« Il y a une attention nouvelle aux audiences »

entretien

« Il y a une attention nouvelle aux audiences »

« Il y a une attention nouvelle aux audiences »

Propos recueillis par Alexandra Klinnik / Photo par Géraldine Aresteanu- Publié le 27 mars 2021
0

Ne jamais se reposer sur ses lauriers. Sans cesse innover. Se remettre en question tout en étant perpétuellement en éveil. Tels pourraient être les mantras qui guident le journaliste entrepreneur et passionné des médias, Philippe Couve, à la tête de Samsa.fr, une société qui accompagne la transformation digitale des médias. Ce pionnier de l'internet, à l'origine de « L'Atelier des médias », la première webradio participative sur RFI, et acteur de l'émergence de plusieurs players en France (Rue89, Owni, Newsring), a lancé les Rencontres de l'innovation éditoriale, du 1er au 12 mars dernier, invitant plusieurs têtes pensantes de médias mainstream et confidentiels à partager l'expérience de leurs pratiques. Un exercice bienvenu qui s'adresse aux professionnels des médias, de la communication et du secteur culturel. Retour sur cette édition particulière, 100 % en ligne, qui a réuni plus de 1 000 participants.

Grand reporter chez RFI, présentateur radio, rédacteur en chef web de rfi.fr, producteur d'émission de la première web-émission participative et aujourd'hui fondateur de la société Samsa.fr... Pouvez-vous nous présenter votre parcours dans les grandes lignes ?

Philippe Couve : J'ai d'abord été grand reporter radio. Au milieu des années 90, j'ai découvert un territoire fabuleux pour les journalistes : internet. J'avais eu du mal à choisir entre la télé, la radio et la presse écrite. Là, toutes ces spécialités pouvaient être investies dans un seul et même média. Soit une formidable opportunité. Dès 1997, j'ai réalisé des reportages multimédias : je partais pour des reportages au long cours. Je ramenais des éléments qu'on mettait en page avec Dreamweaver – un des principaux éditeurs de site web. À l'époque, le système était préhistorique. En 2000, j'ai rejoint la rédaction internet de RFI : tout le monde m'a regardé, navré, quitter le service reportage pour aller, dans leur imaginaire, brancher des câbles et réparer des imprimantes. « Tu vas à l'informatique », me disait-on. J'ai codirigé cette rédaction pendant six ans : une période riche marquée par plusieurs refontes du site. Après des divergences éditoriales, j'ai quitté le service pour proposer en 2007 une émission d'été, « L'Atelier de RFI », qui consistait à voir en quoi le numérique change nos vies – un sujet devenu tarte à la crème aujourd'hui mais inhabituel pour l'époque. Je me suis nourri des expériences de la NPR – National Public Radio – aux États-Unis et de la BBC à Londres, qui tentaient des expériences participatives en utilisant les réseaux sociaux. Je me suis dit que j'avais passé quelques années à essayer d'instiller de la radio dans internet, et que je devais essayer désormais de faire le contraire : soit « mettre » de l'internet dans la radio. L'émission repose sur un blog du site RFI où les auditeurs-internautes sont libres de laisser des témoignages, tourner des vidéos et donner leur numéro de téléphone. (« Le Web ne soutient pas l'émission, il en fait partie. L'auditeur devient ainsi une force de proposition et de décision »)

Le sujet a bien fonctionné pendant l'été. J'ai modifié par la suite le concept. À l'origine, il s'agissait de coproduire l'émission avec des communautés très diverses : des gens qui avaient des maladies rares qui s'organisaient pour trouver des infos sur internet, des personnes en quête de l'âme sœur en ligne... Ce qui m'intéressait était de capitaliser, de voir ce qui pouvait se faire sur la durée avec une communauté. J'ai donc lancé « L'Atelier des médias », une émission collaborative qui s'intéresse à la révolution des médias à l'ère numérique. C'est en 2010 que j'ai décidé de me lancer dans la formation, le conseil avec Samsa.fr, qui peut compter sur une équipe d'une dizaine de personnes. Notre offre se déploie aussi bien en France, en Belgique, en Suisse ou en Ukraine. Nous avons également une filiale Samsa Africa. La dimension multiculturelle est très importante – sans doute mon ADN RFI qui se reflète. C'est enrichissant dans les deux sens : on peut apporter d'ici des idées d'ailleurs et vice versa. C'est ce que l'on a essayé de faire pendant les Rencontres de l'innovation éditoriale.
«L'innovation, c'est changer ses pratiques, se reposer des questions... Innover, ce n'est pas adopter le dernier gadget.»

Quels ont été les objectifs de ces Rencontres de l'innovation éditoriale 2021 dédiées à la créativité, la vidéo mobile, le podcast, la communication digitale et les nouveaux métiers ?

On organise un événement annuel depuis cinq éditions. L'objectif est de servir notre communauté, au-delà des formations proposées par Samsa, en encourageant le partage d'expériences, de pratiques professionnelles. Si au départ l'événement se focalisait sur la vidéo mobile, on s'est bien rendu compte que la problématique était plus large. Les médias et les marques sont intéressés par la manière de s'approprier les nouveaux canaux – pas seulement quel type de matériel est requis, le côté technique, mais aussi l'aspect éditorial. D'où notre virage cette année en Rencontres de l'innovation éditoriale. Pour être clair, il ne s'agit pas d'aborder des considérations futuristes, mais plutôt être dans le concret, le partage d'expériences avec des intervenants de qualité. La question clé, c'est « Comment ? ». Comment vous surmontez les difficultés rencontrées ?

Pour ce qui est de la forme de l'événement, nous nous sommes inspirés de Splice (qui se présente sur son site comme le Nieman Lab of Asia) : ils ont organisé un événement sur plusieurs jours, avec des rendez-vous de networking en ligne. Je ne suis pas sûr que nous ayons trouvé l'outil parfait, notamment pour le networking, un volet très important. Mais dans l'ensemble, l'édition a été une réussite, avec un total de 1 000 personnes inscrites.

Vous avez posé la question à Éric Scherer, lors d'une session sur la créativité éditoriale. Quelle est votre définition de l'innovation ?

C'est une très bonne question. L'innovation, c'est changer ses pratiques, se reposer des questions. Se diriger vers un inconnu mais qui reconnecte aux fondamentaux de ce qu'on est et de ce qu'on veut faire. Innover, ce n'est pas adopter le dernier gadget. C'est changer par rapport à soi, pas par rapport aux autres. Ce qui est l'innovation pour quelqu'un n'est pas forcément une innovation pour l'autre. Les innovations peuvent être d'ordre technologique bien sûr, mais peuvent aussi être liées à des techniques d'approche, des changements de ton, de manière d'élaborer les contenus.

Avez-vous l'impression que les rédactions françaises innovent suffisamment ?

Oui, de plus en plus. On le voit par les questions qui nous sont posées. Avant, les questions étaient exclusivement d'ordre technique : comment j'utilise mon smartphone pour filmer, quel logiciel utiliser pour monter mon podcast, de quel outil ai-je besoin pour programmer les posts sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les interrogations sont liées aux attentes de l'audience et aux moyens d'y répondre. Les questions techniques sont toujours présentes bien sûr parce qu'à un moment donné, il faut en passer par là. On accompagne des émissions de télé en Suisse et en Belgique, où l'enjeu est la reconnexion avec des segments du public. Les médias en France doivent remplir deux objectifs : des enjeux d'audience et de monétisation. On cherche à répondre aux attentes des audiences plus qu'innover pour innover.

Qu'est-ce qui vous a le plus marqué lors de ces Rencontres ?

C'est l'humilité dont ont fait preuve les intervenants. Personne ne s'est targué d'avoir trouvé la pierre philosophale ou la technologie ultime. Tout le monde était dans une approche test and learn, très humble. Les vingt années écoulées nous ont appris à nous méfier des idées toutes faites.

On peut dire ce que l'on veut mais il y a une attention aux audiences qui est nouvelle. Cet intérêt est lié à l'évolution des modèles économiques, notamment vers l'abonnement. Il est nécessaire de comprendre plus finement les gens qui composent les audiences. La transformation numérique est loin d'être terminée. C'est un processus dont on ne voit pas le terme.

Crédit photo : Géraldine Aresteanu pour Samsa.fr
Vous souhaitez partager votre vision avec vos pairs ? Contactez-nous pour nous proposer un sujet.

Dans la jungle des contenus

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat
Envie de parcourir la jungle des contenus avec nous ?

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter Story Jungle

Explorer les nouvelles narrations et les nouveaux usages des contenus.
Chaque semaine, la newsletter de Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages des contenus.
JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
Je souhaite m'inscrire à la newsletter Story Jungle qui explore les nouvelles narrations

ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Story Jungle, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12
close
{POPUP_CONTENT}