Clubhouse : « Il va y avoir un reset de l'influence »

entretien

Clubhouse : « Il va y avoir un reset de l'influence »

Clubhouse : « Il va y avoir un reset de l'influence »

Publié le 20 mars 2021
0

Pourquoi investir Clubhouse ? Story Jungle a échangé sur le sujet avec Anthony Bourbon, CEO de la foodtech Feed et très présent sur la plateforme audio : pas moins de 21 000 abonnés suivent son compte Clubhouse. On évoque avec lui les bonnes pratiques à adopter et l'organisation des équipes de Feed pour investir l'application.

 :
;

Combien de personnes sont inscrites sur Clubhouse en France ?

C'est encore le début. On parle de 100 000 à 150 000 abonnés à l'heure actuelle. La France est bonne dernière en Europe. On espère que le mouvement va s'accélérer quand Clubhouse ouvrira l'application aux Android. Aujourd'hui, elle fonctionne exclusivement sur iPhone.

21 000 abonnés c'est entre 15 et 20 % de parts de voix sur Clubhouse en France...

Oui, cela paraît gros. C'est tout l'intérêt d'être au début de la vague des réseaux sociaux. Comme il y a assez peu de contenus disponibles, les gens sont « obligés » de s'abonner à vous pour pouvoir profiter de l'application et on essaie en faisant du contenu de qualité de les inviter au maximum. C'est un cercle vertueux. L'algorithme va avoir tendance à vous pousser puisque vous êtes l'une des personnes les plus suivies en France. On a très tôt sauté sur l'occasion.

Comment présenter Clubhouse à quelqu'un qui ne serait pas encore inscrit ?

Clubhouse est une appli américaine née début 2020 et qui a explosé fin 2020, début 2021 aux US. Pour imager, Clubhouse s'apparente à un Palais des congrès avec de nombreuses conférences en cours et la possibilité de monter sur scène et d'interpeller directement les conférenciers. L'application repose exclusivement sur l'audio. Pas de photo. Pas de vidéo. C'est vraiment une « Covid-app », une appli qui fait du sens dans une période compliquée, car elle permet de rétablir des rapports sociaux. Beaucoup de gens se rendent sur l'appli pour pouvoir échanger, prendre des nouvelles, parler d'une émission de télé, d'une recette de cuisine. En parallèle, on a des rooms beaucoup plus business, tournés vers le développement personnel, de manière à essayer de devenir une meilleure version de soi-même. Cela a été hijacké, préempté par les personnes de la tech puisque ce sont les plus early adopters qui ont tendance à se jeter sur les innovations : de nombreux investisseurs, entrepreneurs, start-uppers, journalistes ont pris d'assaut la plateforme. Là, c'est en train de s'ouvrir au reste du monde.

Pourquoi cette application est un game changer ? Et pour qui ? Est-ce un enjeu plutôt pour le secteur B2B ou B2C ?

Le B2C semble plus naturel parce que tu peux créer une audience très large extrêmement rapidement. N'importe qui peut être un client de Feed mais tout le monde ne va pas acheter un outil B2B. Mais le B2B fait aussi du sens : de nombreux fondateurs de start-up, d'entreprises y sont présents. Ils peuvent créer une communauté autour d'une solution et déclencher du lead.

En B2C, si tu fais une pub de 20 secondes qui capte l'attention, tu es content. Tu te dis que tu as réussi à faire passer ton message. Sur Clubhouse, on va avoir jusqu'à 300 à 400 heures d'écoute par jour (quand tu multiplies par le nombre de personnes), c'est colossal. L'appli permet d'être dans la tête du consommateur car le vecteur est la voix, et donc les oreilles. Cela atteint immédiatement le cerveau. C'est la logique du podcast, également : entrer en profondeur dans le sujet et créer une véritable valeur pour les auditeurs.

Pourquoi avoir décidé très tôt de pivoter sur cette application ?

J'observais, à titre personnel, ce qui se passait aux États-Unis depuis quelques mois. Je voyais des rooms avec 10 000 personnes – quand tu as 10 000 personnes en pic (les rooms sont en fait limitées à 8 000 personnes, ndlr), cela signifie que tu vas avoir 100 000 personnes au total qui t'écoutent. Il y a un turn-over très fort dans les rooms. Si tu as des pics de 10 000, cela va changer dix fois d'audience pendant l'heure où tu vas parler. Cela te permet de toucher 100 000 personnes à chaque room, ce qui est colossal.

Or il faut savoir aussi que les coûts d'acquisition sont en train d'exploser sur toutes les plateformes classiques (Facebook, Insta). Faire de l'acquisition va devenir très cher. C'est clé selon moi de trouver d'autres points de contact avec son audience. 

La voix est l'avenir des réseaux sociaux. On s'est lassés de l'image. Instagram, c'est superficiel, tout le monde doit être beau, on a compris que c'était bidon. Les marques ont toutes les mêmes codes, les mêmes couleurs, les mêmes manières de présenter les produits. C'est pour ça que l'acquisition via les influenceurs ne fonctionne plus, parce que les gens ne sont plus dupes.

Il va y avoir un reset de l'influence. On peut l'observer sur Clubhouse. Les gros influenceurs classiques ont des millions de vues sur Instagram, mais ne sont absolument pas suivis sur Clubhouse ; alors qu'ils sont présents. Les gens ne veulent plus des influenceurs qu'ils ont vus sur Facebook, Instagram et TikTok, ils ont envie de changer leurs abonnés et leurs fils d'actu. De nouveaux profils sont en train d'émerger. Si vous proposez du contenu intéressant, il y a quelque chose à créer sur Clubhouse. Si vous voulez créer une communauté, engager des gens sur des sujets experts, c'est l'endroit. Mais attention, il ne faut pas y aller pour le plaisir mais avoir une stratégie bien définie.

Comment êtes-vous organisés à Feed ? Vous êtes présents plusieurs fois par jour tous les jours de la semaine.

Le but dès le départ était d'être parfaitement aligné avec l'identité de Feed. Beaucoup de gens nous disent que nous avons utilisé Clubhouse comme une opportunité. C'est vrai, mais ce que l'on dit depuis maintenant quatre ans, c'est qu'on n'existe pas seulement pour apporter des blocs de nutrition (Feed est connu pour apporter des repas complets) : derrière cet aspect produit, c'est une marque générationnelle qui dit à tous les jeunes, vous pouvez vous en sortir, quelles que soient vos origines, même si vous êtes pauvres. Vous pouvez vous en sortir avec de la motivation, du travail, de la résilience. Cela fait écho à mon histoire personnelle. Mon père était contrôleur. Ma mère était vendeuse. À 16 ans, j'étais dans la rue. À force de galères, j'ai fini par réussir en échouant beaucoup. Quand on vient parler sur Clubhouse, c'est authentique.

Il faut prendre un sujet maîtrisé, cohérent, légitime. On ne réinvente pas du tout, on continue simplement de faire ce qu'on fait chez Feed, avec un nouveau médium. À partir de là, c'est comme sur tous les réseaux sociaux, les gens te suivent si tu fais des contenus de qualité. Je propose du contenu, pas pour flatter mon ego, mais parce que j'apprends quelque chose aux autres. Si tu te prends en photo parce que tu te trouves beau, les gens n'auront pas envie de te suivre. Si tu te prends en photo torse nu pour expliquer ta diète alimentaire, il y aura un intérêt. Tu partages une expérience.

Sur Clubhouse, tu ne peux pas retoucher ta photo, tu ne peux pas faire relire ton texte par la RP manager, tu es en live avec ton audience, tu n'es pas à l'abri que quelqu'un aille te chercher sur un point technique : tu es mis à nu. C'est ça que les gens aiment sur Clubhouse.

Pour faire du contenu de qualité, il faut être entouré. On a recruté deux journalistes qui organisent les invitations des guests, le bon déroulement des process. On a pris des spécialistes pour chaque sujet, un journaliste spécialisé dans le développement personnel avec trois rooms tous les jours, centrées sur des sujets dits inspirationnels : comment manager ? quel livre devriez-vous lire pour être un bon businessman ? À côté de ça, un autre journaliste, qui vient de la radio, cible l'actualité, avec trois rooms également par jour.

Quels sont les sujets porteurs sur Clubhouse ? On a vu que Clubhouse adore parler de Clubhouse...

Les rooms qui fonctionnent bien sont celles qui apprennent des choses aux gens et où ils peuvent participer. L'esprit masterclass pendant une heure, les gens n'aiment pas ça. Pendant une demi-heure, tu apportes du contenu de qualité et tu les fais rapidement participer, les gens ont envie de parler et de feedback. Ne faire que parler, c'est l'erreur de l'ancien monde. Des célébrités sont venues, des comiques, des gens de la télé et ils ont fait cette erreur immédiate en parlant tout seuls pendant une heure. Cela a marché une fois parce qu'ils ont un nom connu. Mais pas la deuxième. S'ils viennent et que tu ne peux pas échanger avec eux, autant les regarder à la télévision ou les écouter à la radio. Sur Clubhouse, il faut donner la parole.

C'est vrai que ce qui fonctionne, c'est quand ça parle de Clubhouse. Mais on se l'interdit typiquement. Pour moi, c'est consanguin, ça tourne en rond, ça n'apporte pas de valeur. Il y en a pour qui c'est leur fonds de commerce. Tous les dimanches, il y a des annonces des fondateurs de Clubhouse. Ils vont traduire les annonces et ils vont parler de ça pendant des heures. Nous, on essaie plutôt de parler business et développement personnel.

Ce qui fonctionne bien ce sont nos rooms le dimanche à 21h. Il y a des gens qui viennent pitcher leur start-up en deux minutes et on leur donne des conseils en live. C'est le même système que The Voice. Le compteur monte jusqu'à 1 200 personnes, ce qui veut dire que l'on voit passer à peu près 15 000 personnes.

Quelle est la bonne durée pour une room ? C'est quoi les prime times ?

Les prime times, c'est plutôt le soir entre 20 h et 21 h, le week-end, le dimanche soir. Les audiences varient. L'actualité marche bien à midi parce que les gens sont en pause lunch. On les fait réagir sur l'actualité. Des politiciens interviennent également : on a débattu avec le porte-parole d'En Marche, de François Hollande. On a la possibilité de parler à des gens qui, en temps normaux, ne sont pas accessibles.

Pour la durée, il n'y a pas de règle mais on s'astreint à une heure, une heure et demie. Si tu fais une room de trois heures, ça va flotter et ça ne va pas être quali. Ce qui compte, c'est la régularité. Comme un bon produit, quand tu l'as fini, tu dois avoir envie d'en reprendre un petit peu.

Combien de temps passez-vous sur la plateforme ?

Je suis connecté sur nos rooms parce que ça amène du monde. Je suis actif une à deux heures par jour. Clubhouse est une application chronophage, qui demande du temps et qui doit faire partie intégrante de votre stratégie. Ce n'est pas scalable comme Instagram ou Facebook, où vous pouvez faire un contenu, préparer un plan éditorial sur trois semaines. Clubhouse crée un FOMO (Fear of Missing Out) c'est sa force et sa faiblesse : on a peur de louper ce qui est bien.

Est-ce que vous avez vu des effets bénéfiques sur les ventes grâce à Clubhouse ?

Sur les ventes, c'est compliqué à tracker. Il y a des pics de visite sur notre site Internet au moment de nos rooms. Ce qu'on peut mesurer clairement, c'est l'awareness de la marque, et ça sur tous les réseaux sociaux. On observe une amélioration de nos métrics, sur Insta, sur LinkedIn. La force de Clubhouse, c'est que vous avez une bio, une description, où vous pouvez renvoyer vers tous vos réseaux. Les gens utilisent Clubhouse comme un outil de networking. Sur LinkedIn, j'ai mis un an et demi à avoir 20 000 personnes, alors que sur Clubhouse ça m'a pris 3 semaines. Il y a un reach organique monstrueux.

Est-ce que cela vous semble envisageable de faire des rooms en partenariat avec des marques ?

Plusieurs modèles économiques sont imaginables. Le premier c'est de faire du contenu monétisé. Clubhouse nous a demandé de postuler à un « show rémunéré » que tu fais une à deux fois par semaine, où les gens peuvent payer pour participer : un grand sportif, un grand chef d'entreprise du CAC 40 va te donner du contenu pendant une heure, tu payes deux euros pour participer. Si tu as 10 000 personnes qui participent, ça peut faire des montants intéressants.

Le deuxième sujet, c'est de faire des rooms sponsorisées par des marques. C'est-à-dire payer des personnes qui fonctionnent bien, avec des communautés bien établies, avec des rooms du genre : « quel livre lire ce week-end sponsored by feed », comme ça il y a un point de contact avec le consommateur.

Les grandes marques vont mettre du temps à se réveiller et quand elles vont se réveiller, ce sera un peu tard, elles auront du mal à construire leur audience. La seule solution qui leur restera ce sera de dealer avec des modérateurs, soit d'autres petites marques qui ont été plus agiles et qui ont déjà accumulé de belles audiences.

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}