entretien

« Il y a une attention nouvelle aux audiences »

« Il y a une attention nouvelle aux audiences »

Propos recueillis par Alexandra Klinnik / Photo par Géraldine Aresteanu- Publié le 27 mars 2021
0

Ne jamais se reposer sur ses lauriers. Sans cesse innover. Se remettre en question tout en étant perpétuellement en éveil. Tels pourraient être les mantras qui guident le journaliste entrepreneur et passionné des médias, Philippe Couve, à la tête de Samsa.fr, une société qui accompagne la transformation digitale des médias. Ce pionnier de l'internet, à l'origine de « L'Atelier des médias », la première webradio participative sur RFI, et acteur de l'émergence de plusieurs players en France (Rue89, Owni, Newsring), a lancé les Rencontres de l'innovation éditoriale, du 1er au 12 mars dernier, invitant plusieurs têtes pensantes de médias mainstream et confidentiels à partager l'expérience de leurs pratiques. Un exercice bienvenu qui s'adresse aux professionnels des médias, de la communication et du secteur culturel. Retour sur cette édition particulière, 100 % en ligne, qui a réuni plus de 1 000 participants.

Grand reporter chez RFI, présentateur radio, rédacteur en chef web de rfi.fr, producteur d'émission de la première web-émission participative et aujourd'hui fondateur de la société Samsa.fr... Pouvez-vous nous présenter votre parcours dans les grandes lignes ?

Philippe Couve : J'ai d'abord été grand reporter radio. Au milieu des années 90, j'ai découvert un territoire fabuleux pour les journalistes : internet. J'avais eu du mal à choisir entre la télé, la radio et la presse écrite. Là, toutes ces spécialités pouvaient être investies dans un seul et même média. Soit une formidable opportunité. Dès 1997, j'ai réalisé des reportages multimédias : je partais pour des reportages au long cours. Je ramenais des éléments qu'on mettait en page avec Dreamweaver – un des principaux éditeurs de site web. À l'époque, le système était préhistorique. En 2000, j'ai rejoint la rédaction internet de RFI : tout le monde m'a regardé, navré, quitter le service reportage pour aller, dans leur imaginaire, brancher des câbles et réparer des imprimantes. « Tu vas à l'informatique », me disait-on. J'ai codirigé cette rédaction pendant six ans : une période riche marquée par plusieurs refontes du site. Après des divergences éditoriales, j'ai quitté le service pour proposer en 2007 une émission d'été, « L'Atelier de RFI », qui consistait à voir en quoi le numérique change nos vies – un sujet devenu tarte à la crème aujourd'hui mais inhabituel pour l'époque. Je me suis nourri des expériences de la NPR – National Public Radio – aux États-Unis et de la BBC à Londres, qui tentaient des expériences participatives en utilisant les réseaux sociaux. Je me suis dit que j'avais passé quelques années à essayer d'instiller de la radio dans internet, et que je devais essayer désormais de faire le contraire : soit « mettre » de l'internet dans la radio. L'émission repose sur un blog du site RFI où les auditeurs-internautes sont libres de laisser des témoignages, tourner des vidéos et donner leur numéro de téléphone. (« Le Web ne soutient pas l'émission, il en fait partie. L'auditeur devient ainsi une force de proposition et de décision »)

Le sujet a bien fonctionné pendant l'été. J'ai modifié par la suite le concept. À l'origine, il s'agissait de coproduire l'émission avec des communautés très diverses : des gens qui avaient des maladies rares qui s'organisaient pour trouver des infos sur internet, des personnes en quête de l'âme sœur en ligne... Ce qui m'intéressait était de capitaliser, de voir ce qui pouvait se faire sur la durée avec une communauté. J'ai donc lancé « L'Atelier des médias », une émission collaborative qui s'intéresse à la révolution des médias à l'ère numérique. C'est en 2010 que j'ai décidé de me lancer dans la formation, le conseil avec Samsa.fr, qui peut compter sur une équipe d'une dizaine de personnes. Notre offre se déploie aussi bien en France, en Belgique, en Suisse ou en Ukraine. Nous avons également une filiale Samsa Africa. La dimension multiculturelle est très importante – sans doute mon ADN RFI qui se reflète. C'est enrichissant dans les deux sens : on peut apporter d'ici des idées d'ailleurs et vice versa. C'est ce que l'on a essayé de faire pendant les Rencontres de l'innovation éditoriale.
«L'innovation, c'est changer ses pratiques, se reposer des questions... Innover, ce n'est pas adopter le dernier gadget.»

Média, réseaux sociaux, stratégies de contenu de marques, nouveaux formats… pour ne rien rater de l’actualité de l’univers des contenus, abonnez-vous à notre newsletter Dans la Jungle des contenu : S’inscrire

Quels ont été les objectifs de ces Rencontres de l'innovation éditoriale 2021 dédiées à la créativité, la vidéo mobile, le podcast, la communication digitale et les nouveaux métiers ?

On organise un événement annuel depuis cinq éditions. L'objectif est de servir notre communauté, au-delà des formations proposées par Samsa, en encourageant le partage d'expériences, de pratiques professionnelles. Si au départ l'événement se focalisait sur la vidéo mobile, on s'est bien rendu compte que la problématique était plus large. Les médias et les marques sont intéressés par la manière de s'approprier les nouveaux canaux – pas seulement quel type de matériel est requis, le côté technique, mais aussi l'aspect éditorial. D'où notre virage cette année en Rencontres de l'innovation éditoriale. Pour être clair, il ne s'agit pas d'aborder des considérations futuristes, mais plutôt être dans le concret, le partage d'expériences avec des intervenants de qualité. La question clé, c'est « Comment ? ». Comment vous surmontez les difficultés rencontrées ?

Pour ce qui est de la forme de l'événement, nous nous sommes inspirés de Splice (qui se présente sur son site comme le Nieman Lab of Asia) : ils ont organisé un événement sur plusieurs jours, avec des rendez-vous de networking en ligne. Je ne suis pas sûr que nous ayons trouvé l'outil parfait, notamment pour le networking, un volet très important. Mais dans l'ensemble, l'édition a été une réussite, avec un total de 1 000 personnes inscrites.

Vous avez posé la question à Éric Scherer, lors d'une session sur la créativité éditoriale. Quelle est votre définition de l'innovation ?

C'est une très bonne question. L'innovation, c'est changer ses pratiques, se reposer des questions. Se diriger vers un inconnu mais qui reconnecte aux fondamentaux de ce qu'on est et de ce qu'on veut faire. Innover, ce n'est pas adopter le dernier gadget. C'est changer par rapport à soi, pas par rapport aux autres. Ce qui est l'innovation pour quelqu'un n'est pas forcément une innovation pour l'autre. Les innovations peuvent être d'ordre technologique bien sûr, mais peuvent aussi être liées à des techniques d'approche, des changements de ton, de manière d'élaborer les contenus.

Avez-vous l'impression que les rédactions françaises innovent suffisamment ?

Oui, de plus en plus. On le voit par les questions qui nous sont posées. Avant, les questions étaient exclusivement d'ordre technique : comment j'utilise mon smartphone pour filmer, quel logiciel utiliser pour monter mon podcast, de quel outil ai-je besoin pour programmer les posts sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les interrogations sont liées aux attentes de l'audience et aux moyens d'y répondre. Les questions techniques sont toujours présentes bien sûr parce qu'à un moment donné, il faut en passer par là. On accompagne des émissions de télé en Suisse et en Belgique, où l'enjeu est la reconnexion avec des segments du public. Les médias en France doivent remplir deux objectifs : des enjeux d'audience et de monétisation. On cherche à répondre aux attentes des audiences plus qu'innover pour innover.

Qu'est-ce qui vous a le plus marqué lors de ces Rencontres ?

C'est l'humilité dont ont fait preuve les intervenants. Personne ne s'est targué d'avoir trouvé la pierre philosophale ou la technologie ultime. Tout le monde était dans une approche test and learn, très humble. Les vingt années écoulées nous ont appris à nous méfier des idées toutes faites.

On peut dire ce que l'on veut mais il y a une attention aux audiences qui est nouvelle. Cet intérêt est lié à l'évolution des modèles économiques, notamment vers l'abonnement. Il est nécessaire de comprendre plus finement les gens qui composent les audiences. La transformation numérique est loin d'être terminée. C'est un processus dont on ne voit pas le terme.

Crédit photo : Géraldine Aresteanu pour Samsa.fr
Vous souhaitez partager votre vision avec vos pairs ? Contactez-nous pour nous proposer un sujet.
Notre prochain webinaire
Partager ce contenu
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'inscrire à notre newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
A lire ou à voir également sur le même sujet

« Le milieu du podcast est désormais davantage dans une démarche d’entreprise que de start-up »

« Le milieu du podcast est désormais davantage dans une démarche d’entreprise que de start-up »

Le Paris Podcast Festival a pris fin ce dimanche 23 octobre, après quatre jours de rencontres. 300 intervenants, 80 événements : l'événement a été riche,...

Le Paris Podcast Festival a pris fin ce dimanche 23 octobre, après quatre jours de rencontres. 300 intervenants, 80 événements : l'événement a été riche, réunissant plus de 8 000 visiteurs à la Gaîté Lyrique, à Paris. Nina Cohen, directrice du Paris Podcast Festival, fait le point sur cette cinquième édition, placée sous le signe de la « puissance de la douceur ». Interview.

Philippe Lamarre, le multimédia québécois

Philippe Lamarre, le multimédia québécois

Philippe Lamarre est le boss d'Urbania. « Un groupe média et producteur de contenu multiplateforme pour les gens curieux, avec une soif de se divertir et de s'informer »,

Philippe Lamarre est le boss d'Urbania. « Un groupe média et producteur de contenu multiplateforme pour les gens curieux, avec une soif de se divertir et de s'informer »,

Open AI lance GPT store, « l’app store de l’AI »

Lundi dernier, Sam Altman, boss d'OpenAI, a enfilé son plus beau jean pour présenter le futur de son robot conversationnel.

Lundi dernier, Sam Altman, boss d'OpenAI, a enfilé son plus beau jean pour présenter le futur de son robot conversationnel.

LinkedIn lance une nouvelle IA (et fête ses 1 milliard de membres)

Un milliard de membres, ça se fête ! Pour marquer le coup, LinkedIn lance deux nouvelles fonctionnalités pilotées par l'IA.

Un milliard de membres, ça se fête ! Pour marquer le coup, LinkedIn lance deux nouvelles fonctionnalités pilotées par l'IA.

Anne-Claire Genthialon : « Le métier passion comporte une promesse individuelle : celle de l’accomplissement d’une destinée»

Anne-Claire Genthialon : « Le métier passion comporte une promesse individuelle : celle de l’accomplissement d’une destinée»

Le métier passion consume tout autant qu'il fait vibrer. C'est cette relation ambivalente que décortique Anne-Claire Genthialon dans Le piège du métier passion,...

Le métier passion consume tout autant qu'il fait vibrer. C'est cette relation ambivalente que décortique Anne-Claire Genthialon dans Le piège du métier passion, publié aux éditions Alisio.

20 Mint : le pari fou de 20 minutes pour décrypter le Web 3.0

20 Mint : le pari fou de 20 minutes pour décrypter le Web 3.0

Laurent Bainier, journaliste à 20 minutes a un projet fou : décrypter le Web 3 en inventant un média complètement immergé dans le Web 3.

Laurent Bainier, journaliste à 20 minutes a un projet fou : décrypter le Web 3 en inventant un média complètement immergé dans le Web 3.

Tonton Karim, les bons tuyaux du recrutement

Tonton Karim, les bons tuyaux du recrutement

Tonton Karim, c'est un peu le parrain du recrutement à la cool sur LinkedIn

Tonton Karim, c'est un peu le parrain du recrutement à la cool sur LinkedIn

Comment les marques racontent la France

Comment les marques racontent la France

Et si les prises de parole des Renault, SNCF et autres McDonald's influençaient subrepticement la manière dont nous nous représentons collectivement la France et les Français...

Et si les prises de parole des Renault, SNCF et autres McDonald's influençaient subrepticement la manière dont nous nous représentons collectivement la France et les Français ?

Benjamin Louis, le Cœur Handisport

Benjamin Louis, le Cœur Handisport

Malvoyant de naissance et fondateur de Cœur Handisport – média d'actualité et de référence sur l'actu handisport et paralympique qui a pour but de valoriser tout au long...

Malvoyant de naissance et fondateur de Cœur Handisport – média d'actualité et de référence sur l'actu handisport et paralympique qui a pour but de valoriser tout au long de l'année les sportifs français –, Benjamin Louis partage sa passion pour le sport en valorisant toute sa richesse et sa diversité

Claire Touzard, autrice de Féminin : "Il faut davantage de liberté de parole"

Claire Touzard, autrice de Féminin : "Il faut davantage de liberté de parole"

Claire Touzard est celle qui ose. Après avoir brisé le tabou de l'addiction à l'alcool dans le pays où le verre de vin est roi, dans un journal de bord intitulé Sans alcool...

Claire Touzard est celle qui ose. Après avoir brisé le tabou de l'addiction à l'alcool dans le pays où le verre de vin est roi, dans un journal de bord intitulé Sans alcool, elle s'attaque dans Féminin, un roman d'auto-fiction ,au modèle économique de la presse féminine, et dans une plus large mesure au capitalisme.

Comment Dassault Systèmes a investi TikTok

Comment Dassault Systèmes a investi TikTok

En juillet dernier, Dassault Systèmes, une marque B2B s'il en est, se lançait sur TikTok. 7 mois plus tard, la marque compte 63 000 abonnés et plus d'un millions de likes,...

En juillet dernier, Dassault Systèmes, une marque B2B s'il en est, se lançait sur TikTok. 7 mois plus tard, la marque compte 63 000 abonnés et plus d'un millions de likes, un post à plus de 7 millions de vues et plusieurs flirtant avec le million.

Comment la Gen Z redéfinit la culture contenus

Comment la Gen Z redéfinit la culture contenus

Entre la surconsommation digitale et l'addiction aux contenus, il existe une mince frontière que la Gen Z traverse à loisir, prenant soin de brouiller les pistes et casser les...

Entre la surconsommation digitale et l'addiction aux contenus, il existe une mince frontière que la Gen Z traverse à loisir, prenant soin de brouiller les pistes et casser les codes à chaque passage...

Benoît Raphaël : Information, l'indigestion

Benoît Raphaël : Information, l'indigestion

C'est un « voyage au bout de l'info » que propose l'entrepreneur, et auteur, journaliste spécialisée dans les usages de l'intelligence artificielle Benoit Rapha...

C'est un « voyage au bout de l'info » que propose l'entrepreneur, et auteur, journaliste spécialisée dans les usages de l'intelligence artificielle Benoit Raphaël dans son livre « Information : l'indigestion », un manuel pour penser par soi-même dans le chaos de l'info, publiée aux éditions Eyrolles.

Marché de l'influence : la fin du Far West ?

Marché de l'influence : la fin du Far West ?

Faut-il créer un statut d'influenceur ? Doit-on soumettre les contenus rémunérés aux contraintes du marché de la publicité ? Doivent-ils être validés par une autorité...

Faut-il créer un statut d'influenceur ? Doit-on soumettre les contenus rémunérés aux contraintes du marché de la publicité ? Doivent-ils être validés par une autorité compétente ? Doit-on mettre en place des systèmes de vérification automatisés pour les placements de produits ?

Le marché publicitaire confirme son redressement !

Si, dans l'ensemble, le marché se porte bien (merci pour lui !) grâce à la publicité digitale, certains canaux sont toujours à la peine...

Si, dans l'ensemble, le marché se porte bien (merci pour lui !) grâce à la publicité digitale, certains canaux sont toujours à la peine...

Sales Navigator : LinkedIn lance l’Account IQ et la Relationship Map

Décidément, LinkedIn soigne les utilisateurs de Sales Navigator et poursuit l'implémentation de l'IA générative sur sa plateforme. Deux nouveaux éléments sont désormais...

Décidément, LinkedIn soigne les utilisateurs de Sales Navigator et poursuit l'implémentation de l'IA générative sur sa plateforme. Deux nouveaux éléments sont désormais disponibles pour aider les marketers à affiner leur recherche de prospects.

LinkedIn intègre vos leads Sales Navigator dans Campaign Manager !

Vous faites des campagnes de pub sur LinkedIn ? Vos équipes ont des licences Sales Navigator ? Il sera bientôt possible de cibler vos leads commerciaux dans vos campagnes de...

Vous faites des campagnes de pub sur LinkedIn ? Vos équipes ont des licences Sales Navigator ? Il sera bientôt possible de cibler vos leads commerciaux dans vos campagnes de publicité LinkedIn. On parle là d'un game changer potentiel pour les marketers.

LinkedIn publie le décompte mensuel de ses utilisateurs actifs en Europe

Un move qui ne s'est pas fait de gaieté de cœur, car bel et bien contraint par le DSA européen auquel LinkedIn doit, elle aussi, se plier.

Un move qui ne s'est pas fait de gaieté de cœur, car bel et bien contraint par le DSA européen auquel LinkedIn doit, elle aussi, se plier.

Un média consacré aux nouveaux formats et à LinkedIn.
close
{POPUP_CONTENT}