“Il faut sortir de notre focus trop français”

entretien

“Il faut sortir de notre focus trop français”

“Il faut sortir de notre focus trop français”

Propos recueillis par Alexandra Klinnik- Publié le 26 juin 2021
0

À tout juste 44 ans, Mathieu Gallet a derrière lui une vie bien remplie. Il a aussi bien côtoyé le monde politique - en tant que directeur de cabinet adjoint de Frédéric Mitterrand alors ministre de la Culture – que celui, tumultueux des médias : Canal + , ou encore l'INA dont il a été (très) jeune président. On retiendra surtout sa nomination comme PDG de Radio France en 2014. Aujourd'hui, après une éviction brutale, le phœnix renaît de ses cendres.

Depuis son départ, Mathieu Gallet planche sur Majelan, une application de podcasts payants tournée vers « le learning », aux côtés de son associé Arthur Perticoz. Et la jeune start-up - d'abord identifiée par les médias, avant son pivot comme « le Netflix de la voix » – s'appuie sur un joli pactole : une levée de fonds estimée à 10 millions d'euros. À côté de ses activités d'entrepreneur, Mathieu Gallet s'essaye à la plume. Il a publié en juin 2020 chez Débats publics  « Le nouveau pouvoir de la voix. Comment l'audio va s'imposer à l'ère digitale », un essai qui tend le micro à la voix, cette « new killer app ».

Avec l'explosion des podcasts et des plateformes musicales, la voix est sur le devant de la scène. Entretien (en visio) sur les enjeux de l'audio avec un entrepreneur détendu et affable depuis sa maison dans le Sud.
«L'audio a toujours sa place dans les développements technologiques (...) Si, en France, l'appropriation en est encore à ses débuts, aux États-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, le phénomène est massif.»

Un an après la sortie de votre essai, « Le nouveau pouvoir de la voix », êtes-vous toujours aussi convaincu du pouvoir de l'audio, à l'ère de TikTok, Instagram et... de « l'échec » de Clubhouse ?

Je ne suis pas sûr qu'on puisse parler d'échec pour Clubhouse, si on se réfère à leur levée de fonds conséquente et aux 25 millions de téléchargements depuis sa création. L'application, lancée en avril 2020, a connu une telle croissance qu'il a été difficile de la maîtriser. De ce fait, leur lancement sur Android a été tardif. Clubhouse a réussi à s'emparer rapidement des parts de temps disponibles, qu'ils n'ont certes pas réussi à garder. Aujourd'hui, et grâce à l'argent récolté, ils doivent œuvrer sur des sujets de produits, de découvrabilité, de contenus forts. Si aucune personnalité, aucun créateur ni influenceur ne fait vivre l'écosystème de manière consistante, il est normal d'observer un désintérêt. Tout est allé trop vite pour eux. Après, on verra. Si ce n'est pas Clubhouse, il y aura un autre réseau social fondé sur l'audio.

L'audio a toujours sa place dans les développements technologiques, business et sociétaux. Une enquête de la Commission européenne a ainsi été réalisée sur les assistants vocaux, preuve que l'on ne se situe pas à la marge d'un phénomène. Il se passe réellement quelque chose. Si, en France, l'appropriation en est encore à ses débuts, aux États-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, le phénomène est massif. Il faut sortir de notre focus trop français.

Vous insistez sur l'importance des enceintes connectées pour les marques. On estime à 35 milliards de dollars le marché du commerce conversationnel, le double en 2023. Vous écrivez « le sort de certaines marques sera donc lié au partenariat qu'elles pourront négocier avec les fabricants d'assistants vocaux ». L'avenir des marques se jouerait-il donc sur ce terrain ?


Il se joue en partie sur ce terrain. Carrefour, par exemple, a su saisir cette opportunité en créant une interface où il est possible de commander ses courses via l'assistant vocal de Google. Le fait qu'un grand distributeur comme Carrefour s'y intéresse montre que ce marché peut être porteur. Tout en sachant que cette pratique ne va pas remplacer les courses traditionnelles. C'est une histoire de temps, de mode de vie. Le drive a par exemple mis longtemps à s'imposer et a explosé avec le Covid.

À l'heure de la bataille pour l'attention, vous dites « l'opposition entre image et son, écran et voix, est en vérité un faux débat »...

On cherche toujours à opposer les technologies les unes aux autres. Or la voix et l'image sont complémentaires. Instagram a ainsi ajouté des fonctions vocales alors que ce réseau social repose surtout sur l'image. S'ils l'ont fait, c'est qu'ils ont considéré que c'était une bonne façon de faire en sorte que les internautes passent plus de temps sur leurs applications.

Depuis 2017, on constate un regain net pour les podcasts. C'est assez impressionnant. Selon une étude réalisée par Edison Research et Triton Digital, 80 millions d'Américains écoutent des podcasts chaque semaine. Soit 17 % de plus que l'année dernière. Quel regard portez-vous sur cet intérêt ?

Il y a d'abord eu la première vague – le replay radio. Sont venus ensuite les podcasts natifs. (ndlr : En juillet 2020, la proportion d'utilisateurs de podcasts et replays radio s'élevait à environ 31 %, dont l'essentiel (21 %) sur des replays). Un usage se développe car il correspond à une vraie demande. Avec la radio qui est linéaire et directe, il faut s'adapter. Avec le podcast, c'est lui qui s'adapte à nos vies. C'est un vrai phénomène. Le podcast est une façon très pertinente de donner la parole. Il permet de tendre le micro à des gens que l'on n'entendait pas sur des médias mainstream. Il y a un côté démocratique que j'aime bien.

En revanche, d'un point de vue business, les chiffres en France sont encore restreints. Apple vient de lancer l'offre par abonnement. C'est une bonne nouvelle pour les studios de podcasts français tel que Louie Media qui repose sur une communauté importante et donc monétisable. Nul doute qu'il va y avoir du « build up » et des structurations qui vont se faire dans les mois à venir entre différents acteurs. Certains sont positionnés sur du volume avec du gratuit, d'autres sur une offre plus segmentée, proposant un service.

En mai 2018, NPR et trois importants producteurs américains du podcast ont racheté ensemble  Pocket Casts, une appli de podcast populaire. Ce type de partenariat stratégique manque-t-il  à la France ?

Le marché est plus restreint. D'autres mouvements ont été opérés. Radio France a ainsi créé son appli de podcast. Il existe également RadioPlayer, une plateforme et application gratuite regroupant 200 radios et 600 webradios. Il y avait Audio Now, une filiale de Bertelsmann, qui s'était lancé avec M6 et Prisma, et six mois après ils l'ont fermée. Il est compliqué de créer une plateforme, d'être à la fois dans les contenus et la tech. C'est ambitieux, coûteux. Cela prend du temps.

Est-ce que Radio Player peut aboutir à une offre de contenus comme Salto ?

Le but est d'offrir un usage, un service où on peut tout retrouver gratuitement. Il n'y a aujourd'hui pas de volonté d'investir dans du contenu original, à la différence de Salto qui est payant.

Pour parler de votre propre offre de podcasts,  Majelan, vous avez annoncé un pivot dans votre stratégie le 7 juillet 2020. Vous vous focalisez désormais sur des contenus payants de développement personnel...

Le premier modèle, lancé en juin 2019, était freemium. Les podcasts gratuits étaient agrégés sur le modèle d'Apple Podcasts. L'accès à nos créations originales généralistes se faisait par abonnement. On a créé des programmes de toutes formes : fiction, programmes pour enfants, documentaires, coaching. Le pivot a été décidé six mois après, à la suite d'un double constat. L'expérience freemium n'a pas été concluante : les auditeurs de l'offre gratuite s'intéressaient peu à l'offre payante. Et ceux qui venaient pour les programmes originaux payants ne s'intéressaient guère au gratuit. Il y avait donc deux usages bien distincts, ce qui n'allait pas, sachant qu'on monétisait que la partie abonnement. Il fallait aussi tenir compte du marché concurrentiel. On ne pouvait pas rester généraliste dans un marché où arrivaient des géants comme Spotify. On a donc décidé d'adopter une offre plus servicielle, plus « anglée » aussi. Nous privilégions des contenus – type masterclass, entre autres – de  « learning », de psychologie, de développement de soi dans le cadre professionnel, orientés vers les « soft skills ». Majelan a été pensée comme une plateforme qui permet d'apprendre et  de progresser. Notre signature, c'est apprendre chaque jour en quinze minutes. Au-delà de vingt minutes, le taux d'écoute décroît fortement. Les formats plus courts créent davantage d'engagement et sont plus pertinents. Le modèle est 100 % premium pour accéder aux contenus originaux.

Quels sont vos retours ?

Il y a une belle croissance du nombre d'abonnés. C'est un bon signe. On est en train de trouver notre espace, en adoptant une logique servicielle plus que celle de média. Je  suis parfois contacté parfois par des boîtes britanniques ou américaines qui s'adressent à Majelan en tant que plateforme de « learning ». C'est ce que l'on cherche justement à être. Les entrepreneurs étrangers ont une vision plus juste du projet puisqu'ils ne sont pas influencés par mon passé. En France, du fait de mes anciennes fonctions, Majelan est encore vue  comme une entreprise média. Aujourd'hui, on a produit plus de 1 500 contenus, 50 de plus par mois. C'est un rythme intense. Majelan est une vraie usine de production, où s'activent 20 employés : de la production au marketing, en passant par la distribution. Notre logique s'apparente à celle d'une maison d'édition audio digitale. C'est la force de ce modèle intégré qui est à la fois plateforme et studio de production. On maitrise toute la chaîne de valeur.
«J'aimerais voir quel réseau social va gagner la bataille de l'audio. On a beaucoup parlé de Clubhouse, mais il y en a plein d'autres qui sont développés à bas bruit»

Un an après votre essai, y a-t-il des points que vous changeriez dans son contenu ?

J'aimerais voir quel réseau social va gagner la bataille de l'audio. On a beaucoup parlé de Clubhouse, mais il y en a plein d'autres qui sont développés à bas bruit. Je serais également curieux d'observer les futurs rapprochements entre le monde de l'audio et de l'édition. Majelan travaille main dans la main avec Edi8, filiale d'Editis, dans un partenariat croisé. Edi8 publie des livres des talents Majelan et Majelan produit des programmes audio avec des auteurs d'Edi8. Je pense également à Marabout, qui est très actif avec Nouvelles écoutes. Il y a un vrai terrain de compréhension mutuelle entre le monde de l'édition et celui de l'audio digital parce qu'on fait le même métier : essayer de trouver des talents, les produire, les faire connaître du public sur des thématiques.

 Y a-t-il  des voix qui vous font vibrer ?

Il y a des narrateurs qui me font vibrer, comme Franck Ferrand, un formidable conteur, et dans un autre domaine, Léa Salamé, qui a posé sa  voix. J'aime beaucoup la série « Femmes puissantes », où elle accomplit avec un art de la maïeutique, un « accouchement des âmes ». ( dans le sens de la maïeutique.). J'ai beaucoup aimé les épisodes avec Aya Nakamura et Chloé Bertolus, la chirurgienne citée dans l'autobiographie  de Philippe Lançon, « Le Lambeau ».

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}