« Les médias doivent apprendre à travailler avec les technologies »

entretien

« Les médias doivent apprendre à travailler avec les technologies »

« Les médias doivent apprendre à travailler avec les technologies »

Propos recueillis par Laszlo PERELSTEIN- Publié le 27 janvier 2018
87
133

Co-créateur de plusieurs médias (Le Lab', Le Post), Benoît Raphaël travaille à présent sur Flint, une intelligence artificielle qui prend en charge la veille de ses utilisateurs et leur génère une newsletter. Il nous parle de ses robots, nous livre sa vision de l'IA et de son influence sur le journalisme et dans les rédactions.

Il y a presque un an, les utilisateurs découvraient Flint, votre petit robot, lancé avec Thomas Mahier et Clémence Perrin. Quels enseignements en tirez-vous ?

Benoît Raphaël : L'objectif de Flint est de fournir une newsletter composée d'articles de qualité et personnalisés sans nous enfermer dans une bulle de filtres (lire l'explication détaillée ici, NDLR). Rapidement, nous nous sommes rendus compte que pour développer ce projet, il fallait à la fois prendre le temps de le faire, avancer vite et surtout prendre appui sur notre communauté. On ne pouvait pas le penser uniquement par nous même.
Nous avons alors décidé de le construire avec nos abonnés, de leur raconter une histoire et surtout d'être super sincères avec eux - ne jamais leur cacher les situations où nous faisons face à un problème - et la vraie leçon c'est que cela marche, cela crée même beaucoup de plaisir. Nous maintenons ce contact là : tout ce que l'on fait aujourd'hui provient des questionnaires ou des échanges avec la communauté, que ce soit physique ou sur Internet.
 
Découvrez Flint - La newsletter personnalisée confectionnée par des IA
Média, réseaux sociaux, stratégies de contenu de marques, nouveaux formats… pour ne rien rater de l’actualité de l’univers des contenus, abonnez-vous à notre newsletter Dans la Jungle des contenu : S’inscrire

Comment fonctionne Flint ?

B. R. : Nous proposons deux types de robots. Il y a Flint, que vous pouvez entraîner vous-même et dont l'objectif est de vous surprendre, et vous avez des robots que vous n'entraînez pas, qui l'ont été par des experts dans des domaines spécifiques (fintech, énergie et climat, média). À cela, s'ajouteront en 2018 des robots entièrement personnalisables que chacun pourra adopter pour le spécialiser sur un sujet qui l'intéresse. L'histoire que nous racontons avec tous ces robots c'est que pour déterminer la qualité, la technologie ne peut pas suffire : ce serait trop complexe, trop subjectif.
Benoît Raphaël
 
 
Sa philosophie de vie

Quel est votre gourou ?

Je n’en ai pas. J’essaie d’être à l’écoute des autres et de moi-même.

Quel est votre mantra ?

Une citation attribuée à Benjamin Franklin :
“Dis-le moi et j’oublierai, montre le moi et je me souviendrai, implique moi et je comprendrai.”

Comment libérez-vous vos chakras ?

Chaque année, je me réfugie dans le même village à l’ouest de l’Angleterre, où j’éteins mon smartphone et passe mes journées à marcher, écrire et lire des histoires découvertes au hasard chez le bouquiniste local.


L'intelligence artificielle offre une solution en mixant l'intelligence humaine avec celle technologique. Flint s'appuie sur les réseaux de neurones (deep learning) et l'apprentissage automatique (machine learning), qui, combinés ensemble, permettent au robot d'avoir l'équivalent du cerveau d'un enfant à éduquer. Là intervient l'aspect humain : par un système de renforcement  "J'aime"/ "J'aime pas", le robot affine peu à peu sa sélection d'articles, son 'cerveau' établit des connexions mathématiques et le contenu qu'il propose alors est très qualitatif. De la même manière, les utilisateurs affinent leur petit robot Flint en favorisant des liens et/ou en précisant le "j'aime" ou "j'aime pas".


À noter, que le robot sur mesure est une demande forte des abonnés : 37% seraient même prêts à payer pour ça. Pour l'instant, nous ne sommes pas encore arrêtés sur le prix et la mise à disponibilité de l'offre. Ce qui est certain, c'est qu'il sera accessible pour le grand public. Il y aura également une offre dédiée aux entreprises, désireuses de gérer des flottes de robots pour la veille de leurs collaborateurs.
Notre modèle s'approche de celui des médias : on ne vend pas un outil mais une expérience, une histoire, du contenu - les robots sont des personnages - avec une dimension pédagogique. Ce point est important : gagner la confiance et apprendre à travailler avec l'IA, exige un imaginaire commun. C'est d'ailleurs ce qui nous différencie, nous, les humains des robots : cette nécessité de développer une histoire pour travailler ensemble.

Le process de vos robots ne risque-t-il pas d'amplifier le phénomène des fake news ?

B. R. : Au lancement de Flint, en pleine élection présidentielle, quelques abonnés ont reçu des articles un peu haineux et quelques fake news. Comme toujours, nous avons ouvert un débat pour déterminer quelle serait la meilleure réponse. Très peu de nos abonnés, nous ont demandé de blacklister certains sites - ils préféraient que cela reste intelligent et souple, et puis c'est compliqué la censure : où poser les limites ? Nous avons donc créé un robot, Dark Bot. Entraîné par des étudiants en journalisme et doté d'un sens journalistique un peu tordu (il considère les articles haineux comme des articles de qualité), il permet d'identifier les profils qui se rapprochent d'un certain type de contenu, mathématiquement. C'est comme s'il dressait un panel de profils.


Les fake news sont un vrai sujet d'étude et un problème majeur : c'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles nous avons créé Dark Bot. Nous le voyons comme une réponse à ce phénomène même si je pense que la technologie ne permettra pas de le stopper. Il comporte plusieurs problématiques : à la fois la technologie, la loi - je n'y crois pas trop - et surtout l'éducation et l'autonomisation des gens par rapport à l'information. En ce sens, je pense que Flint offre un champ d'action large à l'utilisateur et lui permet de mieux appréhender l'information. Le fait d'entraîner son robot pour avoir une meilleure information, d'échanger avec les autres pour faire partie d'un projet collaboratif, est un moyen de participer à cette éducation.
 
» L’intelligence artificielle nous oblige à nous interroger sur notre façon de consommer, sur notre façon de produire aussi. «

Comment l'intelligence artificielle influence-t-elle le journalisme ?

B. R. : Le deep learning et l'IA sont assez récents dans l'univers des médias : néanmoins, les journalistes ont bien intégré l'intérêt des algorithmes et de leur optimisation. Ils ont même tendance à rédiger leur contenu avec cet objectif premier qui est de ressortir mieux sur les moteurs de recherche et toujours plus sur les réseaux sociaux. L'IA intervient de manière encore assez faible pour le moment - des articles sportifs, qui s'appuient sur des données brutes, ou des montages d'émission best of - mais transformera en partie l'information et la diffusion.


Les médias doivent apprendre à travailler avec les technologies et ne doivent pas oublier que ce qui fait leur valeur, c'est ce que font les humains depuis des milliers d'années : raconter des histoires. Elles nous permettent de construire des choses ensemble et nous font grandir. Je ne pense pas que les humains soient devenus des robots. Au contraire, je pense que l'intelligence artificielle nous oblige à nous interroger sur notre façon de consommer, sur notre façon de produire aussi. 

Dans un futur proche, quelle sera la place de l'IA dans les rédactions ?

B. R. : Il est très difficile de faire des prévisions et ce serait même dangereux. Le futur est absolument imprévisible : nous devons l’inventer, savoir ce que l’on veut et déterminer comment y parvenir. Dans beaucoup de métiers, y compris ceux créatifs, on se rend compte que l’IA est capable d’imiter et de reproduire énormément de choses. Si l’on a peur d’être remplacé par un robot, il faut effectivement se demander si l’on ne travaille pas comme un robot. Avoir une valeur ajoutée. Nous pouvons créer de très beaux design, de très bons slogans, mais nous devons toujours nous interroger : quelle est la part d’empathie que nous avons apporté ? La part d’humain? Cet aspect de la créativité remet en cause la formation : beaucoup de ceux qui font un métier robotisé se le sont vus imposer. Il va donc falloir être plus que créatif. Dans des expériences que nous avons menées, j’ai fait un constat : tout le monde a un cœur d’enfant. La créativité est donc vraiment une des valeurs qui doit être valorisée demain.
bio
Benoît Raphaël,
CEO et fondateur de Flint
Benoît Raphaël
Cofondateur de plusieurs médias (notamment Le Post.fr pour Le Monde, Le Plus pour Le nouvel Observateur et Le Lab’ d’Europe 1), Benoît Raphaël travaille depuis 2016 sur Flint, une intelligence artificielle qui propose via une newsletter une sélection d’articles personnalisés. Il conseille et accompagne également les médias sur leur stratégie numérique, comme Nice-Matin entre 2014 et 2016.
Notre prochain webinaire
Partager ce contenu
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'inscrire à notre newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
A lire ou à voir également sur le même sujet

« Rétablir la confiance dans les médias : un enjeu démocratique majeur »

« Rétablir la confiance dans les médias : un enjeu démocratique majeur »

Montrer l'envers d'un décor souvent fantasmé, raconter la réalité "prosaïque" du métier de journaliste. Telle est la mission de Gilles Van Kote,...

Montrer l'envers d'un décor souvent fantasmé, raconter la réalité "prosaïque" du métier de journaliste. Telle est la mission de Gilles Van Kote, directeur délégué aux relations avec les lecteurs au Monde, depuis 2020. Un rôle primordial pour garder le lien avec son audience, dans un contexte de méfiance envers les médias.

« Le milieu du podcast est désormais davantage dans une démarche d’entreprise que de start-up »

« Le milieu du podcast est désormais davantage dans une démarche d’entreprise que de start-up »

Le Paris Podcast Festival a pris fin ce dimanche 23 octobre, après quatre jours de rencontres. 300 intervenants, 80 événements : l'événement a été riche,...

Le Paris Podcast Festival a pris fin ce dimanche 23 octobre, après quatre jours de rencontres. 300 intervenants, 80 événements : l'événement a été riche, réunissant plus de 8 000 visiteurs à la Gaîté Lyrique, à Paris. Nina Cohen, directrice du Paris Podcast Festival, fait le point sur cette cinquième édition, placée sous le signe de la « puissance de la douceur ». Interview.

Benoît Raphaël : Information, l'indigestion

Benoît Raphaël : Information, l'indigestion

C'est un « voyage au bout de l'info » que propose l'entrepreneur, et auteur, journaliste spécialisée dans les usages de l'intelligence artificielle Benoit Rapha...

C'est un « voyage au bout de l'info » que propose l'entrepreneur, et auteur, journaliste spécialisée dans les usages de l'intelligence artificielle Benoit Raphaël dans son livre « Information : l'indigestion », un manuel pour penser par soi-même dans le chaos de l'info, publiée aux éditions Eyrolles.

Anne-Claire Genthialon : « Le métier passion comporte une promesse individuelle : celle de l’accomplissement d’une destinée»

Anne-Claire Genthialon : « Le métier passion comporte une promesse individuelle : celle de l’accomplissement d’une destinée»

Le métier passion consume tout autant qu'il fait vibrer. C'est cette relation ambivalente que décortique Anne-Claire Genthialon dans Le piège du métier passion,...

Le métier passion consume tout autant qu'il fait vibrer. C'est cette relation ambivalente que décortique Anne-Claire Genthialon dans Le piège du métier passion, publié aux éditions Alisio.

Content marketing : de plus en plus difficile de capter l’attention du public

« Trop de contenu tue le contenu ? » Une question qui turlupine de plus en plus les agences de marketing digital

« Trop de contenu tue le contenu ? » Une question qui turlupine de plus en plus les agences de marketing digital

La crise existentielle des scénaristes américains

Le monde pailleté d'Hollywood ne se résume pas au Met Gala. « Les poings levés, les stylos baissés », se sont exclamés ce mardi 2 mai les membres de la Writers Guild of...

Le monde pailleté d'Hollywood ne se résume pas au Met Gala. « Les poings levés, les stylos baissés », se sont exclamés ce mardi 2 mai les membres de la Writers Guild of America (WGA), le puissant syndicat qui représente les scénaristes américains, à l'extérieur d'Amazon Studios, Netflix, Paramount et Warner Brothers.

Emmanuelle Larroque, présidente et fondatrice de Social Builder

Emmanuelle Larroque, présidente et fondatrice de Social Builder

Entrepreneure sociale pour une Tech plus inclusive, Emmanuelle Larroque a fondé l'association Social Builder.

Entrepreneure sociale pour une Tech plus inclusive, Emmanuelle Larroque a fondé l'association Social Builder.

Timothy Armoo, cofondateur de FanBytes

Timothy Armoo, cofondateur de FanBytes

À seulement 21 ans, Timothy Armoo crée FanBytes, pour aider les marques à rajeunir leur audience en ciblant la fameuse Gen-Z

À seulement 21 ans, Timothy Armoo crée FanBytes, pour aider les marques à rajeunir leur audience en ciblant la fameuse Gen-Z

Les pages Entreprise ont désormais accès aux carrousels vidéo !

Désormais, il est possible de créer un carrousel directement sur une page Entreprise.Le format prend en compte aussi bien les images que les vidéos.

Désormais, il est possible de créer un carrousel directement sur une page Entreprise.Le format prend en compte aussi bien les images que les vidéos.

LinkedIn ne comptabilise plus les comptes inactifs ou restreints pour calculer le nombre de vos relations et followers

Si vous avez constaté une baisse de votre nombre de relations et/ou de followers, pas de panique !

Si vous avez constaté une baisse de votre nombre de relations et/ou de followers, pas de panique !

Dans le match de l’IA, l’UE en arbitre ?

Sam ALtamn, le CEO d'OpenAI a lancé une forme d'ultimatum aux instances européennes

Sam ALtamn, le CEO d'OpenAI a lancé une forme d'ultimatum aux instances européennes

Le Twitch Français cartonne… et intéresse la télé

110 000 viewers en direct pour une émission de 2h. C'est le tour de force réussi mardi dernier par Zen, un talk-show diffusé sur Twitch.

110 000 viewers en direct pour une émission de 2h. C'est le tour de force réussi mardi dernier par Zen, un talk-show diffusé sur Twitch.

Google I/0 2023 : ce qu’il faut retenir

Cette édition 2023 de la conférence annuelle du mastodonte californien aurait pu s'appeler Google IA, tant l'intelligence artificielle y était omniprésente...

Cette édition 2023 de la conférence annuelle du mastodonte californien aurait pu s'appeler Google IA, tant l'intelligence artificielle y était omniprésente...

Claire Touzard, autrice de Féminin : "Il faut davantage de liberté de parole"

Claire Touzard, autrice de Féminin : "Il faut davantage de liberté de parole"

Claire Touzard est celle qui ose. Après avoir brisé le tabou de l'addiction à l'alcool dans le pays où le verre de vin est roi, dans un journal de bord intitulé Sans alcool...

Claire Touzard est celle qui ose. Après avoir brisé le tabou de l'addiction à l'alcool dans le pays où le verre de vin est roi, dans un journal de bord intitulé Sans alcool, elle s'attaque dans Féminin, un roman d'auto-fiction ,au modèle économique de la presse féminine, et dans une plus large mesure au capitalisme.

Marché de l'influence : la fin du Far West ?

Marché de l'influence : la fin du Far West ?

Faut-il créer un statut d'influenceur ? Doit-on soumettre les contenus rémunérés aux contraintes du marché de la publicité ? Doivent-ils être validés par une autorité...

Faut-il créer un statut d'influenceur ? Doit-on soumettre les contenus rémunérés aux contraintes du marché de la publicité ? Doivent-ils être validés par une autorité compétente ? Doit-on mettre en place des systèmes de vérification automatisés pour les placements de produits ?

Comment Dassault Systèmes a investi TikTok

Comment Dassault Systèmes a investi TikTok

En juillet dernier, Dassault Systèmes, une marque B2B s'il en est, se lançait sur TikTok. 7 mois plus tard, la marque compte 63 000 abonnés et plus d'un millions de likes,...

En juillet dernier, Dassault Systèmes, une marque B2B s'il en est, se lançait sur TikTok. 7 mois plus tard, la marque compte 63 000 abonnés et plus d'un millions de likes, un post à plus de 7 millions de vues et plusieurs flirtant avec le million.

20 Mint : le pari fou de 20 minutes pour décrypter le Web 3.0

20 Mint : le pari fou de 20 minutes pour décrypter le Web 3.0

Laurent Bainier, journaliste à 20 minutes a un projet fou : décrypter le Web 3 en inventant un média complètement immergé dans le Web 3.

Laurent Bainier, journaliste à 20 minutes a un projet fou : décrypter le Web 3 en inventant un média complètement immergé dans le Web 3.

Voir le média
close
{POPUP_CONTENT}