletter est, par définition, un média compagnon, adapté aux usages des gens. Elle peut être lue au réveil, le matin au café, dans les transports en commun. Elle est parfaitement adaptée au rythme très dense de notre société. Le côté rendez-vous, routine, rituel, est important. On sous-estime ce fait-là. Le mail est un réseau social oublié alors qu'hyperfort.

Pour être efficace, une newsletter doit mettre en place une identité visuelle bien établie, offrir une expérience utilisateur fluide. C'est d'ailleurs l'un des points du rapport annuel du Reuters Institute, qui insiste sur la nécessité pour les médias de définir une meilleure expérience utilisateur et design « en retard par rapport aux usages ». Que préconisez-vous ?

De nombreuses newsletters sont encore peu adaptées à la lecture sur mobile, peu lisibles. Des chantiers techniques sont à prévoir. Pour Bulletin, c'est un point majeur. Plus qu'une newsletter, Bulletin est un petit magazine mobile, avec un aspect très fractionné : images, petits textes. L'idée était de créer l'expérience du magazine sur mobile.

Les médias ont beaucoup exploré les temps longs. Aujourd'hui, il est important de s'adapter au temps court. Les gens n'ont plus beaucoup de temps pour lire. La première valeur d'une newsletter est le gain de temps qu'elle procure pour des lecteurs pressés. Les newsletters doivent répondre au concept de « smart brevity », pour reprendre les termes d'Axios[1] (un média exigeant qui cible un « lectorat très éduqué », créé par Mike Allen, le cofondateur de Politico, au style très caractéristique : de courts paragraphes entrecoupés de puces). Il s'agit d'offrir des contenus concis. Faire l'effort d'écrire court, rapide, avec les bons liens. Le premier usage d'une newsletter est de faire gagner du temps au lecteur.

Une des tendances est l'incarnation forte de la newsletter – Le Figaro fait porter ses newsletters par des journalistes identifiables, Numerama a fait appel à Lucie Ronfaut... Si on souhaite lancer une newsletter, a-t-on intérêt à se positionner soi-même en tant que figure de proue ?

Effectivement, de nombreuses newsletters sont incarnées, mais ce n'est pas nécessairement la recette miracle pour faire une newsletter. Pour Bulletin, il n'y a pas de signature. C'est volontaire. Cela ne veut pas dire sans personnalité. La valeur d'une newsletter réside dans le fait de sentir qu'il y a quelqu'un derrière, avec de l'intelligence et de l'humour. De ne pas être en face d'un article classique. C'est là où je parle de personnalisation. La recette d'une bonne newsletter, c'est, dans cet ordre, de l'info et de l'esprit, au sens large.
«Le partage est le meilleur outil de promotion pour accroître ses abonnés. »

Des conseils concrets pour lancer sa newsletter ?

Il faut faire les choses dans le bon ordre. Avant d'entamer un quelconque effort de communication, de promotion, le plus important est de tester le produit. Pour Bulletin, j'ai passé six mois sur cette étape, en présentant le produit offline avec des gens en direct, puis ensuite online avec des abonnés. C'est un travail indispensable à faire, sinon, ce n'est rien d'autre qu'un simple château de sable, prêt à s'effondrer. Un panier percé.

Il faut insister sur la clarté de la promesse. Bien formaliser la promesse faite au lecteur. Une fois que la newsletter a tourné, il est possible d'identifier ce qui a plu aux lecteurs. Et c'est sur ça qu'il faut insister. Pour Bulletin, les lecteurs s'abonnent pour son côté optimiste. Les lecteurs sont las d'informations anxiogènes.

Le partage est une notion négligée. La promotion sur les réseaux sociaux n'est pas suffisante. Le partage est le meilleur outil de promotion pour accroître ses abonnés. Il faut donner une bonne raison aux lecteurs de partager, et ça se travaille entre autres par le design. La recommandation intranewsletter est assez efficace. En plus, ça vous ramène des lecteurs fidèles qui restent. 

Avec le développement de nouvelles newsletters, ne risque-t-on pas d'assister à une subscription fatigue, dont parle le Reuters Institute ?

Il y a un fort prisme américain. Substack est encore faiblement utilisé en France. Honnêtement, on n'en est pas encore là. C'est un marché encore très éclaté –  entre des journalistes, écrivains passionnés, qui écrivent pour le plaisir et les gros clients qui mettent les moyens. Après, la subscription fatigue vaut pour les médias en général, avec la multiplication des sites en ligne. Seuls les meilleurs restent.

De nombreux journalistes américains ont fui leur rédaction pour lancer leur propre newsletter sur Substack, TinyLetter, Lede ou Ghost. Quel regard portez-vous sur cette fuite des cerveaux ?

La newsletter révèle des dysfonctionnements dans les rédactions. Notamment le fait d'avoir des médias désincarnés. On se rend compte que les lecteurs ont envie d'une incarnation. Le succès des newsletters le montre. Les journalistes quittent leur rédaction car ils ont envie de creuser des sujets, de sortir d'une logique de page vue, de « clickbait ». C'est révélateur du paysage médiatique. Une newsletter reste personnelle. Elle ne remplace pas une rédaction. Ce que je trouve fascinant dans un journal, quand il est bien mené, c'est l'intelligence collective. Ce mélange de compétences qui infuse. La dimension collective est stimulante. C'est ce qui fait le sel de ce métier.

Quelles tendances voyez-vous émerger pour cette année 2021 ?

Je ne suis pas Madame Irma, mais je pense que les newsletters à la demande, façon petits cours, vont se développer. On le voit déjà aux États-Unis, avec des initiatives du New York Times, du Washington Post et de Bloomberg. Un format développé à la frontière entre média et formation : comment fonctionne l'immigration ? Comment se couper les cheveux ? Ce ne seront plus seulement des newsletters qui arrivent au fur et à mesure, mais des newsletters qui se déclenchent à la demande. Des cours par mail, pour résumer, dans un esprit masterclass.

Je remarque aussi que les médias s'intéressent de plus en plus aux jeunes. On dit souvent dans la presse qu'il y a des angles morts. J'ai toujours l'impression qu'on connaît mieux ce qui se passe à la Maison-Blanche que dans le collège de votre gamin. De nouvelles initiatives pour explorer la jeunesse émergent - je pense au Bondy Blog, qui raconte des mondes qui ne sont pas les miens et au succès d'HugoDécrypte.

[1] « Axios ressemble à un Twitter amélioré. Le lecteur est face à un flux de posts très courts, où se trouve l'essentiel de l'information. S'il veut en savoir plus, il peut "dérouler" l'article, sans jamais quitter la page d'accueil. »

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}