« La communication surestime l’utilisation des réseaux sociaux par les consommateurs »

entretien

« La communication surestime l’utilisation des réseaux sociaux par les consommateurs »

« La communication surestime l’utilisation des réseaux sociaux par les consommateurs »

Publié le 01 mai 2021
0

Selon la dernière étude de Kantar, le « Media Navigator Reputation », les professionnels de la communication surestiment l'évolution de la consommation des médias et l'importance des nouveaux canaux médiatiques. Nous avons échangé sur le sujet avec Christophe Dickès, Global Copyright Director de Kantar, et Sonia Metché, directrice des insights de Kantar.

Quels sont les principaux enseignements de cette étude ?

Christophe Dickès : Il y a un décalage entre les usages des consommateurs et la perception des professionnels à l'égard de ces consommateurs. Les professionnels de la communication surestiment l'utilisation des réseaux sociaux par les consommateurs. Or, on assiste aujourd'hui à une méfiance vis-à-vis des réseaux sociaux. Les usages des consommateurs peuvent être considérés comme doubles. Dans un premier temps, les réseaux sociaux seront utilisés pour savoir ce qui se passe. Les médias traditionnels serviront ensuite à la vérification des faits. Une dichotomie se crée entre voir et vérifier. Le contrôle de l'information ne passe pas par les réseaux sociaux, mais par les médias traditionnels que sont la télévision, la presse online, la presse offline et les moteurs de recherche.
«L'étude montre que, pour approfondir un sujet, les jeunes placent les réseaux sociaux derrière les médias traditionnels et les moteurs de recherche.»
Sonia Metché - Directrice des insights de Kantar Sonia Metché : L'étude montre que, pour approfondir un sujet, les jeunes placent les réseaux sociaux derrière les médias traditionnels et les moteurs de recherche. Cela signifie que le contrat de lecture qui existe entre un média et son audience est valable aussi pour les jeunes. Il a été rendu explicite grâce aux gros efforts de décryptage de l'info fournis par les médias historiques, et aussi par le développement de formats plus accessibles pour eux, notamment par Le Monde, qui a une équipe Snapchat dédiée, et par France Info, aux succès d'audience historiques.

Christophe Dickès : Les professionnels de la communication ont plusieurs inquiétudes, dont celle de la confiance du public à l'égard du monde médiatique. Or, on a vu qu'avec la crise du Covid cette confiance avait atteint un seuil et était même remontée. Il y a une volonté d'accéder à une information professionnelle, bien éloignée du monde polarisé des réseaux sociaux et de celui des fake news en général.  

Les sources d'information les plus utilisées par le grand public sont en tête la télévision (62 %), puis les réseaux sociaux et la presse (papier et online) au même niveau (36 %). Et enfin les radios (30 %). Pour les 16-34 ans, les réseaux sociaux arrivent en tête (51 %), suivis par les chaînes télé d'information (45 %), et la presse papier et online (26 %). Si les réseaux sociaux sont très importants pour les jeunes, il faut relativiser leur intérêt parce qu'ils n'y vérifient pas l'information.

Comment expliquer que les chaînes de télévision ont été régulièrement suivies alors que leur traitement de l'information était critiqué ?

Christophe Dickès : Nous étions dans un monde plongé dans l'inquiétude. On souhaitait vraiment savoir, s'informer auprès des chaînes d'info. L'exemple type est la première intervention de Macron, qui a été visionnée par des dizaines de millions de personnes. Du jamais-vu dans l'histoire de la télévision. Ce que l'on constate aussi - c'était net au moment du premier confinement -, c'est qu'un public a retrouvé une appétence pour l'écran, mais aussi pour la télévision, du fait du confinement. Des chaînes comme TF1, le groupe France Télévisions ont tiré leur épingle du jeu.

Sonia Metché : Il y a eu des records historiques de durée d'écoute en 2020. Quatre heures par jour, selon Médiamétrie.

L'étude insiste sur le fort écart entre la réalité du public et la perception des communicants. Comment expliquer ce décalage ?

Sonia Metché : Je considère que les communicants maximisent l'impact des réseaux sociaux et des nouveaux formats, ce qui est tout à fait réel en termes de progression des usages. Ce décalage arrive en post-pandémie. Les communicants sont dans une dynamique logique pour eux. Ils sont influencés par les usages du jeune public et de l'avant-garde. C'est leur métier. D'un côté, il y a la perception professionnelle et, de l'autre, le grand public.

Selon l'étude, les professionnels estiment que le public recourt désormais davantage aux influenceurs sociaux (52 %) et aux podcasts (43 %). Pourtant, respectivement seulement 7 % et 5 % de ce public affirment qu'ils les utilisent davantage. Les stratégies de communication donnent-elles trop d'importance aux influenceurs sociaux et aux podcasts ?

Sonia Metché : Tout dépend de l'objectif, de la nature de la marque. Aujourd'hui, toutes les stratégies optent pour du multicanal. Mais, effectivement, le décalage est assez frappant pour les podcasts. 43 % des professionnels européens pensent que les podcasts sont davantage utilisés. Or, seulement 5 % de ce public affirme qu'il s'y intéresse davantage. En 2020, seulement 16% des consommateurs français ont écouté des podcasts, ou encore seulement 9% des britanniques. Il y a eu un fort bruit médiatique autour des podcasts. C'est vrai qu'ils sont plus utilisés, mais pas dans les proportions imaginées. Quant aux influenceurs, il ne faut pas surestimer leur impact, d'autant qu'il est difficile à mesurer, sauf si l'influenceur est totalement transparent.

Christophe Dickès : On peut se poser la question, bien que je pense qu'il est trop tôt pour avoir la réponse : est-ce qu'à terme cette génération des 16-34 ans va peu à peu prendre des distances avec les réseaux sociaux, soit du fait de la polarisation, soit du fait du peu d'intérêt que cela peut présenter pour certains.
Une étude sur ce phénomène devrait prendre en compte les différents types de secteurs économiques. Si on est dans le luxe, la beauté, ce n'est pas la même chose que si on est dans le monde du livre, de la culture.
«Aujourd'hui, on vit dans le monde de l'infobésité. 80 % du temps des professionnels de la com est consacré à classer, à détecter l'information. Seulement 20 % est dédié à l'analyse. »
Christophe Dickès - Global Copyright Director de Kantar

Près de trois professionnels sur quatre (71 %) considèrent qu'il y a trop de données inutiles et pas suffisamment d'insights. Comment peut-on faire le tri entre toutes ces données ?

Christophe Dickès : Aujourd'hui, on vit dans le monde de l'infobésité. 80 % du temps des professionnels de la com est consacré à classer, à détecter l'information. Seulement 20 % est dédié à l'analyse. Ce rapport devrait être inversé. On devrait passer plus de temps à analyser l'information qu'à essayer de la trouver, de la chercher, de la contextualiser. Le travail de Kantar est de trouver l'info en fonction du client.

Sonia Metché : 84 % des communicants en France estiment que l'accès à des données fiables est un facteur clé de succès. L'enjeu de la fiabilité s'est renforcé avec le digital. Il est toujours difficile de trouver l'information, de la trier, d'interpréter des indicateurs digitaux qui sont silotés, et qui ne sont pas du tout normalisés puisqu'ils sont propres à chaque plateforme. Cela rajoute de la confusion. Un nombre de followers n'a rien à avoir avec le nombre de vues sur Youtube. C'est la vue d'ensemble qui est complexe. On intervient dans la clarification, on se force à objectiver ces données en les mettant en perspective pour ne pas en exagérer certaines et en minorer d'autres.

Christophe Dickès : Notre étude « Dimension » actait le fait qu'il vaut mieux avoir 100 likes d'un public engagé sur Twitter ou Instagram, qui s'intéressera vraiment au sujet mis en avant dans une campagne de communication, que 1 000 likes sur un public qui n'est pas engagé. Engagé, cela signifie prêt à un acte d'achat.

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}