« Réintégrer de l’humain libéré dans ce réseau très propre qu'est Linkedin»

entretien

« Réintégrer de l’humain libéré dans ce réseau très propre qu'est Linkedin»

Propos recueillis par Alexandra Klinnik et Photos par Bernard Bisson - Publié le 06 juillet 2019
0
2
4

Il a été l'un des premiers à faire des vidéos sur Internet dès 2004. Avec son humour tranchant et une indépendance d'esprit bienvenue, l'auteur, producteur, animateur et blogueur Cyrille de Lasteyrie est une plume reconnue par tous. Depuis le mois de juin, l'humoriste partage chaque jour des vidéos sur LinkedIn où il donne son point de vue décalé sur l'écosystème digital et le monde du travail en général. Pour Story Jungle, il évoque le potentiel de cette « plateforme très propre » où il est important de « réintégrer de l'humain ».

Pensez-vous que LinkedIn est le réseau où il faut être pour avoir de l'influence ?

Alors reprenons la question ! D'abord si vous cherchez à avoir de l'influence, c'est que vous avez mal géré votre crise d'adolescence ou que vous êtes encore jaloux de la réussite de Beyoncé. Cela n'a aucun rapport, je sais. Que signifie avoir de l'influence aujourd'hui ? Est ce qu'on se réveille le matin en se disant qu'on va influencer des gens ? Est-ce un objectif de vie ? Pas le mien. Je viens sur LinkedIn pour partager des idées en espérant qu'elles génèrent des conversations, des rebonds, des surprises et plus si affinités.  Je ne crois pas aux influenceurs mais je crois à la circulation des idées. J'aime bien partager des pensées, souvent un peu futiles et impulsives, mais qui reposent sur des questions qui me touchent. Et j'aime quand les gens répondent, enrichissent, critiquent (si c'est fait poliment), complètent. Je fais ça depuis toujours sur le net et c'est ça qui m'enthousiasme. Ensuite est-ce que LinkedIn est LE lieu pour ça ? Non, je pense que LinkedIn est UN DES lieux pour ça, qu'il est le reflet d'une partie de nos vies et que c'est amusant de voir comment on peut réintégrer de l'humain libéré dans ce réseau très propre où tout semble porté par une réussite générale que je trouve pour ma part très suspecte. 
 
» C'est amusant de voir comment on peut réintégrer de l'humain libéré dans ce réseau très propre où tout semble porté par une réussite générale que je trouve pour ma part très suspecte.  «

Diriez-vous aujourd'hui que LinkedIn est la nouvelle plateforme incontournable pour afficher ses contenus et non pas Twitter ?

Twitter est un lieu du fast message illisible. C'est devenu un grand comptoir bondé où chacun déverse ce qu'il a à dire et vous avez un dixième de seconde pour vous en apercevoir sinon on passe à autre chose. Cela fait bien longtemps que je n'essaie plus de faire passer quoi que ce soit sur Twitter. C'est juste devenu pour moi un relais de ce que je fais ailleurs. Je ne crois pas que Linkedin remplace Twitter. C'est comme de demander si Mbappé remplace Federer.

Est-ce indispensable aujourd'hui d'être présent sur cette plateforme ?

Là encore je ne sais pas si ça devient clé. Je suis présent sur cette plateforme depuis dix ans, mais je n'y ai jamais rien fait car je n'ai jamais vraiment su par quel bout prendre ce service trop strict pour moi. Et puis, il y a quelques semaines, je me suis juste réveillé un matin en me disant que ce serait drôle de voir ce que ça ferait de poster des vidéos détendues sur un espace aussi lisse, mais sans casser tous les codes, juste en parlant travail normalement comme nous le faisons tous dans la vraie vie. Et puis, je l'ai refait le lendemain et ainsi de suite, et maintenant j'y ai pris goût. Chacun a ses façons de communiquer et la vidéo n'est pas un média simple. L'écrit reste pour moi le média roi, mais la vidéo a ses atouts dans l'instantané et le contact direct. 
 
» L'écrit reste pour moi le média roi, mais la vidéo a ses atouts dans l'instantané et le contact direct  «

Quelles sont les différentes façons de procéder pour être influenceur sur LinkedIn ?

 Il ne faut pas essayer de l'être, ça n'a pas de sens ! Les gens sont grands et travaillent suffisamment leur libre arbitre, surtout sur LinkedIn. En revanche si vous avez envie d'étendre votre réseau et de provoquer quelque chose, alors il faut donner un peu de vous. Relayer des articles si vous n'avez pas le temps de les écrire. Proposer une réflexion sur votre métier. Aller voir ce que disent les autres et laisser des commentaires pour montrer que vous n'êtes pas juste là pour vendre votre sauce. En tout cas il faut s'engager, quitte à déplaire et réveiller les mal élevés, mais cela fait partie du jeu.

Quels sont les retours que vous recevez ?

Les retours sont très positifs et je reçois chaque jour des messages privés qui m'encouragent à continuer, avec cette phrase qui revient régulièrement, "surtout ne changez rien !". Après trois semaines de petites vidéos les gens ont peur que je change ! Ça fait quinze ans que je fais le con sur le net, je ne vais pas changer maintenant... J'ai quelques retours négatifs mais très peu par rapport à l'agacement qui doit poindre chez certains. Et comme je supprime immédiatement les commentaires désagréables, je dirais que pour le moment le fond de l'air est frais.

Avez-vous l'impression que l'audience est plus bienveillante sur cette plateforme ?

Oui l'audience est plus bienveillante parce que sur Linkedin on est lié à son parcours pro et à ses futures rencontres. On n'a donc pas trop intérêt à se fâcher avec qui que ce soit, même si ça démange. Ce qu'il faut c'est rester cool, et comme dirait le grand portier James Dalton (Patrick Swayze dans "Road house"), "I want you to be nice".
bio
Cyrille de Lasteyrie,
Entrepreneur, Auteur et Conférencier
Cyrille de Lasteyrie, alias Vinvin, est entrepreneur spécialiste de la culture digitale, auteur et comédien. Il commence sa carrière de créatif en 1995 comme concepteur rédacteur au sein du Groupe Publicis. Devenu Directeur de Création, il fonde alors sa propre agence de communication en 1999, l'agence Sidièse, aujourd’hui spécialisée dans le développement durable. En 2007, il rejoint à San Francisco l'entrepreneur français Loïc Le Meur qu'il accompagne dans la création de Seesmic, un réseau social vidéo. En 2010, revenu en France, il crée la société de production audiovisuelle StoryCircus, dont il est toujours associé, et qui produit « Datagueule » ou encore « Les recettes pompette ». De 2011 à 2013, il anime sur France 5 deux émissions décalées, le "Grand Webze" avec François Rollin, et "le Vinvinteur". En 2014, Vinvin décide de réaliser son rêve d’enfance en se lançant dans le théâtre : il joue à la Comédie des Trois Bornes le seul-en-scène "À mon cher moi", écrit par lui et mis en scène par Michèle Laroque. En 2015 et 2016, il joue au Point Virgule la conférence humoristique « Et il est où le bonheur ? (DTC) » avec la comédienne Stéphanie Jarroux . Conférencier le jour (intervenant à TEDx Paris et en entreprise), comédien la nuit, il prépare aujourd'hui son quatrième seul en scène et une comédie de boulevard sur le thème du développement personnel.
« Aujourd’hui, tout l’enjeu n’est plus seulement de savoir se projeter, mais de s’adapter »

« Aujourd’hui, tout l’enjeu n’est plus seulement de savoir se projeter, mais de s’adapter »

Thomas Karolak, Chief digital officer du groupe Les Echos

« Transformer les collaborateurs en ambassadeurs de marque est un enjeu majeur »

« Transformer les collaborateurs en ambassadeurs de marque est un enjeu majeur »

Rémi Valade, responsable du marketing en ligne, SAP France

" Les contenus de marque sont une opportunité pour aider à révéler les « purposes » de marques "

Quentin Delobelle, Directeur Communication commerciale et création d'Orange

« Les marques peuvent faire du bien à la société. Aujourd’hui, elles ne prennent pas assez de risques »

« Les marques peuvent faire du bien à la société. Aujourd’hui, elles ne prennent pas assez de risques »

Thomas Jamet, Président Directeur Général d'IPG Mediabrands France

VivaTech : les coups de coeur de Story Jungle

VivaTech : les coups de coeur de Story Jungle

Emma Viallet, journaliste

« Privilégier une approche servicielle des contenus au service d’une stratégie de vie »

« Privilégier une approche servicielle des contenus au service d’une stratégie de vie »

Daniel Bô, Fondateur et PDG de l'institut d'études QualiQuanti

Qu’est-ce que FactCheckEU, cette plateforme européenne en lutte contre la désinformation ?

Qu’est-ce que FactCheckEU, cette plateforme européenne en lutte contre la désinformation ?

Pauline Moullot, Journaliste à CheckNews

« Le métier de journaliste est de plus en plus nécessaire »

« Le métier de journaliste est de plus en plus nécessaire »

Bruno Patino, Directeur de l'Ecole de journalisme de Sciences Po, et directeur éditorial d'Arte

« Un contenu ’authentique’, même s’il est long, donne envie de rester »

« Un contenu ’authentique’, même s’il est long, donne envie de rester »

Juan Herrera et Cecilia Gomez, Responsable de la publicité du groupe AXA et Chargée de contenu au sein d'AXA

« L'efficacité du brand content dépend surtout de sa qualité »

« L'efficacité du brand content dépend surtout de sa qualité »

Jean-Christophe Demarta, Senior Vice-Président de la publicité internationale au New York Times

Illustration archives

Voir nos précédentes stories

Dans la jungle des formats

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat

S'inscrire à la newsletter

close
{POPUP_CONTENT}