Le coronavirus va-t-il achever les médias ?

entretien

Le coronavirus va-t-il achever les médias ?

Le coronavirus va-t-il achever les médias ?

Par Alexandra Klinnik- Publié le 04 avril 2020
45
6
3

L'audience explose. Les revenus publicitaires s'effondrent. C'est le grand paradoxe auquel doivent faire face les médias, fragilisés par un modèle économique déjà précaire, en cette période d'épidémie dévastatrice. Fuite des annonceurs, recours au chômage partiel, fermeture des kiosques, distribution allégée de La Poste, Presstalis à la dérive : la presse se prépare à un exercice de haute voltige.

Des indicateurs au vert

Les chiffres donnent le vertige. Selon les estimations de l'ACPM – tiers de contrôle de la diffusion des médias en France – les marques Médias d'Info ont comptabilisé sur leurs sites, les 15 et 16 mars 2020, plus de 335 millions de visites, c'est-à-dire le triple de la fréquentation d'une période normale. Une tendance qui se poursuit, portée par les mesures de confinement. « Nos audiences numériques sont en train d'exploser en ce moment. On est passé de 130 millions de connexions en février à 217 en mars. On devrait atteindre les 250 millions ce mois-ci », indique à Story Jungle François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France. Si l'allègement de l'activité de La Poste rend compliquée la distribution des journaux chez les particuliers, les entreprises de presse peuvent compter sur quelques kiosques qui restent ouverts, considérés comme des lieux essentiels par le gouvernement.  « C'est une mesure forte. Les ventes y sont plus importantes que d'habitude », précise François-Xavier Lefranc. 

Situation similaire chez d'autres grands médias. L'audience est au beau fixe et les abonnements affluent, si l'on en croit l'éditrice des Echos, Marie Van de Voorde, interrogée par Story Jungle. « Comme d'autres confrères, nous avons actuellement une explosion des usages sur le numérique. Le recrutement d'abonnés a triplé sur le mois de mars. L'abonnement prend donc le relais des ventes aux numéros. Globalement, l'engagement de nos abonnés et prospects dans nos contenus est très important. Aujourd'hui, un abonné sur deux se rend sur le site les echos.fr tous les jours, attirés par certains formats en particulier », précise l'éditrice. À l'image du podcast d'actualité des Echos, La Story, qui a connu en mars une progression de 60% par rapport au mois dernier. Même tendance à Franceinfo, avec le podcast hebdomadaire pour les 7-11 ans Salut l'info. Transformé en rendez-vous quotidien, l'émission réalisée en partenariat avec Astrapi, connaît « une progression fulgurante de 237 % », fait savoir à Story Jungle Lucas Menget, directeur adjoint de la rédaction france.info. À Télérama, l'application de l'hebdomadaire a battu un record : 5 millions de visites pour le seul mois de mars. Au Monde, les nouveaux abonnements numériques ont augmenté de plus de 300% par semaine (vs la moyenne hebdomadaire 2020). 

De la défiance envers les médias à la confiance

Dans un cadre plus large, les abonnements aux journaux américains et européens ont augmenté la semaine dernière par rapport à la même période l'année dernière, de 63 % et 267 % respectivement, selon la plateforme technologique d'abonnement Piano citée par Digiday. Étonnamment, les éditeurs qui ont placé leurs articles couvrant la thématique de la crise sanitaire en dehors du paywall ont également connu une croissance des abonnés. Ainsi, toujours selon Digiday, The Atlantic et Bloomberg - qui ont mis leurs articles en gratuit sur le coronavirus - ont réalisé leur « meilleure semaine de croissance des abonnés ».

 « Ce qui me frappe depuis le début du confinement, est le fait qu'on soit passé d'un état de défiance envers les médias à un état de confiance. En seulement trois semaines. Ce qui doit nous inspirer confiance en l'avenir parce que cela montre que nous avons toute notre place. Les médias ont un rôle essentiel à jouer au sein d'une démocratie », analyse François-Xavier Lefranc, de Ouest-France. Et d'ajouter : « Il y a un basculement spectaculaire. Des lecteurs nous expriment, très régulièrement, tout leur soutien. Les gens sont confinés et dans l'inquiétude. Ils ont besoin d'informations et se rendent compte que les médias sont importants. »

La publicité aux abonnés absents

Si les audiences et les abonnements témoignent d'une confiance renouvelée envers les médias, ceux-ci ne doivent pas cacher l'envers du décor. Le très fort ralentissement de la publicité et la baisse de la diffusion impactent lourdement le chiffre d'affaires des groupes médias, dont certains se préparent à des temps très difficiles. Face à un écosystème anxiogène, les annonceurs ont pris la poudre d'escampette.
«Nous sommes aussi dans un nouveau monde qui va mettre à rude épreuve toutes les industries. »
Jonah Peretti, cofondateur et directeur général de BuzzFeed
C'est un fait. La publicité, poumon économique des médias, est en chute libre. Confronté à une baisse de 70 % de ses revenus publicitaires, Midi Libre a dû ainsi se résoudre à mettre plus de 200 salariés au chômage technique et congédier tous ses CDD. Chez Ouest-France, le choc a également été très rude : « Les recettes publicitaires représentent un peu plus de 25 % de nos recettes. Du jour au lendemain, 60 % de ces recettes se sont évaporées. On a dû mettre en place des mesures de chômage partiel qui ont touché d'autres secteurs que la rédaction », explique François-Xavier Lefranc. Au Monde, un dispositif d'activité partielle concernant 10 % des salariés des services non-rédactionnels du groupe a été mis en place, malgré « l'augmentation très marquée » du nombre de ses abonnés numériques depuis le début de la crise sanitaire. La direction a fait état d'un « ralentissement brutal de l'activité économique »  avec des « conséquences financières pour le Groupe qui s'annoncent très lourdes »  : « les annonceurs ont pour l'essentiel stoppé leurs investissements publicitaires », ont-ils fait savoir dans un message interne dont a pris connaissance la Correspondance de la presse.

À l'international, Jonah Peretti, cofondateur et directeur général de BuzzFeed, a annoncé dans une note adressée au personnel, des réductions de salaire pour la plupart des employés, allant de 5 à 25 %. Peretti a également déclaré qu'il renoncerait à son salaire pendant toute la durée de la crise. « Nous sommes dans une meilleure position que beaucoup d'autres, mais nous sommes aussi dans un nouveau monde qui va mettre à rude épreuve toutes les industries », a-t-il souligné.
«Notre business model ne peut reposer quasi exclusivement sur les annonceurs.»
Julien Neuville, cofondateur de Nouvelles Écoutes
Les studios de podcasts ne sont pas épargnés non plus par l'effondrement de revenus lié au retrait des annonceurs. « La quasi-totalité des campagnes de sponsoring des émissions se sont arrêtées, explique au Figaro Katia Sanerot, directrice générale de Louie Media. Nous travaillons avec nos annonceurs au cas par cas pour leur expliquer que l'audio reste un moyen précieux de garder le contact avec leurs clients et préparer l'avenir. » Même constat pour Julien Neuville, cofondateur de Nouvelles Écoutes au Figaro : « Nous sommes affectés financièrement et il faudra du temps avant de retrouver notre chiffre d'affaires d'avant-crise. Cela prouve que les studios de podcasts doivent se diversifier. Notre business model ne peut reposer quasi exclusivement sur les annonceurs. »  

Les annonceurs jouent la prudence

Que se passe-t-il dans la tête des annonceurs ? Face à un afflux d'audience, ils prennent le large, préférant jouer la carte de la prudence. Leur stratégie ? Tâter le terrain et mesurer avec du recul l'ampleur de la crise. Pour Romain Job, Chief Strategy Officer de Smart (société de technologie publicitaire des éditeurs), interrogé par Mind Media, il y a « une volonté des annonceurs de ne pas communiquer dans ce contexte d'incertitude et d'anxiété générale, une adaptation des messages publicitaires qui explique aussi la mise en pause de nombreuses campagnes et l'anticipation d'une crise économique qui mènera à une politique de réduction de coûts ».
«Le fait d'être associé à des nouvelles potentiellement choquantes n'est pas en soi nuisible à l'efficacité de la publicité.»
Bernard Cools, responsable des études chez SPACE
Dans une logique de « brand safety », les marques sont nombreuses à ne pas vouloir être associées à l'épidémie. Les annonceurs ajoutent ainsi le terme coronavirus à leur liste d'exclusion de mots-clés. Les publicités ne peuvent donc pas apparaître aux côtés d'un article contenant ce terme. De ce fait, « des pages d'accueil entières de sites d'information se retrouvent bloquées par inadvertance », prévient Digiday. Le « adblacklisting » des mots-clés concernant le Covid-19 a ainsi conduit à plus de 2 millions d'annonces bloquées pour le New York Times, CNN, USA Today et le Washington Post.  

Une « surréaction de la part de certains annonceurs », estime à la RTBF Bernard Cools, responsable des études chez SPACE, première agence média en Belgique : « L'association d'un message, s'il est empathique, dans un contexte où de toute façon les gens sont en attente d'informations, n'est probablement pas mauvaise. Le fait d'être associé à des nouvelles potentiellement choquantes n'est pas en soi nuisible à l'efficacité de la publicité. »

Une communication au point mort ?

Cette paralysie ne concerne cependant pas tout le monde. Pour Marie Van de Voorde, éditrice des Echos, « l'activité n'est pas complètement au point mort en termes de recrutement des campagnes publicitaires. Certes, il y a des annonceurs qui ont annulé ou décalé, mais certains acteurs, du secteur de la tech et de la grande distribution par exemple, ont saisi l'opportunité de profiter d'une audience qualitative et d'apparaître à côté de contenus fiables et proposant un décryptage approfondi de la crise »

Néanmoins, selon les Echos, plus des deux tiers des agences de communication s'apprêtent à passer au chômage partiel : « la crise la plus profonde que connaît le secteur depuis la Seconde guerre mondiale », d'après Laurent Habib, Président de l'Association des agences conseil en communication (AACC) et fondateur de l'agence Babel. Preuve que les prises de parole des annonceurs sont presque à l'arrêt.

Pourtant, comme l'indique l'étude conduite début mars par Kantar auprès de 25 000 consommateurs issus de 30 pays, les consommateurs ne sont pas réticents face à la communication des marques, en cette période de crise COVID-19. 75 % estiment qu'elles doivent informer sur leurs efforts pour faire face à la situation. « Les annonceurs qui profitent des opportunités d'une crise, notamment des bonnes audiences, mais aussi de l'absence de concurrents, réalisent en général de très bonnes opérations. Non seulement pendant la crise, avec un bénéfice léger mais réel, mais surtout après, quand l'orage est passé », analyse Bernard Cools, responsable des études chez SPACE.

Pour François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France, la crise du coronavirus accentue et confirme la tendance observée ces dix dernières années : « Si je mets de côté la crise actuelle, les recettes publicitaires depuis dix ans ne cessent de baisser, au profit des grands acteurs du numérique – Facebook, Google et Amazon. Le levier d'avenir consiste à convertir l'audience en abonnement numérique. C'est un travail de longue haleine et la bataille des mois et des années à venir. »

Dans la jungle des formats

Story Jungle explore, repère et teste les nouveaux usages du contenu.
Icône Instagram Icône Snapchat

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

JUNGLE
refe
Trouvez le bon sentier dans
la jungle des contenus
Story Jungle est une agence indépendante, leader du Content marketing à destination des cibles premium et B2B.

Disposant d’un large réseau de correspondants à l’international, l’agence établit les stratégies éditoriales, pilote les campagnes de thought leadership, d’influence, d’inbound marketing, de social selling ou encore d’account based marketing (ABM) dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues.

Story Jungle a été sélectionnée par LinkedIn pour devenir l’un de ses dix partenaires de contenus dans le monde.
découvrir l'agence
L'agence
Nous menons
la guerre à l’eau tiède
En effet, à Story Jungle nous avons la conviction chevillée au corps que, justement, vos convictions sont vos armes commerciales.

Oui mais : 71 % des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring* ». Et ils sont 64 % à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original.

C’est pourquoi nous établissons ensemble une offre de contenus qui nourrit réellement la réflexion de vos audiences cibles. Et menons la guerre à l’eau tiède.

*Raconteur, 2017.
Votre chiffre d’affaires est
le nouveau KPI
Notre travail consiste, via nos différentes offres, à aligner vos approches marketing et commerciales (marketing & sales alignement).

Notre savoir-faire ? Établir une stratégie de narration distribuée percutante sur les canaux de diffusion les plus pertinents (SEO, LinkedIn, Twitter, newsletter...) et produire les formats les plus efficaces (tribunes vidéo, longs formats, nanographies...) avec pour seule obsession l’atteinte de vos objectifs : brand awareness, considération, lead generation...

Et désormais, pour nous, votre chiffre d'affaires est le nouveau KPI.
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Savoir-faire
Contenus
Stratégie éditoriale et production de contenus
Story Jungle couvre l'ensemble du cycle de création des contenus : de l’établissement de la stratégie éditoriale (ou Content Framework) via une méthodologie originale, à la production de contenus dans les formats les plus modernes et efficaces.

Issus de médias de renom, nos journalistes de nos desks France et International conçoivent des contenus éditoriaux à forte valeur ajoutée qui engagent vos audiences premium et/ou B2B.
Savoir-faire
Savoir-faire
Distribution
Plateformes web, réseaux sociaux, LinkedIn, newsletters, podcasts, nouveaux supports
Forte de son expertise d’éditeur, Story Jungle vous accompagne dans l’établissement de votre stratégie de distribution sur tous les canaux de diffusion, établis ou émergents, afin de maximiser la performance de vos contenus.

Story Jungle est l’un des 10 partenaires de contenu de LinkedIn dans le monde.
Savoir-faire
Savoir-faire
Data et performances
A/B testing, optimisation, lead review
Parce que la data est au cœur de toute stratégie marketing, Story Jungle pilote l’efficacité des campagnes au regard de vos objectifs finaux : détection des signaux faibles, A/B testing, recherche des meilleurs angles, optimisation des formats des contenus, évaluation de la qualité des leads générés...
Une force de frappe
internationale
Avec déjà plus de 10 000 contributeurs à travers le monde et un réseau de correspondants sélectionnés au fil des années, la rédaction internationale de Story Jungle est en mesure de produire des contenus sur tous les sujets dans les régions EMEA, LATAM et Asie, en plusieurs langues, dans tous les formats, en garantissant un réel ancrage culturel local.
Mantras
Mantras
La guerre
à l’eau tiède !
Chi-rur-gi-cal !
Explorons
la jungle
Qui trop embrasse
mal étreint
L’audience
prime
Un ratio
I say / I do = 1
Le temps,
c’est la qualité
Sauvons la Jungle !

La guerre à l’eau tiède !

Vos convictions sont vos armes commerciales.
Oui mais : 71% des C-level en Europe estiment que les contenus de marque sont… « boring ». Et ils sont 64% à attendre qu’une marque adopte un point de vue authentique et original. Et oui, soyons honnête, qui aime écouter Pépé radoter les tendances connues depuis 2 ans ? C’est pourquoi à Story Jungle, nous avons décidé de mener la guerre à l’eau tiède. C’est notre mission !

Chi-rur-gi-cal !

C’est notre « Om » à nous. Les erreurs factuelles, les imprécisions, les approximations… sont honnies, exclues, clouées au pilori par les équipes de Story Jungle. Sus au « vite dit, mal dit » ! Nos process garantissent un fact checking rigoureux de l’ensemble des contenus produits.

Explorons la jungle

La veille est notre seconde nature. Les équipes de Story Jungle sont organisées pour ratisser le web chaque semaine à la recherche de nouvelles formes de narration, partout dans le monde. Intéressé(e) ? Ruez-vous sur l’inscription à notre newsletter hebdomadaire.

Qui trop embrasse mal étreint

Une bonne idée créative, c’est précieux, non ? Alors pourquoi vouloir absolument la tordre dans tous les sens pour lui faire porter tous les objectifs annuels de chaque partie prenante ? Soyons focus ! A Story Jungle notre parti pris est simple : exécuter l’idée créative, ne pas la tuer.

L’audience prime

À la fin de l’histoire, c’est la qualité de l’engagement de l’audience qui permet d’atteindre les objectifs de la campagne, quels qu’ils soient. Aussi, à Story Jungle, nous défendons une réelle approche média, garante de l’intérêt de l’audience, menée par des rédacteurs en chef tous issus de grandes rédactions.

Un ratio I say / I do = 1

À Story Jungle on essaye de vous donner un maximum de visibilité sur les étapes d’un projet. Et lorsque l’on s’engage sur une deadline, et bien on s’engage…

Le temps, c’est la qualité

« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation » (l’Art de la guerre). Voilà, c’est dit ! Et bien, que ce soit pour les réponses aux briefs, aux appels d’offres, pour la conception d’une campagne ou d’un contenu impactant, à Story Jungle, on pense comme Sun Tzu. Alors : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez ; ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Nicolas Boileau.

Sauvons la Jungle !

Si ça continue, il n’y aura plus de jungle. Alors oui, l’équipe de Story Jungle a décidé par une belle unanimité de consacrer ses efforts à des projets visant à avoir un réel impact positif pour sauver la jungle.
Références
Références
Contact
Contact
Vous avez un projet, une question ?
Saisissez la liane ci-dessous…
ENVOYER
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Take Part Media, 10 bis boulevard de la Bastille, 75012 Paris - Tél : 01 43 47 35 12