entretien

Clubhouse : « Il va y avoir un reset de l'influence »

Clubhouse : « Il va y avoir un reset de l'influence »

Publié le 20 mars 2021
0

Pourquoi investir Clubhouse ? Story Jungle a échangé sur le sujet avec Anthony Bourbon, CEO de la foodtech Feed et très présent sur la plateforme audio : pas moins de 21 000 abonnés suivent son compte Clubhouse. On évoque avec lui les bonnes pratiques à adopter et l'organisation des équipes de Feed pour investir l'application.

 :
;

Combien de personnes sont inscrites sur Clubhouse en France ?

C'est encore le début. On parle de 100 000 à 150 000 abonnés à l'heure actuelle. La France est bonne dernière en Europe. On espère que le mouvement va s'accélérer quand Clubhouse ouvrira l'application aux Android. Aujourd'hui, elle fonctionne exclusivement sur iPhone.

21 000 abonnés c'est entre 15 et 20 % de parts de voix sur Clubhouse en France...

Oui, cela paraît gros. C'est tout l'intérêt d'être au début de la vague des réseaux sociaux. Comme il y a assez peu de contenus disponibles, les gens sont « obligés » de s'abonner à vous pour pouvoir profiter de l'application et on essaie en faisant du contenu de qualité de les inviter au maximum. C'est un cercle vertueux. L'algorithme va avoir tendance à vous pousser puisque vous êtes l'une des personnes les plus suivies en France. On a très tôt sauté sur l'occasion.

Comment présenter Clubhouse à quelqu'un qui ne serait pas encore inscrit ?

Clubhouse est une appli américaine née début 2020 et qui a explosé fin 2020, début 2021 aux US. Pour imager, Clubhouse s'apparente à un Palais des congrès avec de nombreuses conférences en cours et la possibilité de monter sur scène et d'interpeller directement les conférenciers. L'application repose exclusivement sur l'audio. Pas de photo. Pas de vidéo. C'est vraiment une « Covid-app », une appli qui fait du sens dans une période compliquée, car elle permet de rétablir des rapports sociaux. Beaucoup de gens se rendent sur l'appli pour pouvoir échanger, prendre des nouvelles, parler d'une émission de télé, d'une recette de cuisine. En parallèle, on a des rooms beaucoup plus business, tournés vers le développement personnel, de manière à essayer de devenir une meilleure version de soi-même. Cela a été hijacké, préempté par les personnes de la tech puisque ce sont les plus early adopters qui ont tendance à se jeter sur les innovations : de nombreux investisseurs, entrepreneurs, start-uppers, journalistes ont pris d'assaut la plateforme. Là, c'est en train de s'ouvrir au reste du monde.

Pourquoi cette application est un game changer ? Et pour qui ? Est-ce un enjeu plutôt pour le secteur B2B ou B2C ?

Le B2C semble plus naturel parce que tu peux créer une audience très large extrêmement rapidement. N'importe qui peut être un client de Feed mais tout le monde ne va pas acheter un outil B2B. Mais le B2B fait aussi du sens : de nombreux fondateurs de start-up, d'entreprises y sont présents. Ils peuvent créer une communauté autour d'une solution et déclencher du lead.

En B2C, si tu fais une pub de 20 secondes qui capte l'attention, tu es content. Tu te dis que tu as réussi à faire passer ton message. Sur Clubhouse, on va avoir jusqu'à 300 à 400 heures d'écoute par jour (quand tu multiplies par le nombre de personnes), c'est colossal. L'appli permet d'être dans la tête du consommateur car le vecteur est la voix, et donc les oreilles. Cela atteint immédiatement le cerveau. C'est la logique du podcast, également : entrer en profondeur dans le sujet et créer une véritable valeur pour les auditeurs.

Pourquoi avoir décidé très tôt de pivoter sur cette application ?

J'observais, à titre personnel, ce qui se passait aux États-Unis depuis quelques mois. Je voyais des rooms avec 10 000 personnes – quand tu as 10 000 personnes en pic (les rooms sont en fait limitées à 8 000 personnes, ndlr), cela signifie que tu vas avoir 100 000 personnes au total qui t'écoutent. Il y a un turn-over très fort dans les rooms. Si tu as des pics de 10 000, cela va changer dix fois d'audience pendant l'heure où tu vas parler. Cela te permet de toucher 100 000 personnes à chaque room, ce qui est colossal.

Or il faut savoir aussi que les coûts d'acquisition sont en train d'exploser sur toutes les plateformes classiques (Facebook, Insta). Faire de l'acquisition va devenir très cher. C'est clé selon moi de trouver d'autres points de contact avec son audience. 

La voix est l'avenir des réseaux sociaux. On s'est lassés de l'image. Instagram, c'est superficiel, tout le monde doit être beau, on a compris que c'était bidon. Les marques ont toutes les mêmes codes, les mêmes couleurs, les mêmes manières de présenter les produits. C'est pour ça que l'acquisition via les influenceurs ne fonctionne plus, parce que les gens ne sont plus dupes.

Il va y avoir un reset de l'influence. On peut l'observer sur Clubhouse. Les gros influenceurs classiques ont des millions de vues sur Instagram, mais ne sont absolument pas suivis sur Clubhouse ; alors qu'ils sont présents. Les gens ne veulent plus des influenceurs qu'ils ont vus sur Facebook, Instagram et TikTok, ils ont envie de changer leurs abonnés et leurs fils d'actu. De nouveaux profils sont en train d'émerger. Si vous proposez du contenu intéressant, il y a quelque chose à créer sur Clubhouse. Si vous voulez créer une communauté, engager des gens sur des sujets experts, c'est l'endroit. Mais attention, il ne faut pas y aller pour le plaisir mais avoir une stratégie bien définie.

Comment êtes-vous organisés à Feed ? Vous êtes présents plusieurs fois par jour tous les jours de la semaine.

Le but dès le départ était d'être parfaitement aligné avec l'identité de Feed. Beaucoup de gens nous disent que nous avons utilisé Clubhouse comme une opportunité. C'est vrai, mais ce que l'on dit depuis maintenant quatre ans, c'est qu'on n'existe pas seulement pour apporter des blocs de nutrition (Feed est connu pour apporter des repas complets) : derrière cet aspect produit, c'est une marque générationnelle qui dit à tous les jeunes, vous pouvez vous en sortir, quelles que soient vos origines, même si vous êtes pauvres. Vous pouvez vous en sortir avec de la motivation, du travail, de la résilience. Cela fait écho à mon histoire personnelle. Mon père était contrôleur. Ma mère était vendeuse. À 16 ans, j'étais dans la rue. À force de galères, j'ai fini par réussir en échouant beaucoup. Quand on vient parler sur Clubhouse, c'est authentique.

Il faut prendre un sujet maîtrisé, cohérent, légitime. On ne réinvente pas du tout, on continue simplement de faire ce qu'on fait chez Feed, avec un nouveau médium. À partir de là, c'est comme sur tous les réseaux sociaux, les gens te suivent si tu fais des contenus de qualité. Je propose du contenu, pas pour flatter mon ego, mais parce que j'apprends quelque chose aux autres. Si tu te prends en photo parce que tu te trouves beau, les gens n'auront pas envie de te suivre. Si tu te prends en photo torse nu pour expliquer ta diète alimentaire, il y aura un intérêt. Tu partages une expérience.

Sur Clubhouse, tu ne peux pas retoucher ta photo, tu ne peux pas faire relire ton texte par la RP manager, tu es en live avec ton audience, tu n'es pas à l'abri que quelqu'un aille te chercher sur un point technique : tu es mis à nu. C'est ça que les gens aiment sur Clubhouse.

Pour faire du contenu de qualité, il faut être entouré. On a recruté deux journalistes qui organisent les invitations des guests, le bon déroulement des process. On a pris des spécialistes pour chaque sujet, un journaliste spécialisé dans le développement personnel avec trois rooms tous les jours, centrées sur des sujets dits inspirationnels : comment manager ? quel livre devriez-vous lire pour être un bon businessman ? À côté de ça, un autre journaliste, qui vient de la radio, cible l'actualité, avec trois rooms également par jour.

Quels sont les sujets porteurs sur Clubhouse ? On a vu que Clubhouse adore parler de Clubhouse...

Les rooms qui fonctionnent bien sont celles qui apprennent des choses aux gens et où ils peuvent participer. L'esprit masterclass pendant une heure, les gens n'aiment pas ça. Pendant une demi-heure, tu apportes du contenu de qualité et tu les fais rapidement participer, les gens ont envie de parler et de feedback. Ne faire que parler, c'est l'erreur de l'ancien monde. Des célébrités sont venues, des comiques, des gens de la télé et ils ont fait cette erreur immédiate en parlant tout seuls pendant une heure. Cela a marché une fois parce qu'ils ont un nom connu. Mais pas la deuxième. S'ils viennent et que tu ne peux pas échanger avec eux, autant les regarder à la télévision ou les écouter à la radio. Sur Clubhouse, il faut donner la parole.

C'est vrai que ce qui fonctionne, c'est quand ça parle de Clubhouse. Mais on se l'interdit typiquement. Pour moi, c'est consanguin, ça tourne en rond, ça n'apporte pas de valeur. Il y en a pour qui c'est leur fonds de commerce. Tous les dimanches, il y a des annonces des fondateurs de Clubhouse. Ils vont traduire les annonces et ils vont parler de ça pendant des heures. Nous, on essaie plutôt de parler business et développement personnel.

Ce qui fonctionne bien ce sont nos rooms le dimanche à 21h. Il y a des gens qui viennent pitcher leur start-up en deux minutes et on leur donne des conseils en live. C'est le même système que The Voice. Le compteur monte jusqu'à 1 200 personnes, ce qui veut dire que l'on voit passer à peu près 15 000 personnes.

Quelle est la bonne durée pour une room ? C'est quoi les prime times ?

Les prime times, c'est plutôt le soir entre 20 h et 21 h, le week-end, le dimanche soir. Les audiences varient. L'actualité marche bien à midi parce que les gens sont en pause lunch. On les fait réagir sur l'actualité. Des politiciens interviennent également : on a débattu avec le porte-parole d'En Marche, de François Hollande. On a la possibilité de parler à des gens qui, en temps normaux, ne sont pas accessibles.

Pour la durée, il n'y a pas de règle mais on s'astreint à une heure, une heure et demie. Si tu fais une room de trois heures, ça va flotter et ça ne va pas être quali. Ce qui compte, c'est la régularité. Comme un bon produit, quand tu l'as fini, tu dois avoir envie d'en reprendre un petit peu.

Combien de temps passez-vous sur la plateforme ?

Je suis connecté sur nos rooms parce que ça amène du monde. Je suis actif une à deux heures par jour. Clubhouse est une application chronophage, qui demande du temps et qui doit faire partie intégrante de votre stratégie. Ce n'est pas scalable comme Instagram ou Facebook, où vous pouvez faire un contenu, préparer un plan éditorial sur trois semaines. Clubhouse crée un FOMO (Fear of Missing Out) c'est sa force et sa faiblesse : on a peur de louper ce qui est bien.

Est-ce que vous avez vu des effets bénéfiques sur les ventes grâce à Clubhouse ?

Sur les ventes, c'est compliqué à tracker. Il y a des pics de visite sur notre site Internet au moment de nos rooms. Ce qu'on peut mesurer clairement, c'est l'awareness de la marque, et ça sur tous les réseaux sociaux. On observe une amélioration de nos métrics, sur Insta, sur LinkedIn. La force de Clubhouse, c'est que vous avez une bio, une description, où vous pouvez renvoyer vers tous vos réseaux. Les gens utilisent Clubhouse comme un outil de networking. Sur LinkedIn, j'ai mis un an et demi à avoir 20 000 personnes, alors que sur Clubhouse ça m'a pris 3 semaines. Il y a un reach organique monstrueux.

Est-ce que cela vous semble envisageable de faire des rooms en partenariat avec des marques ?

Plusieurs modèles économiques sont imaginables. Le premier c'est de faire du contenu monétisé. Clubhouse nous a demandé de postuler à un « show rémunéré » que tu fais une à deux fois par semaine, où les gens peuvent payer pour participer : un grand sportif, un grand chef d'entreprise du CAC 40 va te donner du contenu pendant une heure, tu payes deux euros pour participer. Si tu as 10 000 personnes qui participent, ça peut faire des montants intéressants.

Le deuxième sujet, c'est de faire des rooms sponsorisées par des marques. C'est-à-dire payer des personnes qui fonctionnent bien, avec des communautés bien établies, avec des rooms du genre : « quel livre lire ce week-end sponsored by feed », comme ça il y a un point de contact avec le consommateur.

Les grandes marques vont mettre du temps à se réveiller et quand elles vont se réveiller, ce sera un peu tard, elles auront du mal à construire leur audience. La seule solution qui leur restera ce sera de dealer avec des modérateurs, soit d'autres petites marques qui ont été plus agiles et qui ont déjà accumulé de belles audiences.
Webinaires et évènements
Je m'inscris pour recevoir nos invitations aux webinaires

Ne ratez pas nos évènements, webinaires en ligne ou petits déjeuner bien physiques

>> Recevez nos invitations aux webinaires
Partager ce contenu
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'inscrire à notre newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
A lire ou à voir également sur le même sujet

« Le milieu du podcast est désormais davantage dans une démarche d’entreprise que de start-up »

« Le milieu du podcast est désormais davantage dans une démarche d’entreprise que de start-up »

Le Paris Podcast Festival a pris fin ce dimanche 23 octobre, après quatre jours de rencontres. 300 intervenants, 80 événements : l'événement a été riche,...

Le Paris Podcast Festival a pris fin ce dimanche 23 octobre, après quatre jours de rencontres. 300 intervenants, 80 événements : l'événement a été riche, réunissant plus de 8 000 visiteurs à la Gaîté Lyrique, à Paris. Nina Cohen, directrice du Paris Podcast Festival, fait le point sur cette cinquième édition, placée sous le signe de la « puissance de la douceur ». Interview.

The Audiencers : bâtir une « communauté avec du cœur et de l’inconscience »

The Audiencers : bâtir une « communauté avec du cœur et de l’inconscience »

Marion Wyss, rédactrice en chef de The Audiencers et CMO de la startup Poool, a conçu une stratégie de contenu en forme de masterclass pour tout adepte du marketing de contenu...

Marion Wyss, rédactrice en chef de The Audiencers et CMO de la startup Poool, a conçu une stratégie de contenu en forme de masterclass pour tout adepte du marketing de contenu. Elle est l'invitée de Story of stories, le podcast qui décrypte l'histoire derrière un succès éditorial.

Benoît Raphaël : Information, l'indigestion

Benoît Raphaël : Information, l'indigestion

C'est un « voyage au bout de l'info » que propose l'entrepreneur, et auteur, journaliste spécialisée dans les usages de l'intelligence artificielle Benoit Rapha...

C'est un « voyage au bout de l'info » que propose l'entrepreneur, et auteur, journaliste spécialisée dans les usages de l'intelligence artificielle Benoit Raphaël dans son livre « Information : l'indigestion », un manuel pour penser par soi-même dans le chaos de l'info, publiée aux éditions Eyrolles.

Anne-Claire Genthialon : « Le métier passion comporte une promesse individuelle : celle de l’accomplissement d’une destinée»

Anne-Claire Genthialon : « Le métier passion comporte une promesse individuelle : celle de l’accomplissement d’une destinée»

Le métier passion consume tout autant qu'il fait vibrer. C'est cette relation ambivalente que décortique Anne-Claire Genthialon dans Le piège du métier passion,...

Le métier passion consume tout autant qu'il fait vibrer. C'est cette relation ambivalente que décortique Anne-Claire Genthialon dans Le piège du métier passion, publié aux éditions Alisio.

Claire Touzard, autrice de Féminin : "Il faut davantage de liberté de parole"

Claire Touzard, autrice de Féminin : "Il faut davantage de liberté de parole"

Claire Touzard est celle qui ose. Après avoir brisé le tabou de l'addiction à l'alcool dans le pays où le verre de vin est roi, dans un journal de bord intitulé Sans alcool...

Claire Touzard est celle qui ose. Après avoir brisé le tabou de l'addiction à l'alcool dans le pays où le verre de vin est roi, dans un journal de bord intitulé Sans alcool, elle s'attaque dans Féminin, un roman d'auto-fiction ,au modèle économique de la presse féminine, et dans une plus large mesure au capitalisme.

Marché de l'influence : la fin du Far West ?

Marché de l'influence : la fin du Far West ?

Faut-il créer un statut d'influenceur ? Doit-on soumettre les contenus rémunérés aux contraintes du marché de la publicité ? Doivent-ils être validés par une autorité...

Faut-il créer un statut d'influenceur ? Doit-on soumettre les contenus rémunérés aux contraintes du marché de la publicité ? Doivent-ils être validés par une autorité compétente ? Doit-on mettre en place des systèmes de vérification automatisés pour les placements de produits ?

20 Mint : le pari fou de 20 minutes pour décrypter le Web 3.0

20 Mint : le pari fou de 20 minutes pour décrypter le Web 3.0

Laurent Bainier, journaliste à 20 minutes a un projet fou : décrypter le Web 3 en inventant un média complètement immergé dans le Web 3.

Laurent Bainier, journaliste à 20 minutes a un projet fou : décrypter le Web 3 en inventant un média complètement immergé dans le Web 3.

LinkedIn Ads : un nouveau narratif et une flopée d’annonces

Jeudi 4 avril se tenait à New York la 2ème édition de l'événement désormais annuel de LinkedIn, B2Believe, à destination de ses clients et de ses partenaires marketing.

Jeudi 4 avril se tenait à New York la 2ème édition de l'événement désormais annuel de LinkedIn, B2Believe, à destination de ses clients et de ses partenaires marketing.

DeeKay Kwon, life in motion

DeeKay Kwon, life in motion

DeeKay Kwon est un artiste digital spécialisé dans l'animation.

DeeKay Kwon est un artiste digital spécialisé dans l'animation.

JO : la TV investit Twitch (ou le contraire)

JO : la TV investit Twitch (ou le contraire)

Avec des événements d'ampleur comme les Jeux olympiques de Paris ou l'Euro de football, l'été 2024 s'annonce riche en exploits comme en audiences sportives...

Avec des événements d'ampleur comme les Jeux olympiques de Paris ou l'Euro de football, l'été 2024 s'annonce riche en exploits comme en audiences sportives. Et pour embarquer la jeunesse avec lui, le sport fait désormais équipe avec des streamers. Sur tous les écrans...

Comment Dassault Systèmes a investi TikTok

Comment Dassault Systèmes a investi TikTok

En juillet dernier, Dassault Systèmes, une marque B2B s'il en est, se lançait sur TikTok. 7 mois plus tard, la marque compte 63 000 abonnés et plus d'un millions de likes,...

En juillet dernier, Dassault Systèmes, une marque B2B s'il en est, se lançait sur TikTok. 7 mois plus tard, la marque compte 63 000 abonnés et plus d'un millions de likes, un post à plus de 7 millions de vues et plusieurs flirtant avec le million.

Meta accélère sur l’IA !

Meta accélère sur l’IA !

Avec Llama 3, la dernière version de son modèle de langage dévoilée jeudi dernier, Meta intègre l'IA dans toutes ses applis. Et promet déjà de nouvelles fonctionnalités...

Avec Llama 3, la dernière version de son modèle de langage dévoilée jeudi dernier, Meta intègre l'IA dans toutes ses applis. Et promet déjà de nouvelles fonctionnalités pour simplifier la création de contenus.

L’âge d’or de la communication corporate

L’âge d’or de la communication corporate

Alors que les entreprises sont appelées à se positionner sur de nombreux sujets, et parfois sommées d'expliquer leurs choix, la communication corporate devient stratégique...

Alors que les entreprises sont appelées à se positionner sur de nombreux sujets, et parfois sommées d'expliquer leurs choix, la communication corporate devient stratégique... Un canal essentiel pour prendre des engagements, raconter ses innovations et finalement bâtir son influence.

Musique & IA, l’impossible accord ?

Musique & IA, l’impossible accord ?

Les progrès de l'IA générative révolutionnent les contenus musicaux et font planer une ombre de plus en plus opaque sur une industrie pour qui cette année 2024 s'annonce comme...

Les progrès de l'IA générative révolutionnent les contenus musicaux et font planer une ombre de plus en plus opaque sur une industrie pour qui cette année 2024 s'annonce comme un tournant majeur...

LinkedIn teste un feed vidéo façon TikTok !

Et si LinkedIn prenait, elle aussi, le train de la vidéo courte en marche ? C'est ce que laisse penser cette nouvelle fonctionnalité annoncée par certains experts social media...

Et si LinkedIn prenait, elle aussi, le train de la vidéo courte en marche ? C'est ce que laisse penser cette nouvelle fonctionnalité annoncée par certains experts social media de la plateforme qui testent actuellement un feed vidéo ressemblant à celui de TikTok

Gabrielle Chesnel, la DA de LinkedIn

Gabrielle Chesnel, la DA de LinkedIn

Gabrielle Chesnel est une jeune graphiste freelance basée en Bretagne, qui pèse plus de 18 000 abonnés sur LinkedIn

Gabrielle Chesnel est une jeune graphiste freelance basée en Bretagne, qui pèse plus de 18 000 abonnés sur LinkedIn

Le moment LinkedIn

Le moment LinkedIn

IA générative, mode créateur, Thought Leader Ads... Au fil du temps et des mises à jour de son algorithme, LinkedIn s'est transformé de banque de CV en ligne en paradis pour...

IA générative, mode créateur, Thought Leader Ads... Au fil du temps et des mises à jour de son algorithme, LinkedIn s'est transformé de banque de CV en ligne en paradis pour les créateurs de contenu B2B...

Comment les marques racontent la France

Comment les marques racontent la France

Et si les prises de parole des Renault, SNCF et autres McDonald's influençaient subrepticement la manière dont nous nous représentons collectivement la France et les Français...

Et si les prises de parole des Renault, SNCF et autres McDonald's influençaient subrepticement la manière dont nous nous représentons collectivement la France et les Français ?

Un média consacré aux nouveaux formats et à LinkedIn.
close
{POPUP_CONTENT}