« La posture top-down des médias de masse s’estompe jour après jour »

entretien

« La posture top-down des médias de masse s’estompe jour après jour »

« La posture top-down des médias de masse s’estompe jour après jour »

Propos recueillis par Laszlo PERELSTEIN - Publié le 17 février 2018
4
4

Responsable éditorial de France TV Slash et directeur numérique Chaînes et programmes de France Télévisions, Antonio Grigolini nous parle de la nouvelle plateforme de France Télévisions, Slash, qui s'adresse aux jeunes adultes, et des choix éditoriaux concernant la distribution du contenu.

Vous avez lancé la semaine passée France TV Slash. De quoi s'agit-il ?  

Antonio Grigolini : Slash est un média vidéo de service public, 100 % gratuit, disponible sur la plateforme France.tv, YouTube, Facebook et très bientôt sur Instagram et Snapchat.

 
Découvrez la plateforme France TV Slash
Il s’adresse aux jeunes entre la sortie du secondaire et "l'installation" dans la vie active. Sachant que cela peut arriver à 22 ans, 45 ans, ne jamais arriver... D'aucuns les appellent Millennials, d'autres jeunes adultes, il y aura sans doute d'autres qualificatifs générationnels... Nous regardons surtout les étapes de vie, car c'est ce qui nous intéresse.

Pour cette première semaine, une dizaine de vidéos étaient proposées. L'offre Slash va-t-elle s'étoffer par la suite ?

A. G. : Démarrer avec peu de titres est un choix éditorial. Nous disposons d'un luxe inouï : ne pas être une chaîne de télévision qui a besoin de 24 heures de grille dès le premier jour. Je n'ai d'ailleurs jamais pris le tableur avec la somme des minutes pour établir le volume horaire. C'est plutôt une question de volume de publication : démarrer assez petit pour pouvoir ajuster. À terme, en vitesse de croisière, l'idée est d'arriver à une quarantaine de vidéos fraîches par semaine. Mais nous ajusterons au fur et à mesure en fonction des retours.


Disposez-vous d'une équipe conséquente ?

A. G. : Une petite dizaine de personnes travaille sur le média, dont certaines ont été réaffectées depuis d'autres directions de France Télévisions. L'équipe compte également quatre contrats d'apprentissage : il était indispensable pour nous d'avoir des personnes dans la même tranche d'âge que notre public de jeunes adultes pour être en phase avec lui.

Ces apprenti-e-s sont sur la même trajectoire que le média lui-même : ils/elles démarrent dans la vie, se posent pas mal de questions et nous sommes un média avec une semaine d'existence.
 
 
Sa philosophie de vie

Quel est votre gourou ?

Mon grand-père maternel, qui m'a appris, entre autres, à me méfier des gourous.

Quel est votre mantra ?

« Il ne sert à rien de tout prévoir. »

Comment libérez-vous vos chakras ?

Avec un véritable caffè ristretto, quasiment introuvable à Paris (oui, c'est cliché)

Pourquoi s'adresser aux 18/30 ans en particulier ?

A. G. : Nous nous sommes rendu compte d'une fragilisation du lien entre l'industrie télévisuelle et les jeunes adultes. Ce phénomène touche tous les éditeurs : la durée d'écoute des 15/24 ans a plutôt tendance à baisser, d'après Médiamétrie.
Quelques marques fonctionnent auprès de ce public (Eurovision, débat présidentiel, Cash, sport, Plus belle la vie...), mais nous avons un peu moins, voire plus du tout parfois, ce lien quotidien que la télé arrivait à établir autrefois.

N'était-ce pas le rôle de France 4 ? 

A. G. : Il y a un an et demi, France 4 a été réorientée éditorialement vers un public familial. Nous avions alors des contenus qui parlent aux jeunes adultes, comme les fictions de Studio 4, IRL (plateforme issue des nouvelles écritures, ndlr), mais aucune proposition spécifique. C'est ce qui a déclenché une réflexion, les prémices de France TV Slash.
«« Nous disposons d'un luxe inouï : ne pas être une chaîne de télévision qui a besoin de 24 heures de grille dès le premier jour. »»

Y aura-t-il une articulation entre France TV Slash et l'antenne ?

A. G. : Si nous arrivons à trouver des synergies avec les antennes linéaires ou des montages de programmes intelligents, pragmatiques, pourquoi pas... mais ce n'est pas indispensable.

Votre modèle est-il plus proche de celui de la télévision classique ou de celui des pure players ?

A. G. : Nous essayons de mixer les deux : France TV Slash n'est pas un pure player classique – cela s'appelle France TV –, mais ce n'est pas non plus une verticale supplémentaire de France Télévisions, ni une rédaction – il n'y pas d'infos. Le principal écueil, à mon sens, du fonctionnement des chaînes de télévision est qu'elles délèguent la quasi-totalité des tâches et de l'invention.

Si une très grande partie de notre offre s'appuie sur des producteurs externes – la totalité des fictions et des séries documentaires –, nous avons aussi une petite équipe interne capable de réfléchir par elle-même à des formats, voire d'en réaliser une petite partie, car cela constitue un moteur pour le média. En ce sens, nous sommes ici beaucoup plus proches du mode de fonctionnement des pure players. 

Voyez-vous les Brut, Konbini et autres MinuteBuzz comme des concurrents ?

A. G. : Depuis un an et demi, une bonne quinzaine de médias numériques se sont lancés en France, avec des modèles différents. C'est une excellente chose : le paysage change.
Nous ne voyons pas les pure players de la vidéo comme des concurrents directs : nous arrivons avec une programmation, avec une proposition qui essaie d'être distincte : généraliste avec de la fiction et des documentaires, en plus des formats vidéo. Nous participons nous aussi à cette floraison de médias.

Vous n'avez pas peur des changements d'algorithme de Facebook ?

A. G. : Nous ne sommes pas un média de plateforme : nous n'avons pas fait le choix de renoncer à notre site ou de faire une forme de all-in sur les plateformes. Nous comptons être présents de la manière la plus percutante possible mais nous existons aussi sur France.tv.

Bien avant les annonces concernant les changements d'algorithme, nous nous sommes dit qu'il fallait viser le plus possible les conversations, l'échange et le partage. S'il y a une forme de prime à la conversation sur Facebook, cela nous ravit.
 
Nous ne sommes, par ailleurs, pas sur des formats hyper courts : nous avons fait le choix de formats plus longs, de 4 à 5 minutes, pour laisser la parole s'exprimer, quitte à avoir un peu moins de viralité immédiate et un peu plus d'échanges, de partages, à moyen terme sur la vie d'un contenu. Tout ne se joue pas dans les trois premières heures.

Slash est-il l'offre « social TV » de France Télévisions ? 

A. G. : Ce terme était utilisé y a quelques années pour qualifier l'irruption des réseaux sociaux dans la vie quotidienne des télés, dans les programmes. Cela a donné lieu à des expériences réussies, d'autres moins... Certains se sont fait des films sur le second écran pour finalement se rendre compte que, certes, le second écran existe, mais que les téléspectateurs se rendent plutôt sur Facebook et Google.

Ce qui était nouveau à l'époque et qui reste nouveau est l'idée de changement assez radical de posture de la télévision qui d'un coup se met à la même hauteur que son public et l'écoute. Cette posture est totalement naturelle pour des acteurs qui viennent d'Internet, moins pour un média de masse. Écouter son audience, prendre en compte les critiques, les idées, les suggestions... Tant de choses que la télé n'avait pas forcément l'habitude de faire il y a encore quelques années.

Faut-il vous voir comme un média collaboratif ?

A. G. : Nous souhaitons co-construire une partie de la production avec les utilisateurs, mais il n'y a pas de dispositif ad hoc : chacun réagit sur les canaux qui existent.

Cette posture d'écoute est duplicable vers d'autres plateformes, d'autres audiences, et je pense que nous allons être obligés de la dupliquer. Cela va devenir une forme de règle de base : la posture top-down des médias de masse ne va pas cesser d'exister mais s'estompe jour après jour.
bio
Antonio Grigolini,
Responsable éditorial de France TV Slash
Diplômé en Sciences de la Communication de l’Université catholique de Milan, Antonio Grigolini a commencé à travaillé en 2006 au sein de France Télévisions. Il devient en 2010 responsable de la stratégie des marques et moins de deux ans après responsable social TV. Il chapeaute depuis octobre 2016 la direction numérique Chaînes et programmes, au sein de laquelle il accompagne notamment la numérisation de l’offre de France Télévisions.

Dans la jungle des formats

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat

S'inscrire à la newsletter

JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Take Part Media, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12